Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 11:15

       

Le but de ce livre est de suggérer que nous avons un choix dans le genre de monde où nous vivons. Depuis le début des temps, nous avons perpétué un canular à propos de nousmêmes, vivant une vie d’incertitude, parfois d’une douleur indicible, de souffrance, de peur et une recherche incessante de paix et d’amour quand, en vérité, tout ce qu’il nous faut pour vivre dans le bonheur est en nous dès maintenant. Notre histoire d’un monde semble réelle parce que nous avons ressenti le besoin de changer ce qui est vrai. Nous continuons à oublier parce que nous vivons d’après les principes  de notre tromperie.

 

Mais alors même que notre esprit a semblé se séparer de l ’Esprit un, il y avait une Présence de la Vérité qui est restée avec nous. Lorsque nous apprenons à accepter cette Présence et à demander de l’aide, nous construisons un « pont » qui nous relie à cette partie de notre Esprit qui est réelle et vraie. Il existe une vision d’un monde différent qui se tient là ; un monde fait par des pensées qui ne nient pas notre Unité innocente, mais qui la mettent davantage en relief. C’est ici que nous pouvons reconnaître ce que nous avons vraiment recherché et que nous pouvons commencer à voir la fin de notre voyage.  

 

L’objectif du vrai pardon est de nous conduire à cette vérité à propos de qui et de ce que nous sommes. Mais disons seulement que la « vérité » a peu de signification quand cette vérité-là est tellement éloignée de notre perception. Nous nous considérons désormais comme les créatures d’un monde – un monde qui représente les attributs de ce que nous imaginons passer du jugement à un but d’union. Ceci, à son tour, change entièrement le but du monde, lui permettant de devenir un miroir des sentiments de paix et de joie, au lieu de ceux de la haine et de la peur.   

 

Notre pratique du vrai pardon libèrera les jugements qui semblaient nous séparer et finira ainsi par ouvrir la porte à un monde différent où l’on peut pratiquer une sorte d’amour qui nous rappellera notre Unité et qui satisfera à ce que nous aspirons. C’est vraiment ce que nous voulons. Et c’est là que le mouvement du vrai pardon va nous emmener. Le miracle du vrai pardon, tel que décrit dans ce livre, est tiré principalement des  principes enseignés dans Un Cours en Miracles. Ici, en utilisant un langage qui nous est familier, Jésus nous parle de la nécessité de corriger notre perception. Il dit que le pardon est notre fonction parce que c’est le moyen le plus efficace pour corriger l’erreur dans notre façon de penser que le péché est réel et qu’il a semblé faire une séparation entre nous. Pour chaque pardon et acceptation de leur innocence, ils offrent la prise de conscience de l’innocence à chacun. Ils partagent donc l’indésir à juger l’erreur en n’importe qui.  

 

Le pardon est le processus qu’Un Cours en Miracles utilise pour nier les apparences de notre perception d’un ego « humain » et pour porter à notre conscience une façon différente de « voir » et de réagir au monde. C’est un moyen, tout à fait littéralement, pour changer notre expérience du monde en un lieu de paix et de joie. J’espère que ces pages seront un stimulant pour poursuivre plus profondément ou commencer à nouveau cet enseignement profond et beau. Mis à part ce que je viens de citer directement d’UCEM, une grande partie de ce que j’ai écrit ici vient de ce que j’ai appris de ma propre communication avec Jésus, l’auteur du Cours. Nous avons été en dialogue depuis 1988, et certains de ces dialogues ont déjà été publiés dans notre livre « Dialogue sur l’Éveil ».

       

Tom CARPENTER - Extrait de l'introduction de son livre "Le miracle du vrai pardon"      

 

Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 17:55

Préface du livre de Tom Carpenter : "Le miracle du vrai Pardon"

 

 

Pensez un instant à ce que ce serait votre journée avec votre esprit rempli de pensées heureuses et aimantes. Tous ceux que vous rencontrez ont le sourire et une lueur de bonheur   sur eux. Il n’y a ni maladie, ni faim, ni conflit ou absence ; pas de souci, pas de blâme, pas   d’attente, pas de temps ni de mort. La paix a remplacé la peur partout dans ce monde. Il n’y a   pas de mot pour décrire la haine car toutes les raisons de ne pas aimer ont disparu. C’est notre   état d’esprit sans la pensée de péché. C’est notre monde quand il n’y a plus de culpabilité à juger. C’est là que le miracle du vrai pardon nous emmène.  

 

Pour la plupart d’entre nous le monde semble être un endroit différent de celui-ci. Et plus important encore, il semble porter peu d’intérêt à ce que nous voudrions qu’il soit. Mais   ce que nous devons apprendre, c’est qu’il est un état d’esprit avant qu’il ne soit un lieu. Ce

sont nos pensées qui ont fabriqué tout ce qui semble être, et il nous appartient donc de changer le monde.  

 

Nous ne sommes pas qui nous prétendons être ; les victimes « individuelles » d’un monde capricieux, isolés et différents des autres, destinés à alterner entre le bonheur et la  souffrance et laissés finalement seuls pour mourir. Nous ne sommes pas les corps qui   semblent nous définir. Nous ne pouvons pas non plus être connus par nos pensées d’ego ou  

par le comportement qu’elles engendrent.

 

Le monde n’est pas ce qu’il semble être. Ce n’est pas un endroit où les choses peuvent  nous arriver contre notre volonté. C’est un état d’esprit fondamentalement dédié à la croyance   qu’il y a quelque chose de mauvais en nous, et avec l’expérience d’être séparé et différent de   toutes les façons. « Voir c’est croire » est notre devise, alors que c’est tout le contraire qui est   vrai. Il n’est pas possible de changer ce que nous sommes véritablement. Mais il est possible   de croire ce que nous choisissons et d’expérimenter les effets de ces croyances.

 

L’ironie, c’est que nous pensons être quelque chose de différent de ce que nous  sommes à cause d’une croyance qui n’est pas vraie – « né du péché », comme le formulent   nos religions. Les mauvaises choses semblent nous arriver par hasard parce que nous ne   reconnaissons pas que nous avons fait ce monde à partir des pensées de la culpabilité.   C’est cette croyance dans le péché et la séparation qui a fait notre monde. Et chaque   fois que nous choisissons de nous appuyer sur des pensées du même genre, des expériences   similaires viennent à nouveau renforcer le fait que notre perception erronée est vraie. Ceci, à   son tour, conduit à répéter ces choix et à perpétuer une répétition sans fin de la même  

expérience effrayante.

 

En reconnaissant cela, il est plus facile de comprendre pourquoi le monde semble être de la manière dont nous le percevons maintenant. Toutes les haines, tout le bonheur perdu,   toute la méfiance et toute la douleur sont devenus « normaux », c’est-à-dire la « réalité » de ce que sont les choses. Nous ne demandons pas si le monde doit être ainsi, ou s’il existe une   alternative, parce qu’il illustre déjà ce que nous pensons être vrai.   En vérité, nous sommes liés comme les parties intégrales d’un seul Esprit/pur-Esprit.  

 

Nous partageons une cause unique et une conscience unifiée – quelque chose que nous ne   pouvons pas changer indépendamment de nos croyances. Ce que nous avons créé ne peut pas  

être perdu. Bien que la plupart du temps enfouie, il reste dans notre esprit la conscience de cette vérité à notre sujet. Tant que la séparation est toujours notre croyance dominante, nous   sommes véritablement dans un processus de lâcher prise. Pensée après pensée, lentement,   guidés par une Conscience intérieure, par des biais dont nous sommes pour la plupart du   temps inconscients, nous ouvrons notre esprit à une conscience différente de qui nous sommes.  

 

Nous disons qu’il y a miracle lorsque quelque chose se passe dans notre monde qui contredit les lois de notre croyance. Le pardon, utilisé de la façon dont nous allons le décrire,   devient la pratique consistant à démontrer à nous-mêmes que nous voulons aimer au lieu de   haïr. Pardonner ce que nous avons jugé ouvre notre esprit à la reconnaissance d’un sentiment  d’union, et les effets sur la manière dont cela change notre monde sont en effet miraculeux.  Le miracle du vrai pardon consiste à lâcher prise sur nos malperceptions concernant  qui nous sommes et ce qu’est le monde, en ouvrant notre esprit et notre coeur à une vérité   différente. Il s’agit d’apprendre que la paix et la joie viennent de la « connexion » avec les   autres, sans blâmer ou rechercher une façon d’être spécial et différent. Il s’agit de se libérer de   la culpabilité qui nous a caché notre « véritable » Soi, et de trouver la liberté d’aimer à  nouveau.  

 

Tom CARPENTER

Repost 0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 22:24

Comment puis-je te servir ?

 

Il n’y a qu’un service et c’est le service envers ton Moi avec un « M » majuscule. (Ndlr: A rapprocher du Soi christique d'un Cours en miracles) Quand je dis cela, comprends bien qu’il ne s’agit en aucun cas d’une affirmation où l’égo est impliqué. Le service envers ton Moi est le service envers le Christ. C’est en accomplissant tout acte qui représente le plus clairement ce service envers toi-même que tu prendras plus clairement conscience d’être le Christ. Ce sera par la venue de la vision de toi-même en tant que Christ que tu verras véritablement ce service se réaliser et te dévoiler ce qu’il est. L’expression de ce qu’il est, de ce que tu es, est l’Esprit de Dieu rempli d’amour.  

 

Afin que l’Esprit de Dieu soit reconnu, on doit en faire l’expérience. Tu atteindras ton but en accomplissant cette expérience et en vivant son extension naturelle. C’est l’accomplissement continu de ce but, qui est l’extension de l’Esprit de Dieu, qu’on appelle la Création. Tout ce qui existe dans la Réalité existe en toi et s’exprime en tant qu’amour absolu du Père.

 

À présent, revenons au point de départ. Pourquoi est-il nécessaire que tu t’éveilles pour reconnaître ton Moi ? Parce que c’est la seule manière de pouvoir faire l’expérience de l’amour de Dieu. C’est en en faisant l’expérience que tu continueras à l’étendre, c’est en l’étendant que les autres se verront réfléchis dans sa lumière. Et c’est dans cette lumière que tout la Création sera reconnue. Je te le dis, cette lumière brille toujours, elle est toujours vue mais elle n’est pas toujours reconnue. Je t’encourage donc à penser que l’acte de s’éveiller consiste à ôter le voile pour voir ce qui est déjà là. Cela le rendra beaucoup moins complexe, car il y a infiniment moins « à faire » que tu ne pourrais le penser.

Il y a toujours le côté humain qui te dit : « J’ai déjà entendu cela » et qui continue à t’entraîner vers de nouvelles façons de chercher l’Éveil. Je te demande de comprendre que c’est là tout le processus qui maintient vivante l’image que l’égo a de toi.

 

Ce que tu viens de décrire semble un chemin très direct.

 

Le chemin est direct. Comment pourrait-il ne pas l’être lorsque tu te maintiens dans la reconnaissance que tu es déjà cela ? Tu ne dois rien devenir, tu dois simplement reconnaître ce que tu es déjà. Et tu t’approches plus facilement de cette réalisation lorsque tu te permets, dans ton mode de pensée habituel, de ressembler davantage à ce que tu es quand tu reconnais ton Esprit Divin. Cela consiste à être dans la confiance, à refuser de reconnaître la peur et à n’accepter que ce qui t’apporte la paix et qui voit l’amour au-delà du masque de la haine.

 

Pourquoi est-ce si facile et si simple pour moi d’entendre cela, de le ressentir et de me connecter vers le haut en cet instant, mais pas à d’autres moments ? Que dois-je éliminer ?

 

Élimine d’abord le fait de penser qu’il y a quelque chose à éliminer. Nous avons affaire à un mode de pensée. Nous tentons de nous confronter à l’idée qu’il n’y a besoin d’aucun schéma de pensée. Tu entretiens des schémas de pensée pour éviter d’avoir à faire confiance à ton Moi dans l’instant. C’est pourquoi je t’ai suggéré de t’autoriser à être nourrie par ton Esprit Divin, afin qu’il te devienne naturellement plus facile d’avoir confiance en cet Esprit, sans ressentir que tu devrais compter sur ton mental limité comme tu l’as fait pendant tant d’années.

 

Source : Dialogue sur l’éveil – Tom Carpenter

Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 21:47

Est-ce que ma résistance à atteindre davantage de conscience est une résistance à faire confiance à mon Esprit Global ?

 

Je puis t’affirmer que ta résistance actuelle a beaucoup à voir avec le sentiment que tu perdrais contact avec les gens qui t’entourent, avec ceux qui ne semblent pas rechercher leur identité spirituelle ? Tu as peur d’être coupé de ces gens si tu devais lâcher prise pour simplement te permettre de te souvenir de cette identité.

 

Est-ce vrai ? Mes peurs sont-elles vraies ?

 

Non. C’est simplement le contraire qui est vrai. Vois-tu, rien n’existe au sujet de quelqu’un de ton entourage que tu n’aies prédéterminé comme étant son état mental. À mesure que tu élargiras ton propre état de conscience, tu seras stupéfait de voir grandir le sien. Tu rappelles- tu, dans ton enfance, comme tu prenais tes parents pour des dieux et pensais qu’ils savaient tout ? Et puis, en commençant à prendre de l’âge et à devenir plus sage dans les choses de la vie, tu as réalisé que tes parents ne savaient rien du tout mais que toi tu savais tout. Un jour enfin, tu as brusquement changé d’avis en te disant : « Bon sang ! Comment mes parents ont- ils pu devenir si merveilleux aussi rapidement ? » C’est de cette transition-là dont nous parlons. C’est parce que tu t’es brusquement permis d’avoir conscience de la sagesse qu’ils avaient déjà que tu as pu les regarder en voyant qu’ils l’avaient. Mais ce n’est là qu’un exemple. Ce n’est pas exactement ce qui se passe, mais c’est similaire.

 

Vois-tu, chacun en ce moment même est Éveillé. Chacun d’entre nous est tel que Dieu l’a créé, dans un état de perpétuelle perfection. Lorsque nous ne le voyons pas, nous regardons à travers des lunettes que « Un cours en Miracles » appelle l’illusion. Tu vois une illusion de la vérité, une ombre de la vérité. En laissant ton mental s’étendre et englober un plus large degré de vérité, tu verras se refléter ce plus grand degré de vérité sur tout et sur chacun de ceux qui t’entourent.

 

Actuellement ton expérience se limite à ce qui concorde avec ton scénario. Et la mise au point de ce scénario se restreint aux limites de ta perception du moment. Le monde qui t’entoure est aussi réel et Éveillé que tu es capable de le voir, car tu as façonné ton expérience dans les limites de ta perception. Si les limites de ton monde existaient au-delà de ta croyance en elles, il y aurait toujours quelqu’un ou quelque chose qui pourrait faire de toi une victime, quelqu’un qui pourrait te rabaisser ou te faire revenir en arrière. C’est quelque chose de très difficile à comprendre, car tu regardes le monde qui t’entoure en disant : « C’est exactement comme ça que le monde est ». La seule manière de changer cela est que tu parviennes à la compréhension, à la connaissance absolue qui te permet de regarder ce monde en disant : « Voici ce monde qui existe tel que je le vois. Et parce que je le vois ainsi, c’est ainsi qu’il existe. Lorsque je change ma manière de voir le monde, celui-ci semble changer. »

 

Mais vois-tu, le monde ne change jamais. Il n’y a pas de monde à changer ! Il n’y a que notre perception qui change, et les choses qui nous entourent semblent faire de même. Si tu crois à tort que c’est le monde qui change, et que tu t’autorises alors à changer, tu prends l’effet pour la cause. Le monde est toujours l’effet. La cause est ta manière de penser, ton état mental. Lorsque la cause change, l’effet ne peut pas faire autrement que de refléter la cause.        

 

Source : Dialogue sur l'éveil - Tom Carpenter

Repost 0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 11:31

Pourrais-tu nous dire en quoi consiste le fait de vider la cruche ?

 

Briser de vieux schémas et les remplacer par de nouveaux est déjà difficile, mais briser de vieux schémas pour ne les remplacer par aucun nouveau te sera encore plus difficile. J’aimerais te suggérer un exercice que tu pourrais avoir à cœur d’essayer. Je ne cherche pas à te décourager en te disant que tu vas le trouver difficile, bien qu’il soit simple. Je te dis cela pour que tu ne te décourages pas si tu le trouves difficile au premier abord.

 

Suggestion d’une image :

 

Représente-toi un sablier dont la moitié supérieure est remplie de sable et qui flotte dans l’eau fraîche et limpide d’un étang au milieu d’une belle prairie parsemée de fleurs sauvages. Le bord supérieur du sablier se trouve juste au niveau de la surface de l’étang. Le sablier représente ton mental, et le sable tes pensées qui le saturent. Il est tellement plein que l’eau de l’étang, qui représente la Conscience Christique ou le flot de ton Moi pleinement conscient, ne peut que former de petites vaguelettes sur sa surface supérieure.

 

En observant le sable qui s’écoule lentement, permets à ton mental d’ouvrir un espace à mesure que tu vois le sable descendre lentement en libérant de la place jusqu’à ce qu’il ait complètement disparu. À mesure que le sable s’écoule, l’eau de l’étang de la Conscience remplit naturellement l’espace ainsi libéré. Tu la ressens qui coule avec douceur, paix et amour. Et c’est ce ressenti qui te donne l’assurance que ce n’est pas parce que les pensées de sable se sont taries qu’il ne reste plus qu’un vide. Au contraire, tu ressens l’espace se remplir d’un flux unificateur et non fragmenté dans lequel tu peux simplement te laisser immerger en toute sécurité. En ayant cette vision et en t’y voyant complètement immergée, tu sais que tu permets à ton Esprit Divin de t’embrasser.

 

Permets-toi de ressentir que le fait d’être dans cet élément liquide est comme si tu étais dans le sein de ton Esprit Divin. Si tu gardes ce ressenti et si tu lui permets de te communiquer une sensation d’être nourrie, il t’aidera à te voir naître à la Divinité de ton Moi naturel. Au cours de ce processus, tu ne recevras pas de réponse à des questions précises et tu ne tenteras pas de résoudre des problèmes urgents. Le fait de te sentir dans cette matrice de la Divinité commencera à t’ouvrir consciemment à tous les sentiments qui te permettront de reconnaître les problèmes sur lesquels tu as travaillé pour ce qu’ils sont vraiment, et tu pourras les voir sous un angle qui ne te fera plus peur.

 

Ne t’attends à rien de particulier. Permets au processus de se dérouler pour toi, et autorise-toi à t’ouvrir à son déroulement. Cela maintiendra ta constance et gardera ton attention clairement focalisée sur l’instant présent.

 

Cela devrait-il se faire dans un état de méditation ?

 

Oui. L’état le plus paisible dans lequel tu peux te permettre d’être. Plus souvent tu essayeras de le faire, plus tu découvriras que tu es capable de te permettre de t’y immerger. En imaginant cette eau, vois-toi t’y dissoudre, et sache que ce qui se passe est que tu t’ouvres pour fusionner avec ton Esprit Divin. Aborde ce processus en ayant une confiance totale, absolument totale, dans le fait que ce que représente pour toi ton Esprit Divin te sera révélé de façon incontestable. Cela deviendra un processus de Connaissance.

 

Source : Dialogue sur l’éveil – Tom Carpenter

Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:57

Qu’ai-je besoin de faire pour avoir accès à mon Moi supérieur ? 

 

Il existe un lieu de confiance auquel tu n’es pas consciemment habituée en ce moment. Tu ressens ce lieu comme très instable et précaire. Tu t’es fabriqué un scénario dans lequel tu ressens que tu as besoin d’une confirmation de ton amour pour toi-même. Si tu pouvais te voir comme deux personnages différents, tu en verrais un les bras grands ouverts, qui te fait signe d’approcher, en souhaitant que tu abandonnes ta répulsion à embrasser les choses. Et derrière lui, tu verras un autre aspect de toi-même qui se sent totalement déconnecté et qui est sidéré de voir l’autre personnage qui te fait signe.

 

En réalité, tu vois bien ton Moi, ce Moi qui possède la sagesse que tu recherches en ce moment, mais tu n’es pas à même de t’autoriser à l’accepter totalement. Tu entends bien mais tu entends d’une manière qui, bien que satisfaisante pour l’intellect, est émotionnellement inacceptable pour le moi conscient que tu vois être en cet instant. Je suis en train de te dire que tu es déjà là mais que tu n’acceptes pas de t’y trouver. C’est cette non-acceptation qui voile la vérité de ce que tu entends.

 

Tu as compris beaucoup de choses en relation avec ta vie d’un point de vue que tu considères spirituel, mais tu as dissocié ce point de vue spirituel de ce que tu appelles ta vie pratique. En d’autres termes, tu ressens qu’il est bon d’intégrer la connaissance spirituelle, mais tu trouves difficile d’en voir l’application pratique dans la résolution de tes problèmes quotidiens. Je t’invite à comprendre qu’il n’y a aucune différence entre ce que tu comprends en temps que matière spirituelle et ce que tu comprends en tant que matière pratique. Si tu pouvais considérer tout cela comme l’ensemble de ta propre matière, et lui permettre de s’intégrer d’une manière concrète, tu l’accepterais davantage en la voyant se mettre à fonctionner.

 

Ce dont je parle n’est pas quelque chose que je qualifierais de grandiose ou de complexe. Il s’agit simplement de laisser disparaître ta peur et d’ouvrir un espace assez large pour laisser entrer davantage de ton Moi rempli d’amour et de paix. Et je ne fais pas de métaphore. Je te suggère de comprendre que tout ce qui t’arrive commence par se produire dans ton mental. En cet instant, tu perçois ton mental rempli des pensées que tu as l’habitude d’avoir. Tu ne laisses aucun espace pour qu’elles puissent prendre une tournure différente.

 

L’une des applications les plus concrètes quand on apprend à demeurer dans l’instant est tout simplement la suivante : un mental rempli de peurs et d’appréhensions fabriquées et confirmées par des modes de pensée antérieurs ne voit aucun espace disponible pour une autre façon de penser. Il se voit complètement plein. Il s’est mépris sur les raisons pour lesquelles il semble avoir des problèmes et pense que ceux-ci proviennent d’une source extérieure et nécessitent qu’il concentre toute son attention sur l’élaboration de plans qui vont les résoudre. Lorsque tu es engagée dans ce processus, ton mental se ferme à toute autre chose. Il est saturé de problèmes et cherche des façons de les résoudre. Lorsque tu es en présence de la peur, ta pensée anticipe des circonstances ou des événements semblables à ceux qui ont fait naître cette peur en toi dans le passé. Cela paraît ainsi confirmer leur réalité. Parce que tu te focalises sur ces problèmes, tu en feras de nouveau l’expérience, et cela renforcera ta croyance en leur validité. C’est ainsi qu’un cycle s’imprime dans ton mental et forme un schéma de pensée qui se perpétue.

 

Un esprit qui ne connaît que l’instant présent ne reconnaît pas le passé et ne se préoccupe pas du futur – il n’en a pas peur. Cela crée vraiment une ouverture, un espace dans lequel peuvent pénétrer le dialogue et la sagesse que tu cherches. Dans la mesure où tu te permettras d’être dans cet état d’esprit, c’est dans cet espace que viendra la sagesse, et tu reconnaîtras très clairement d’où elle vient.

 

Lorsque tu poses la question de savoir comment tu peux être en contact avec ton Moi, je te dis que tu y es déjà, mais que tu ne reconnais pas sa présence car ton mental est saturé. Aussi, de temps en temps, vide la cruche en étant présent seulement dans l’instant.

 

Tom CARPENTER - Dialogue sur l'éveil.

 

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 19:26

Au cours de ces dernières années, j’ai entendu les termes « âme sœur cosmique » et « flamme jumelle ». Ces termes ont-il une quelconque validité ?

  

Du point de référence où tu te places en demandant cette information, la réponse est non. Du point de référence le plus large, il est impossible qu’il y ait autre chose que des âmes sœurs qui existent en Christ. Nous sommes tous des reflets les uns des autres. Tu cherches à savoir s’il y existe deux aspects du Christ qui pourraient être particuliers l’un pour l’autre, et je te suggère que cela n’est pas une ligne de pensée appropriée. Comme aucune personne n’est plus grande qu’une autre, dans ta tentative pour reconnaitre l’égalité et la plénitude du Christ, il ne serait absolument pas approprié de reconnaitre d’un côté que toute expérience que l’on a en Christ est partagée de manière égale par chacun, et de tenter d’un autre coté d’expliquer comment deux expressions du Christ pourraient avoir une relation particulière et indépendante.

 

Comme tu choisis dans ton esprit des expériences à partir d’un point de vue qui ne reconnait pas la plénitude de l’Esprit du Christ, tu peux choisir de les avoir avec des expressions particulières du Christ qui ne reconnaissent pas non plus leur plénitude. Ces expériences seront comme les autres expériences de relations individuelles. Elles pourront transcender des choix ultérieurs d’être dans un état incarné ou désincarné, simplement parce que c’est ainsi que tu as choisi d’avoir ces expériences…

 

Rappelle-toi bien que toutes les expériences que tu as sont des expériences que tu as planifiées soigneusement. Et tes plans ne sont pas limités. Si tu choisis d’avoir un partenaire cosmique et que l’un de vous dise : « Je pense que cette fois-ci je vais faire le tour du cosmos par l’ouest. Pourquoi n’irais-tu pas par l’est ? Nous nous retrouverons ici et nous comparerons nos carnets de route ». Eh bien qu’il en soit ainsi. C’est la même chose que si tu disais à quelqu’un aujourd’hui : « Je vais en ville. Pourquoi n’irais-tu pas à l’autre bout de l’ile ? Nous nous retrouverons à la maison ce soir et nous en parlerons ». Tu n’as pas de limite dans le choix de tes expériences, car chacune de tes expériences a son origine dans ton esprit. Je te suggère simplement de ne pas donner de signification spirituelle importante à ces relations cosmiques. Toute relation que tu as est centrée sur le choix de te connaitre toi-même.

 

Source : Dialogue sur l’éveil – Tom Carpenter

Repost 0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 10:07

Je crois qu’il n’y a rien sur cette Terre qui puisse m’apporter la paix. C’est la raison pour laquelle j’ai désespérément cherché l’éveil spirituel.

 

Où pourrais-tu trouver ton éveil spirituel ?

 

Eh bien, j’ai cru qu’une révélation de qui je suis m’aiderait. Les gens ont de magnifiques visions.

 

Dieu ne te donne que ce que tu es. Tout ce que tu choisis de produire dans ton expérience est  en conflit avec cela.

 

Pourquoi est-ce que je le choisis ?

 

Plus exactement, pourquoi choisis-tu maintenant de ne pas faire l’expérience de ta connexion, de ton union, de ton véritable état de symbiose avec ton Moi naturel ? Pourquoi ne te rappelles-tu pas et ne reconnais-tu pas que tu n’as jamais été séparée de l’Esprit de Dieu ? Pourquoi ne m’entends-tu pas quand je te dis que tu n’as jamais quitté l’Esprit de Dieu ?

 

Je t’entends et j’apprécie ce temps que tu m’as consacré, mais je suis perdue. Je me suis perdue et ne sais comment revenir.

 

Tu te sens perdue parce que tu as l’impression que, depuis très longtemps, tu as demandé sans avoir reçu, et tu as donc l’impression qu’il y aurait quelque chose d’autre à demander. Ce ne sont pas les réponses qui sont devenues plus complexes, mais l’orientation de tes questions. Les réponses à tes questions n’ont jamais varié. Mais comme elles n’ont pas eu d’écho en toi sous une forme reconnaissable, tu n’as cessé de poser des questions différentes.

 

Je vais te faire une suggestion. Au lieu de te sentir frustrée de ne pas savoir comment t’éveiller, accepte ma vérité lorsque je te dis que tu es déjà Éveillée.

 

Et pour t’amener à reconnaître la vérité dont je parle, promets-toi de ne rien faire qui ne t’apporte pas la paix. C’est un processus qui va être très difficile pour toi au début, car ce que je te suggère est de faire un pas que tu as refusé pendant de nombreuses années. Pourtant, c’est le pas qui va finir par t’amener à reconnaître qui tu es réellement. En t’engageant à ne rien faire qui ne t’apporte pas la paix, tu seras obligé d’examiner attentivement les choix que tu as faits et qui ne t’ont pas apporté la paix. Et c’est cet examen qui t’amènera à comprendre pourquoi tu as développé si peu d’estime pour toi-même. Tu découvriras tous les raisonnements que tu as utilisés par le passé, et tu seras fortement tentée de continuer. Mais en fait, tu vas séparer dans ton mental le bon grain de l’ivraie, et c’est ce processus qui finira par t’éclairer sur les choix d’amour qui te feront prendre contact avec ton Moi.

 

Tu cherches désespérément à t’unir à quelqu’un. Tu cherches quelqu’un à l’extérieur de toi- même qui te donne de l’amour. Mais je dois te dire qu’une telle union est impossible si tu ne t’aimes pas toi-même. Je ne suis pas en train de dire que tu ne pourrais pas avoir en ce moment une relation relativement pleine d’amour. Ce que je te dis c’est que, dans sa finalité, aucune relation ne peut satisfaire tes attentes d’amour et d’union tant que tu n’as pas accepté et reconnu à l’intérieur de toi-même.

 

Source: "Dialogue sur l'éveil" de Tom Carpenter

Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 09:47

Comment peut-on utiliser au mieux les émotions dans le processus d’éveil ?

 

En reconnaissant d’abord qu’elles ont constitué un ancrage profond dans le monde de l’illusion. Parmi les sentiments que vous avez et qui sont rangés dans la gamme des émotions il y en a un qui n’est pas du tout une émotion. C’est le sentiment d’amour. Comme tu vas le comprendre, l’amour est classé bien à tort comme une émotion. Pour répondre précisément à ta question, disons succinctement : comprends que les émotions servent l’égo de manière efficace mais qu’elles ne servent pas l’esprit. Les émotions surgissent en tant qu’expressions des activités de l’égo.

 

Dans ce que t’offre l’égo, il y a l’affirmation suivante : « Si je dois abandonner mes émotions, il ne restera rien de moi à vivre ou à ressentir. Aussi, pourquoi devrais-je m’éveiller ? » Comprends bien que ce que j’essaie de définir pour toi est la différence qu’il y a entre le fait de reconnaître les sentiments qui se produisent en tant que réflexion de ton état d’Être. Je    t’affirme qu’il y a bien plus de plénitude et de sentiment de complétude dans l’expression de ton Moi que dans ce qui peut t’être transmis par l’expérience de la perception de ton égo.

 

Garde bien dans le mental ce que j’ai dit auparavant : l’égo n’est qu’un sens limité de ton Moi. C’est un sens de toi-même qui t’empêche de voir la globalité de ton Moi. C’est pourquoi, même pour un mental logique, n’est-il pas évident que tout ce que tu pourrais vivre avec un sentiment de limite serait vécu et ressenti plus pleinement, plus complètement et plus joyeusement s’il n’y avait pas de sentiment de limites ?

 

Ce qui t’aide le plus dans la compréhension de tes émotions en rapport avec ton éveil c’est de les laisser disparaître, car elles renforcent le sentiment de limites. Ne lutte pas pour devenir quelqu’un qui ne montre pas d’émotions, mais permets-toi d’être reconnu comme quelqu’un qui exprime un plus grand sens de lui-même. La joie que tu réfléchiras pourra être reconnue, par toi-même et par les autres, comme un reflet de ton Être, une image de ton Moi dans un état de paix. Et ne te préoccupe pas de la définition de ce qu’est une émotion et de ce qui est plus précisément connu ou défini comme une extension de ton Être.

 

Source: "Dialogue sur l'éveil" de Tom Carpenter

Repost 0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 11:01

Comment savoir si mes directives viennent de mon Moi supérieur ? (ndlr: du Soi selon la terminologie du Cours en miracle)

 

C’est le sentiment de te détendre dans quelque chose – l’absence du besoin de vouloir surmonter quoi que ce soit – qui finit par t’amener à reconnaître ce que tu cherches. La raison en est simple. Lorsque tu te détermines à faire quelque chose, tu te rabaisses au niveau de pensée de l’égo et tu dresses une barrière devant l’information qui provient de ton Moi unifié, le Moi qui s’étend au-delà des limites de ton mental d’égo.

 

J’ai peur de ne pas recevoir de directives de mon Moi unifié. J’ai l’impression que je dis cela parce que, très souvent, lorsque j’ai demandé des directives, je n’ai pas eu connaissance d’en avoir reçu.

 

Tu t’attends à entendre la trompette des anges, mais ce n’est pas ainsi que tu communiques avec ton Moi ou avec moi. Tu dois écouter la voix qui t’apporte la paix. Que la voix paraisse ordinaire, bien connue ou inhabituelle, tu peux être certaine d’entendre la voix de ton Moi lorsque tu l’entends avec un sentiment de paix. Lorsque tu te trouves dans un état conflictuel – et tu t’y trouves assurément lorsque tu forces les choses – tu n’es pas dans une expérience de paix et tu sais alors que c’est la voix de l’égo.

 

Tu cherches quelque chose que tu as imaginé bien plus complexe que ça ne l’est en réalité. La voix tranquille qui t’apporte la paix est une voix que tu as bien souvent entendue mais à laquelle tu n’as accordé aucune crédibilité.

 

C’est curieux : lorsque je questionne cette voix pour des enseignements, je reçois de merveilleuses réponses. Mais lorsque je demande des directives, je n’ai pas de réponse et j’ai l’impression que cela me renvoie à mes propres ressources et me ramène à l’effort.

 

Tu as cherché à avoir des conseils sur ce qu’il faut faire. Or ce que tu fais n’a que peu d’importance. L’important c’est pourquoi tu le fais et comment tu le fais… et non ce que tu fais.

 

Source: "Dialogue sur l'éveil" de Tom Carpenter

(Voir "mes livres d'éveil" pour plus de détail sur ce grand livre)

Repost 0