Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

/ / /

Termes spécifiques employés exclusivement dans «Un Cours en Miracles» - Par Ken WAPNICK

 

Amour - Connaissance : Essence de l’être de Dieu et de Sa relation avec Sa création, laquelle est éternelle et immuable; l’amour est au-delà de toute définition et de tout enseignement et ne peut être connu et ressenti que quand le pardon a supprimé les barrières de la culpabilité.

Perception vraie : impossible dans le monde illusoire de la perception, l’amour s’exprime dans la vraie perception à travers le pardon; émotion donnée par Dieu – par opposition avec l’émotion de peur de l'ego – l’amour se reflète dans toute expression d’union vraie avec autrui.

 

Apporter la noirceur (illusion) à la lumière (vérité) – le processus de défaire le démenti et la dissociation exprime la décision d’amener la culpabilité à la lumière du Saint-Esprit afin d’être regardée et pardonnée plutôt que de la conserver avec crainte dans la noirceur de nos esprits inconscients où elle ne pourrait jamais être vue et défaite ; vivre dans les illusions apporte douleur et maladie, les apporter à la vérité est la guérison et le salut.

 

Cause et effet – cause et effet sont dépendants l’un de l’autre puisque l’existence de l’un détermine l’existence de l’autre; en effet quelque chose qui n’est pas une cause ne peut pas exister, parce que tout être a des effets. 

Connaissance : Dieu est la seule Cause et Son Fils est Son Effet.

Perception : la pensée de séparation – le péché -- est la cause du rêve de souffrance et de mort, lequel est l’effet du péché : le pardon défait le péché en démontrant que le péché n’a pas d’effet, c'est-à-dire que la paix de Dieu et notre relation d’amour avec Lui ne peuvent être affectées par ce que les autres nous ont fait; sans effet, le péché ne peut être une cause et ne peut donc pas exister.

 

Le Christ – seconde personne de la Trinité; le seul Fils de Dieu ou la totalité de la Filialité ; l’être que Dieu a créé par extension de Son pur Esprit; bien que le Christ crée comme Son Père, Il n’est pas le Père puisque Dieu a créé le Christ mais que le Christ n’a pas créé Dieu. (Note : ne se rapporte pas exclusivement à Jésus.)

 

Le Ciel – monde de la connaissance sans dualité, dans lequel demeure Dieu avec Sa création en union parfaite de Sa Volonté et du pur esprit; même s’il n’inclut pas le monde de la perception, le Ciel peut se refléter ici dans la relation sainte et le monde réel.

 

La communication – Connaissance; synonyme avec la création, une expression de notre relation unifiée avec Dieu, qui peut sembler à un courant d’esprit ou d’amour; seul l’esprit peut communiquer, au contraire de l'ego qui est séparé par sa nature. Perception vraie; nous connaissons la communication dans notre esprit juste à travers le Saint-Esprit, permettant à Son amour d’être partagé à travers nous.

 

La Connaissance – le Ciel, monde de Dieu et de Sa création unifiée avant la séparation; au Ciel il n’y a ni différences ni formes; il exclut donc le monde de la perception; à ne pas confondre avec le sens habituel de «connaissance» qui suppose la dualité d’un sujet qui connaît et d’un objet qui est «connu»; dans le Cours, elle reflète l’expérience pure de la non-dualité, sans dichotomie de sujet-objet.

Le corps - NIVEAU I : incarnation de l'ego ; pensée de séparation projetée par l’esprit et devenue forme, témoignant ainsi de l’apparente réalité de la séparation qui limite l’amour et l’exclut de notre conscience ; il comprend à la fois notre corps physique et notre personnalité.

NIVEAU II : le corps est neutre en soi ; il n’est ni «bon» ni «mauvais»; c’est l’esprit qui lui donne sa fonction. Esprit faux : le corps est le symbole de la culpabilité et de l’attaque.

 

La création – extension de l’être de Dieu ou pur esprit, la Cause, dont le résultat est le Fils, l’Effet; décrite comme le Premier Avènement du Christ; la fonction du Fils au Ciel c’est de créer, comme c’était celle de Dieu quand Il l’a créé.

(Note – n’existe qu’au niveau de la connaissance et n’est pas l’équivalent de création ou de créativité au sens où ces termes sont employés dans le monde de la perception. 

 

Les créations – les extensions de notre esprit; les effets du fait de créer, analogue à la création quand Dieu a créé son Fils en se prolongeant Lui-même; comme extensions du Christ, nos créations font partie de la deuxième personne de la Trinité, la création est continue au Ciel, au-delà du temps et de l’espace et indépendant du manque de conscience du Fils de sa réalité en ce monde.

 

La crucifixion – symbole de l’attaque de l'ego contre Dieu et donc contre son Fils, elle témoigne de la «réalité» de la souffrance, du sacrifice, du rôle de victime et de la mort que le monde semble manifester ; elle se rapporte également à la crucifixion de Jésus, exemple extrême dont l’intention était d’enseigner que notre vraie Identité d’amour ne peut pas être détruite car la mort n’a aucun pouvoir sur la vie.

 

La culpabilité – sentiment que le péché fait éprouver; elle vient de notre esprit et se reflète dans toutes nos croyances et les sentiments négatifs que nous entretenons sur nous-mêmes et qui sont en grande partie inconscients; la culpabilité repose sur un sentiment d’indignité inhérente qui semble être au-delà même du pouvoir de pardonner de Dieu car nous croyons à tort qu’Il exige que nous soyons punis pour notre apparent péché de séparation contre Lui; en suivant le conseil de l'ego – ne regardons pas notre culpabilité ou nous serons détruits – nous nions la présence de la culpabilité dans notre esprit et la projetons sur les autres sous forme d’attaque ou bien sur notre corps sous forme de maladie.

 

La décision – la dernière liberté comme prisonniers de ce monde est notre pouvoir de décision ; alors inconnue au Ciel, la décision est nécessaire ici comme c’était notre décision d’être séparé de notre Source qui doit être corrigée ; ceci est accompli en choisissant le Saint-Esprit au lieu de l'ego, l’esprit juste au lieu de l’esprit faux.

 

Le déni – Esprit faux : évite la culpabilité en repoussant la décision qui l’a engendrée hors de la conscience ce qui la rend inaccessible à l’Expiation ou à la Correction : équivaut à peu près à la répression; protège la croyance de l'ego, celle que c’est lui-même et non Dieu qui est notre père. Esprit juste : sert à nier l’erreur et à affirmer la vérité : nier le «déni de la vérité».

 

Le dernier pas – ce pas, appartenant à Dieu, se produit lorsque la Correction est complète et que toutes les interférences de l'ego ont été enlevées ; quand plus rien ne reste pour nous séparer de Dieu, Il fait le dernier pas, nous élevant jusqu’à Lui-même ; strictement parlant, Dieu ne fait pas de pas et le terme réfère plutôt à nos expériences de retour à la Source que nous n’avons vraiment jamais quittée.

 

Dieu – première personne de la Trinité; le Créateur, Source de tout être et de toute vie; le Père, Dont la paternité est déterminée par l’existence de Son Fils, le Christ; la première Cause, Dont le Fils est l’Effet; l’essence de Dieu est pur esprit, partagé par toute la création dont l’unité est l’état du Ciel.

 

L'ego – croyance en la réalité d’un être séparé ou faux, substitut du Soi que Dieu a créé; pensée de séparation qui fait surgir le péché, la culpabilité, la peur, système de pensée fondé sur les relations particulières et destiné à se protéger; partie de l’esprit qui croit être séparée de l’Esprit du Christ. L’esprit divisé a deux parties : l’esprit faux et l’esprit juste; presque tout le temps l'ego désigne «l’esprit faux», mais peut aussi inclure la partie de l’esprit divisé qui est capable d’apprendre à choisir «l’état d’esprit juste».

(Note - à ne pas assimiler cet ego à l’«ego» de la psychanalyse; il peut cependant équivaloir plus ou moins à la psyché entière, dont l’«ego» en est une partie.)

 

L’esprit - Connaissance : agent actif du pur esprit, auquel est-il à peu près équivalent et auquel il fournit son énergie créatrice. Perception : agent qui choisit : nous sommes libres de croire que nos esprits sont séparés ou détachés de l’Esprit de Dieu (esprit faux) ou bien qu’ils peuvent retourner à Lui (esprit juste) ; ainsi, pour comprendre l’esprit séparé, on peut le diviser en trois parties : l’esprit faux, l’esprit juste et la partie de l’esprit («le décideur») qui choisit entre eux ; à ne pas confondre avec le cerveau, qui est un organe physique et donc un aspect de notre moi corporel.

 

L’esprit faux – partie de notre esprit séparé et divisé qui contient l'ego – la voix du péché, de la culpabilité, de la peur et de l’attaque; il nous est constamment demandé de choisir l’état d’esprit juste plutôt que l’état d’esprit faux qui nous emprisonne toujours davantage dans le monde de la séparation.

 

L’esprit juste – partie de notre esprit séparé qui contient le Saint-Esprit – la Voix du pardon et de la raison; il nous est constamment conseillé de choisir celle-ci plutôt que l’esprit faux, de suivre la direction du Saint-Esprit plutôt que celle de l'ego, et de retourner à l’Unité d’Esprit du Christ.

 

L’éveil – le Cours parle de la séparation comme étant un rêve duquel nous avons besoin de nous éveiller ; par conséquent le salut consiste à entendre le Saint-Esprit -- l’Appel de l’éveil – en nous-même et en nos frères : acceptant ainsi l’unité avec chacun, ce qui défait la séparation qui au début a donné lieu au rêve.

 

L’Expiation – le plan de correction du Saint-Esprit pour défaire l'ego et guérir la croyance en la séparation et il sera complété quand chaque Fils séparé aura rempli sa part dans la Correction par le pardon total ; son principe est que la séparation ne s’est jamais produite.

 

La face du Christ – symbole du pardon ; c’est le visage de vraie innocence vue chez un autre quand nous regardons par la vision du Christ sans nos projections de culpabilité ; c’est donc l’extension vers les autres de l’état sans culpabilité que nous voyons en nous et qui est indépendant de ce que voient nos yeux physiques.

(Note – à ne pas confondre avec le visage de Jésus ni avec quoi que ce soit d’extérieur.)

 

Le Fils de Dieu – Connaissance : seconde personne de la Trinité; le Christ, Qui est notre Soi véritable.

Perception : notre identité en tant que Fils séparés, ou le Fils de Dieu en tant qu’ego avec un esprit juste et un esprit faux; l’expression biblique «fils de l’homme» est rarement utilisée pour indiquer le Fils séparé.

 

La fonction – Connaissance - création, l’extension de l’Amour de Dieu ou l’esprit ; Dieu crée son Fils le Christ, qui à son tour crée comme fait son Père ; notre fonction de création est continuelle à travers l’éternité, et elle est restaurée à notre conscience lorsque la Correction est complétée.

Perception – pardon, guérison, salut, l’acceptation de la Correction pour nous-mêmes ; notre «fonction spéciale» est de pardonner à nos relations particulières ; la fonction du Saint-Esprit est d’exécuter le plan de la Correction en rappelant à chaque Fils de Dieu sa fonction spéciale.

 

La guérison – correction dans l’esprit de la croyance en la maladie qui semble rendre la séparation et le corps réels ; l’effet de l’union avec un autre par le pardon qui change la perception de corps séparés – source de toute maladie – en celle d’un but partagé par tous, celui de guérir en ce monde ; comme la guérison est fondée sur la croyance que notre vraie Identité est pur esprit et non un corps, la maladie, quelle qu’en soit la sorte, ne peut être qu’illusoire, puisque seul un corps ou un ego peut souffrir ; ainsi, la guérison reflète le principe qu’il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles.

 

Les idées ne quittent pas leur source – l’expression de la loi de cause et effet, car la cause et l’effet ne peuvent pas être séparés ; une idée ne peut quitter l’esprit qui l’a pensée.

Connaissance : l’extension des pensées de Dieu, Son Fils, n’a jamais quitté Sa source ; car ce qui est de Dieu ne peut jamais être séparé de Lui.

Perception : le monde de séparation n’a jamais quitté sa source dans l’esprit séparé, bien qu’il paraisse lui être extérieur ; ainsi il n’y a pas de monde matériel, seulement une illusion qui en est projetée.

 

Les idoles – le symbole de la substitution de l'ego pour notre Soi véritable ou pour Dieu; une fausse croyance qu’il peut y avoir quelque chose d’autre ou de plus que Dieu; et ainsi séparé de Lui;  une croyance qui est alors projetée sur la relation particulière, personnes, choses ou idées; l’Antéchrist.

 

L’illusion – quelque chose que nous croyons vrai, mais qui ne l’est pas; l’ultime illusion est la séparation d’avec Dieu sur laquelle repose toutes les manifestations du monde séparé qui peuvent être comprises comme étant des distorsions dans la perception, c'est-à-dire voir une attaque au lieu d’un appel à l’amour, un péché au lieu d’une erreur; les illusions du monde renforcent la croyance que le corps a une valeur de lui-même et en lui-même; une source soit de plaisir ou de souffrance - le pardon est l’illusion finale en ce qu’elle pardonne ce qui n’a jamais été et nous mène au-delà de toute illusion à la vérité de Dieu.

 

L’instant saint – l’instant en dehors du temps où nous choisissons le pardon au lieu de la culpabilité, le miracle au lieu d’un désaccord, le Saint-Esprit au lieu de l'ego ; l’expression de notre petit désir de vivre dans le présent, lequel ouvre sur l’éternité, plutôt que de s’accrocher au passé et craindre le futur, qui nous garde en enfer ; utilisé aussi pour désigner l’ultime instant saint, le monde réel, la culmination de tous les instants saints que nous avons choisis le long du chemin.

 

Jésus – la source du Cours, c’est la première personne, le «Je» du Cours, le premier à avoir achevé son rôle dans le Rachat, ce qui le rend capable d’assumer la responsabilité de tout le plan; en transcendant son ego Jésus s’est identifié au Christ et peut maintenant nous servir comme modèle pendant notre formation et d’aide toujours présente quand nous l’appelons avec le désir de pardonner. 

(Note – à ne pas identifier avec le Christ, la seconde personne de la Trinité) 

 

Le jugement – strictement parlant, Dieu ne juge pas parce que tout ce qu’Il crée est parfait et Un avec Lui; les références du Cours au jugement de Dieu reflètent Sa reconnaissance de Son Fils tel que son Fils, aimé pour toujours et un avec Lui.

Esprit juste : vision, et où les gens sont vus soit comme exprimant de l’amour ou en demandant, un jugement inspiré par le Saint-Esprit et toujours basé sur le présent.

Esprit faux : une condamnation, et où les personnes sont séparées en ceux à détester et ceux «à aimer», un jugement toujours fondé sur le passé.

 

Le jugement final – Connaissance : par contraste avec la vue traditionnelle chrétienne de jugement et de châtiment, le Jugement Final reflète la relation d’amour entre Dieu et tous Ses Fils : c’est Son Jugement Final.  

Perception vraie : il équivaut à la fin de la Correction où, après le Second  Avènement, se fait la distinction finale entre la vérité et l’illusion ; alors toute la culpabilité se défait, et nous redevenons conscients d’être le Christ – le Fils du Dieu vivant.

 

La justice – la correction du Saint-Esprit pour l’injustice du monde ; la croyance que tous les Fils de Dieu sont également aimés et saints ; défaisant les jugements fondés sur la séparation ; la fin du sacrifice et de la croyance que le gain de l’un est la perte de l’autre ; appelés le «rocher sur lequel le salut repose».

 

La magie – c’est la tentative de l'ego pour résoudre un problème là où il n’est pas, c'est-à-dire pour essayer de résoudre le problème de l’esprit par des mesures physiques ou «sans esprit» : c’est la stratégie de l'ego pour garder le vrai problème – la croyance en la séparation - éloigné de la Réponse de Dieu; la culpabilité est projetée en dehors de notre esprit sur les autres (attaque) ou sur notre corps (maladie) : là on essaie de la corriger au lieu de la défaire dans notre esprit en l’apportant au Saint-Esprit; appelé «guérison fausse» dans «Le Chant de la Prière»

 

La maladie – un conflit de l’esprit (la culpabilité) qui se déplace dans le corps ; l'ego tente de se défendre contre la vérité (le pur esprit) en concentrant son attention sur le corps ; un corps malade est l’effet de l’esprit malade ou divisé qui en est la cause; il représente le désir qu’a l'ego de rendre les autres coupables par son propre sacrifice et de projeter la responsabilité de l’attaque sur eux.

 

La mémoire de Dieu – la dernière étape de la Correction, laquelle suit la vision du visage du Christ dans tous nos frères et précède le dernier pas, pris par Dieu lui-même ; nous nous rappelons Dieu à travers le pardon défaisant ainsi toutes les croyances en la séparation qui nous dissimulent Sa présence.

 

Le miracle – changement d’esprit qui fait passer notre perception du monde de l'ego – du péché, de la culpabilité et de la peur – au monde de pardon du Saint-Esprit ; le miracle inverse la projection en redonnant à l’esprit sa fonction de cause, ce qui nous permet de choisir à nouveau ;  le miracle transcende les lois de ce monde pour refléter les lois de Dieu ; nous l’accomplissons en nous unissant au Saint-Esprit ou à Jésus, qui sont les moyens de guérir notre esprit et celui des autres.

(Note – à ne pas confondre avec le concept traditionnel des miracles en tant que changements dans les phénomènes extérieurs.

 

Le monde –

NIVEAU I : c’est l’effet de la croyance de l'ego en la séparation, qui en est la cause ; c’est la pensée de séparation, qui en est la cause ; c’est la pensée de séparation et d’attaque contre Dieu ayant pris forme; en tant qu’expression de la croyance au temps et à l’espace, le monde n’a pas été créé par Dieu Qui transcende absolument le temps et l’espace ; à moins qu’il ne se rapporte spécifiquement au monde de la connaissance, il se rapporte seulement à la perception, domaine de l’après-séparation de l'ego.

NIVEAU II : Esprit faux : la prison de séparation renforce la croyance de l'ego dans le péché et la culpabilité, perpétuant ainsi l’apparente réalité de ce monde. Esprit juste : c’est la salle de classe où nous apprenons nos leçons de pardon, le procédé d’enseignement qu’emploie le Saint-Esprit pour nous aider à transcender le monde ; donc le but du monde est de nous enseigner qu’il n’y a pas de monde.

 

Le Monde réel – l’état d’esprit dans lequel, à travers le pardon complet, le monde de perception est dégagé des projections que nous avions placées sur lui ; ainsi c’est l’esprit qui a changé et non le monde, et nous voyons à travers la vision du Christ qui bénit plutôt que condamne ; c’est le rêve heureux du Saint-Esprit ; la fin de la Correction, qui est défaire nos pensées de séparation et permettre à Dieu de faire le dernier pas.

 

La mort – Esprit faux : témoigne en dernier lieu de l’apparente réalité du corps et de notre séparation d’avec notre Créateur, Qui est la vie ; si le corps meurt, c’est qu’il a vécu et que son créateur – l'ego -- doit être réel et vivant ; l'ego considère la mort comme un châtiment final pour notre péché de séparation d’avec Dieu.

Esprit juste – l’abandon tranquille du corps après qu’il a accompli sa fonction en tant qu’instrument d’enseignement 

 

Le pardon – observe notre particularité avec le Saint-Esprit ou Jésus, sans culpabilité ni jugement ; le pardon est notre fonction spéciale qui transforme notre perception d’autrui d’«ennemi» (haine spéciale) ou d’«idole salvatrice» (amour spécial) à celle de frère et ami, en retirant de lui toutes nos projections de culpabilité ; le pardon est l’expression du miracle ou la vision du Christ, qui voit tout le monde uni dans la Filialité de Dieu et qui regarde au-delà des apparentes différences qui signalent la séparation ; percevoir le péché comme réel c’est rendre le pardon impossible ; le pardon, c’est reconnaître que ce que nous pensions nous être fait, c’est nous qui nous le sommes fait, puisque nous sommes les seuls responsables de notre scénario de vie et que nous sommes donc seuls à pouvoir nous priver de la paix de Dieu ; alors, nous pardonnons aux autres ce qu’ils ne nous ont pas fait, et non ce qu’ils nous ont fait.

 

La Parole de Dieu – la «réponse» de Dieu à la séparation ; utilisé différemment pour différents aspects de la réponse ; c'est-à-dire le pardon, la paix, la Correction et le Saint-Esprit. (Note – ne réfère pas à Jésus ou au Christ comme dans la Bible).

 

Le péché – c’est la croyance en la réalité de notre séparation d’avec Dieu; l'ego le considère comme un acte impossible à corriger parce qu’il représente une attaque de notre part contre notre Créateur, Qui ne nous pardonnerait donc jamais; cette conviction conduit à la culpabilité, laquelle exige châtiment; équivalent de la séparation, c’est le concept principal du système de pensée de l'ego dont découlent logiquement tous les autres; pour le Saint-Esprit, le péché est une erreur de pensée à corriger et donc à pardonner et à guérir.

 

Les pensées de Dieu – l’extension non spatiale de l’Esprit de Dieu ou Esprit, incluant toute la création ; notre vrai Soi aussi bien que nos propres créations; faisant partie de Dieu, Ses Pensées partagent dans Ses attributs, unifiés, éternels, informes, créatifs et immuables.

 

La perception –

NIVEAU I : le monde dualiste de formes et de différences de l’après-séparation qui exclut – et réciproquement – le monde non dualiste de la connaissance; surgi à cause de notre croyance en la séparation, ce monde n’a aucune réalité en dehors de cette pensée. 

NIVEAU II : vient de la projection : ce que nous voyons à l’intérieur détermine ce que nous voyons à l’extérieur de nous-même; notre interprétation de la réalité est cruciale pour notre perception, plutôt que ce qui semble objectivement réel.

Esprit faux : le fait de percevoir le péché et la culpabilité renforce la croyance en la réalité de la séparation.

Esprit juste : le fait de percevoir les occasions de pardonner sert à défaire la croyance en la réalité de la séparation.

 

La perception vraie – c’est voir par les yeux du Christ, c’est la vision du pardon qui corrige les fausses perceptions de séparation en reflétant la vraie unité du Fils de Dieu ; il ne faut pas la mettre sur le même plan que la vue physique ; c’est l’attitude qui défait les projections de culpabilité, en nous permettant de contempler le monde réel à la place du monde de péché, de peur, de souffrance et de mort.

 

Les périodes de dérangement – notre culpabilité et notre peur ne peuvent pas être défaites sans s’en être occupées à travers les occasions de pardon que le Saint-Esprit utilise ; ce regard honnête à l’intérieur de nos esprits avec Jésus et le Saint-Esprit – un processus que l'ego nous déconseille – est ce qui mène aux périodes d’inconfort et d’anxiété que nous pouvons inévitablement ressentir dans le processus de passer de l’esprit faux - à l’esprit juste.

 

La peur – émotion de l'ego, par contraste avec l’amour, émotion qui nous est donnée par Dieu; elle vient du châtiment auquel nous nous attendons à cause de nos péchés et que notre culpabilité exige; ce que nous croyons mériter engendre la terreur, laquelle nous pousse – par les moyens du déni et de la projection - à nous défendre en attaquant les autres; cela renforce notre sentiment de vulnérabilité et de peur et établit le cercle vicieux de peur et de défense.

 

Le pont – le symbole pour la transition de la perception à la connaissance et utilisé différemment pour signifier le Saint-Esprit, le monde réel ou le dernier pas de Dieu ; aussi employé pour désigner le transfert de la fausse à la vraie perception et le monde réel.

 

Le principe de pénurie – aspect de la culpabilité; c’est la croyance que nous sommes vides, incomplets et que nous manquons de ce dont nous avons besoin; elle nous pousse à rechercher des idoles ou des relations particulières dans le but de remédier au manque que nous ressentons en nous-mêmes; ce principe contraste avec le principe d’abondance de Dieu.

 

Le processus – «Un Cours en Miracles» souligne qu’à l’intérieur du rêve de séparation, le pardon se produit avec le temps et par conséquent est un processus de croissance ; notre peur de l’amour de Dieu est tellement énorme que nous nous accrochons à notre particularité comme protection et nous devons donc apprendre gentiment et patiemment que l’attaque et la culpabilité de l'ego renforcent la douleur tandis que le pardon du Saint-Esprit mène à la joie.

 

La projection – loi fondamentale de l’esprit : la projection fait la perception – ce que nous voyons à l’intérieur de nous détermine ce que nous voyons à l’extérieur de notre esprit.  

Esprit faux : renforce la culpabilité en la déplaçant sur autrui, en l’attaquant et en niant sa présence en nous-mêmes ; elle essaie de faire passer notre culpabilité de la séparation de nous-même sur les autres.

Esprit juste : c’est le principe de l’extension, qui défait la culpabilité en permettant que le pardon s’étende (se projette) par nous

 

Le pur esprit – la nature de notre vraie réalité, laquelle venant de Dieu, est immuable et éternelle, contrastant avec le corps; lequel change et meurt; la Pensée dans l’Esprit de Dieu, laquelle est le Christ unifié.

 

La raison – l’état d’esprit juste, qui pense en accord avec le Saint-Esprit, qui choisit de suivre Ses directives et d’apprendre Ses leçons de pardon, de voir l’innocence au lieu du péché et de choisir la vision au lieu du jugement.

(Note – ne pas confondre avec le rationalisme)

 

Regarder l'ego – l’essence du pardon : regarder notre système de pensée d’ego avec la patience et la gentillesse de Jésus et du Saint-Esprit qui ne jugent pas ; c’est donc la culpabilité qui nous empêche de regarder notre particularité soutenant ainsi l'ego et gardant sa vraie nature cachée ; c’est regarder sans jugement nos pensées d’attaque qui défait l'ego, ainsi regarder l'ego sans peur ni culpabilité est l’essence de la Correction.

 

Les relations particulières – ce sont les relations où nous projetons notre culpabilité et que nous utilisons comme substituts à l’amour et à notre vraie relation avec Dieu ; ce sont les défenses qui renforcent notre croyance dans le principe de pénurie tout en prétendant le défaire – faisant ce qu’elles voudraient défendre ; en effet les relations particulières essaient de combler le manque que nous avons perçu en nous en prenant aux autres, considérés bien sûr comme séparés, et en renforçant la culpabilité, qui vient en fin de compte de ce que nous croyons être séparés de Dieu ; c’est la pensée d’attaque qui est à l’origine de notre sentiment de manque ou de pénurie ; toutes relations commencent en ce monde par les relations particulières puisqu’elles commencent par la perception de séparation et de différences, que le Saint-Esprit doit alors corriger par le pardon, afin de rendre la relation sainte. 

Il se trouve deux formes de relations particulières : la relation particulière de haine qui justifie la projection de la culpabilité par l’attaque et celle d’amour particulier qui dissimule l’attaque sous l’illusion d’amour, laquelle nous fait croire que nos besoins spéciaux sont satisfaits par des personnes spéciales dotées de qualités spéciales, ce pour quoi nous les aimons : en ce sens l’amour particulier équivaut à la dépendance, qui entraîne mépris ou haine.

 

La relation sainte – moyen qu’emploie le Saint-Esprit pour défaire la relation non sainte ou particulière en changeant le but de la culpabilité en celui du pardon ou de la vérité ; c’est aussi le processus du pardon par lequel celui qui perçoit qu’un autre est séparé s’unit à lui en esprit à travers la vision du Christ.

 

La Réponse – voir le Saint-Esprit – (65)

 

La résurrection – le réveil du rêve de mort ; c’est un changement total dans l’esprit qui transcende l'ego et ses perceptions du monde, le corps et la mort, et qui nous permet de nous identifier complètement au vrai Soi ; c’est aussi une référence à la résurrection de Jésus.

 

Le rêve – l’état d’après-séparation dans lequel le Fils de Dieu rêve d’un monde de péché, de culpabilité et de peur, en croyant que c’est la réalité et que le Ciel est un rêve; le Fils, qui est le rêveur, est la cause du monde qui en est l’effet, bien que la relation entre cause et effet apparaisse inversée dans ce monde, où il semble que nous soyons l’effet ou la victime du monde; quelquefois employé pour indiquer les rêves du sommeil, bien qu’il n’y ait pas de différence réelle entre ceux-ci et les rêves éveillés, car tous deux appartiennent au monde illusoire de la perception.

 

Le rêve heureux – la correction du Saint-Esprit pour le rêve de souffrance et de douleur de l'ego ; bien qu’il soit toujours illusoire, le rêve heureux mène vers la vérité au-delà de toutes les illusions ; c’est le rêve de pardon dans lequel le monde réel est finalement vu et le salut atteint.

 

Le rire – le Cours nous demande de ne pas prendre l'ego et son monde sérieusement car ceci les rend réels dans nos esprits ; il nous pousse plutôt à rire gentiment au système de pensée de l'ego et à toutes ses prétendues conséquences, nous rappelant de rire de la «petite idée folle» à la fin.

 

Le sacrifice croyance prédominante du système de pensée de l'ego : quelqu'un doit perdre afin qu’un autre gagne ; c’est le principe de renoncer afin de recevoir (donner pour obtenir) ; nous devons, par exemple, payer un prix pour recevoir l’amour d’un autre, nous devons payer à travers le marché de l’amour spécial ; c’est l’inverse du principe de salut ou de justice dans lequel personne ne perd et tout le monde gagne

 

Le Saint-Esprit – troisième personne de la Trinité, décrite métaphoriquement dans le Cours comme la Réponse de Dieu à la séparation; lien de communication entre Dieu et Ses Fils séparés, qui comble la brèche qui existe entre l’Esprit du Christ et notre esprit divisé;  c’est le souvenir de Dieu et de Son Fils que nous avons emporté avec nous dans le rêve; c’est Celui Qui voit nos illusions (la perception) et Qui nous conduit à travers elles à la vérité (la connaissance); c’est la Voix pour Dieu Qui parle pour Lui et pour notre vrai Soi, en nous rappelant l’Identité que nous avons oubliée; appelé aussi le Pont, le Consolateur, le Guide, le Médiateur, le Maître, le Transformateur et l’Interprète.

 

Le salut – c’est la Correction ou ce qui défait la séparation ; nous sommes «sauvés» de notre croyance en la réalité du péché et de la culpabilité par le changement d’esprit qu’apportent le pardon et le miracle.

 

Le second Avènement – c’est la guérison de l’esprit de la Filialité ; c’est le retour collectif à la conscience de notre réalité en tant que seul Fils de Dieu, que nous possédions à notre création, le premier Avènement ; il précède le Jugement Final, après lequel ce monde d’illusions sera terminé.

 

La séparation – croyance au péché qui affirme une identité séparée de notre Créateur; elle a semblé arriver une fois, et le système de pensée qui a surgi de cette idée est symbolisé par l'ego; cela résulte en un monde de perception et de forme, de douleur, de souffrance et de mort, réel dans le temps, mais inconnu dans l’éternité.

 

Le Soi – c’est notre véritable Identité en tant que Fils de Dieu; synonyme de Christ, la seconde personne de la Trinité, par contraste avec le soi de l'ego que nous avons fabriqué comme substitut à la création de Dieu; rarement utilisé pour indiquer le Soi de Dieu.

 

La souffrance – un des témoins fondamentaux de l'ego à la réalité du corps et à l’inexistence de l’esprit, puisque le corps semble éprouver de la souffrance ou de la douleur, c’est donc nier Dieu alors qu’être conscient de notre invulnérabilité comme Fils de Dieu est nier la réalité de la souffrance.

 

La Trinité – il n’est pas possible de comprendre l’unité de Ses Niveaux en ce monde; elle se compose de 1) Dieu, le Père et Créateur, 2) Son Fils, le Christ, notre vrai Soi, Qui comprend nos créations, et 3) le Saint-Esprit, la Voix pour Dieu.

 

L’unitéConnaissance – la réalité de Dieu et du Christ, dont l’unité parfaite constitue le Ciel.

Perception – reflétée dans le monde par le pardon; le «défaire» de nos croyances dans les intérêts séparés; s’unir ensemble aux autres par le «défaire» de nos pensées d’individualisme, qui est simplement l’acceptation de notre état Unifié inhérent comme Fils de Dieu. Partager ce but de pardon est notre seule et unique fonction, reflétant notre fonction de créer au Ciel.

 

L’Unité d’Esprit – Esprit de Dieu ou Christ : extension de Dieu qui est l’Esprit unifié de la Filialité; il transcende les deux états d’esprit, le juste et le faux, et n’existe qu’au niveau de la connaissance et du Ciel.

 

La Vérité - : quelque chose est soi vrai ou faux, réalité ou illusion, il ne peut y avoir aucun compromis : nous sommes créés par Dieu ou par l'ego, ce principe explique pourquoi il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles, parce que tout ce qui est nécessaire pour guérir ou pour que le miracle se produise est le changement des illusions de l'ego pour la vérité du Saint-Esprit.

 

La vision – la perception du Christ ou du Saint-Esprit qui voit au-delà du corps l’esprit qui est notre vraie Identité ; la vision de pardon et de non-culpabilité à travers lesquels le monde réel est perçu, purement interne, reflétant une décision d’accepter la réalité plutôt que de la juger ; un changement d’attitude du but de l'ego pour le corps (particularité) à celui du Saint-Esprit (pardon), et ainsi ne doit pas être considéré comme la vue physique.

(Note : «to forgive is to overlook» se traduit par : «pardonner, c’est passer par-dessus ce qui n’est jamais arrivé».)

 

Traduction libre et transcription par Stella Pilon –2010

Partager cette page

Repost 0
Published by