Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 09:12

Mon dernier livre est un essai à caractère poétique et philosophique. Il reprend un certain nombre de textes ou poèmes qui ont été édités dans AXIALMEDIA ces 10 dernières années, auxquels s'ajoutent des inédits. Il est disponible chez "THE BOOK EDITION" En voici la présentation:

Les textes et poèmes qui composent ce livre sont issus d'époques et de contextes bien différents puisqu'ils couvrent une période de plusieurs dizaines d'années. Certains ont été ébauchés à la fin de mon adolescence, alors que d'autres ont été rédigés à un âge adulte avancé. Cependant, une fois agencés selon une certaine séquence qui se joue de la chronologie orthodoxe, ils racontent une histoire, ou plutôt un processus. Ils balisent en effet un parcours qui débute par une recherche amoureuse, puis qui se transforme par nécessité en une quête plus spirituelle. Ainsi, "Nomade in love" condense de façon poétique et symbolique la trajectoire d'une homme en quête de sens, d'amour et de paix.

 

Transcender l'émotionnel, en extraire la force motrice au service d'un idéal plus élevé de sérénité et de sens, tel est un des aspects de cette voie. On ne guérit pas de son passé en le fuyant dans une course à l'oubli et au déni. On ne l'apaise pas davantage en l'actualisant de façon obsédante dans une rumination malsaine. Mais peut-être qu'en acceptant lucidement à la fois nos "succès" et nos "faux pas", nous pouvons le remercier de nous avoir mené jusqu'à aujourd'hui, enrichis de toutes les expériences accumulées, assimilées, puis intégrées. Ainsi pouvons nous pardonner ce lourd passé et nous ouvrir à une dimension insoupçonnée de nous-même, tournée davantage vers l'avenir, plus joyeuse et positive.

 

Comme le suggère le jeu de mot inclus dans le titre (no-made in love) l'amour qui a inspiré une bonne partie de ces écrits est  d'origine humaine, bien trop humaine et ne constitue certes pas l'amour au sens le plus noble du terme. Mais au fil de cette quête il laisse transparaitre en arrière plan une forme d'amour moins fleur bleue et plus lucide, moins physique et plus métaphysique, moins égoiste et plus universelle. Un Esprit amoureux au delà des attachements, des manques, des frustrations et des des besoins inhérents aux sentiments de l'amour "classique" imprégné de matérialité. Ce florilège poétique raconte à sa manière (express) l'émergence de cette nouvelle façon d'aimer, à travers l'éveil d'une autre conscience
de soi.

 

Christalain - Octobre 2016

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 07:40

Après de multiples tergiversations, après des mises a jour à la fois réduites et espacées au fil des ans, je coupe enfin le cordon avec Axialmedia. C'est donc la dernière mise à jour de ce blog. Il restera en ligne pour lecture, mais sera probalement dépouillé de ce tout ce qui ne concerne pas directement "Un Cours en miracles" et à ce sujet, tout a été dit ou presque, alors... what else ? Le mélange des genres inhérent à ce blog est finalement assez symptomatique de mon incapacité à faire suffisament la part des choses entre tout ce que mon vague à l'âme "égotique" voulait exprimer, et tout ce qui concernait l'éveil à travers la mise en silence de ce même égo. Ceci dit le bilan de l'expérience est satisfaisant malgré l'indifférence générale suscitée par les articles du blog (et pas que les miens). En effet, on ne s'exprime finalement que pour soi-même et quelques badauds qui passent par là et trouvent par miracle un intérêt à une spiritualité à contre-sens des codes sociaux et modes en vigueur. C'est ok pour moi, le but n'a  jamais été l'audience, sinon j'aurais fait dans le blog "people"...

 

Tout de même, bon an mal an, AXIALMEDIA, c'est 9 années d'existence (création le 1er janvier 2007), plus de 600 articles publiés, un cumul total de 213336 visiteurs uniques, 436298 pages consultées (au 1er janvier 2016), mais bien peu de commentaires et d'échanges suscités. Quand je revois la teneur des premiers articles, je suis plutot rassuré sur le chemin parcouru, même si, il reste beaucoups à faire. Ou plutot, il reste à réaliser VRAIMENT qu'il n'y a rien à faire, à lire, à étudier, à spéculer, à inventer, à apprendre. Il y a juste à aimer ici et maintenant, et pardonner chaque croche-pied que semble faire la vie. Or, cette pratique de chaque instant demande un grand désir du coeur à cultiver, beaucoup plus que des acrobaties mentales. Alors, après l'ère Axialmédia ou la théorie prenait trop souvent le pas sur la pratique (mais pas toujours Dieu merci), il est temps d'entamer une nouvelle ère axée sur la conscience continuelle du coeur qui éloigne des rêves cafardeux de l'illusion.

 

Ayant toujours aimer écrire, créer et partager, il est probabale qu'un nouveau blog voit le jour fin 2016 ou début 2017.  Niveau contenu, il sera toujours question de NON DUALITE puisque c'est définitivement ma voie (je n'en vois pas d'autres !). Mais il sera plus orienté sur l'exercice concret de cette philosophie au quotidien, à travers le partage d'expériences personnelles, mais aussi un décodage de l'actualité selon l'optique non duelle. Un approche plus ancrée dans le monde donc, pour mieux le toucher...dans tous les sens du terme...

 

Pour ceux qui passent encore par là et sont intéressés à être contacté pour le lancement du prochain blog, ils savant ou me trouver... christalain.1000@wanadoo.fr (mais certainement pas avant mi-2016)

A bientôt donc, peut-etre, pour des nouvelles aventures non duelles.

Et bonne année 2016 à tous.

 

Christalain - Noel 2015

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 20:06

Il paraît que l'homme est allé sur la lune (je dis « il paraît » car selon les conspirationnistes, c'est une tromperie de plus). En tout cas, il a exploré le moindre recoin de notre planète. Mais il reste un royaume dont il est loin de connaître l'étendue : lui-même. Par effet direct, il est un domaine de la vie susceptible de connaître des évolutions considérables : celui des relations. Si cela ne paraît pas encore être le cas, c'est simplement parce que les croyances, pratiques, connaissances et morales sont encore bloquées à un stade que je n'hésiterais pas à qualifier de primitif . Il faut dire que c'est un domaine qui rassemble, à mon humble avis, les plus gros défis psychologiques et spirituels, surtout dans le domaine intime. Mais les intellectuels autorisés préfèrent tourner au tour du pot, et se croient terriblement audacieux avec leur théorie du genre. Mais la véritable audace n'est-elle pas de vivre une relation si totale, si complète, si profonde, qu'elle remette en cause le fondement même de notre nature égoïque ? Je ne parle pas de la fusion, simple abdication de soi en l'autre, mais de la re-connaissance du pur esprit en l'autre, miroir de notre propre sainteté. Mais qui est prêt à cela ? Qui est prêt à simplement remettre en cause le diktat des relations codifiées du non-saint. En son sein, le courage est-il de rester ou de partir ? Sommes-nous en relation avec une personne, ou avec l'idée que l'on s'en fait ? La fidélité "à vie" à un même partenaire est-elle une infidélité à soi-même ? Et tant d'autres questions trop dérangeantes encore à poser au 21ème siècle...

Christalain – juillet 2015

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:00

Ce qui heurte le plus les gens lorsque l'on évoque la non-dualité radicale du Cours en miracles, c'est la notion de monde illusoire. Même les spiritualités dites “pointues” comme celle de Sri Aurobindo restent attachées à la réalité de la matière, et donc de l'univers. Pourtant, les physiciens “quantiques” admettent qu'à force de fouiller dans l'infiniment petit de la “matière”, on ne trouve plus que des vibrations, des ondes et finalement 99% de vide !

Toutefois, j'ai décidé d'adapter mon langage et le nuancer pour ne pas trop choquer mes interlocuteurs. A présent, je me contente de dire que le monde n'est pas notre réalité définitive, mais juste une vaste pièce de théatre virtuelle ou l'on ne trouve que l'impermanence, l'instabilité, l'incertitude (au mieux !). Bref, une expérimentation qui a mal tournée, un mauvais rêve. Bon, je sais, ça revient un peu au même, sauf que je mets les formes.

Les gens pensent aussi que l'on fuit le monde en le qualifiant d'illusion. Pas du tout, nous le vivons pleinement, et même plus intensément que bien des intellectuels englués dans la matrice. C'est juste notre regard qui diffère, et notre pratique du Pardon qui défait progressivement l'illusion. Et que reste t-il quand l'illusion s'estompe ? La réalité bien sur ! Dans le premier article, je vous propose un article démontrant que la matière n'est pas si consistante et réelle qu'on veut bien le croire...

 

Christalain – Avril 2015

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:15

P1010357---Copie.JPG

Je vous présente LEO, mon nouvel instructeur spirituel - spécialisation "ZEN".

En effet, ce chat, comme la plupart de ces compatriotes félins d'ailleurs donne la leçon à diverses occasions:


Qui est capable de se détendre complètement en quelques secondes ?

Qui est capable d'attendre son "maitre"  (heu, son élève) une journée entière, et l'accueillir comme s'il était parti il y a une minute ?

Qui est capable de vivre autant dans l'instant présent, sans se soucier du temps qui passe ?

Qui est capable de s'adapter en quelques heures à sa nouvelle habitation ou ses nouveaux hôtes ?

Qui est capable de manger des croquettes industrielles si peu ragoutantes ?

Qui est capable de refléter l'humeur de ses "maîtres" (heu, ses élèves) à travers son comportement ?

Qui est capable d'autant d'indépendance une fois adulte, c'est à dire en moins d'une année ?

Qui est capable de dormir (heu, de méditer ?) pendant une journée entière sans bouger ?

Qui est incapable de rancune lorsqu'on l'a houspillé (après qu'il ai fait une bêtise: déchiré un papier, mangé une éponge, ou après avoir posé "sa griffe" sur le papier peint des murs et sur le canapé en cuir)

Qui est capable d'être aussi fidèle dans ses relations nourricières ? 


Oui, qui est donc capable de tout cela ?

Sûrement pas nous autres humains...

C'est Leo le chat bien sûr, parfois si intenable, mais au final si attachant.

Christalain

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 17:40

 

Tout le monde ou presque a déjà entendu parler des SEL (Système d’Echange Local), qui donne la possibilité d’échanger des produits ou des services au sein d'un groupe fermé (en général une association). Le SEL permet à toute personne d'échanger des compétences, des savoir-faire et des produits avec les autres membres du groupe. Ce groupe est composé de personnes vivant dans un même secteur géographique. Pour comptabiliser les échanges, le SEL crée sa propre monnaie, appelée unité d’échange, le plus souvent basée sur le temps (par exemple, 1 heure = 60 unités).

 

Dernièrement, j’ai assisté à Lyon à la présentation d’une variante de ce système, appelée le JEU (Jardin d’Echange Universel). C’est un réseau d’échange de biens et services qui utilise le « point JEU », une monnaie comptable autogérée. Dans ce système, la monnaie est un moyen d’échange multilatéral, différé et écrit, dont les accords chiffrés sont inscrits dans un carnet JEU individuel. La différence essentielle avec le SEL provient donc du fait que ce système est autogéré, c’est à dire administré de façon autonome par chaque individu du réseau. Ainsi, aucune association, aucun statut officiel n’est nécessaire pour contrôler, « tenir et rendre des comptes ». Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le fonctionnement (et mieux comprendre le sens de cet article), vous pouvez aller voir ces liens:  http://jeu.vingrau.free.fr/menu.htm 

 ou http://www.personocratia.com/fr/documents/jeu-document-complet.pdf

 

En tant qu’observateur (neutre ?), je me suis posé à la question, conformément à ma devise inspirée du Cours : « A quoi ça sert ? ».  Et bien sûr, j’y ai trouvé des avantages et des inconvénients puisque dans ce monde de dualité, toute médaille a son revers, tout aspect « positif » à sa contrepartie « négative ». La question serait donc plutôt, dans le contexte de la voie non-duelle: Dans un monde illusoire, cette nouvelle « invention» a-t-elle tendance à m’enfoncer davantage dans le rêve, ou plutôt à nous m’en réveiller ? Par exemple, et toujours dans la perspective non-duelle, les exercices du cours ne sont pas plus réels que d’autres, mais pointent vers une direction qui nous aident à quitter l’illusion. Un enseignement dont la devise serait « œil pour œil, dent pour dent » renforcerait au contraire notre assujettissement à l’illusion, au sommeil profond et au désespoir.

 

Les règles du JEU étant fixées, il y a bien sûr différentes manières de l’appliquer et de l’interpréter sur le fond selon ses sensibilités sociales, politiques, spirituelles… A un extrême, on trouvera des idéalistes convaincus que « ce système d’échange remplacera la corporation corrompue et inégalitaire des banques, responsable de tous nos maux ». Il sera l’arche de Noé quand tout va s’effondrer, donc très bientôt. A un autre extrême, on ne s’intéressera guerre à cette « activité marginale venue d’un autre âge exercée par des pauvres rebelles au système ». Un jeu qui certes n’engendre pas le moindre bénéfice financier, la moindre plus-value. Mais je ne veux pas donner trop d’importance à des opinions minoritaires qui bornent le spectre de toutes les nuances intermédiaires. J’ai la naïveté de croire que la majorité des êtres humains peut trouver un intérêt au jeu, quelque-soit sa condition sociale et son positionnement intellectuel ou éthique.

 

Pour les avantages, et ils sont nombreux, on peut déjà parler du côté économique et pratique, notamment pour ceux qui ont des fins de mois difficiles. Mais ce n’est pas toujours le cas en raison d’un autre intérêt « humain » l’on abordera plus loin. Pourquoi ne pas échanger par exemple une heure de ménage ou de cuisine avec une heure de dépannage informatique ou un cours de français ? (via un nombre de points négocié). Le système permet une grande souplesse et des échanges abstraits/concrets. Celui qui a peu d’argent a peut-être des idées ou des compétences qu’il peut « troquer » par la monnaie du JEU, à défaut de pouvoir les monnayer dans le système monétaire « officiel ». Par exemple une dame qui sait couper les cheveux mais n’a pas le diplôme pour exercer en salon peut avec ses points « acheter » de la nourriture bio chez un fermier voisin. La liste d’exemple ne sera jamais exhaustive en raison du nombre quasi infini de combinaisons possibles.

 

Sur le plan humain, ce système d’échange est aussi l’occasion de faire des rencontres, et même lier des amitiés avec des personnes que nous n’aurions jamais croisées dans la vie quotidienne « normalisée ». Etant très pratique, loin de la virtualité fade des facebook et autres twitter, le JEU implique de sortir de chez soi et convient aux timides qui trouvent là un bon support de communication et pourront augmenter leurs confiance en eux. Il permet aussi à chacun de se responsabiliser, d’oser, d’explorer ses savoir-faire et les mettre en lumière, ce qui peut améliorer l’estime de soi-même quand la société ne nous reconnait pas ou peu au sein de notre profession, au pire encore, dans notre situation sans emploi. C’est aussi une manière de mieux comprendre son rapport à l’argent, à la valeur que nous attribuons aux choses qui entourent notre vie, sommes-nous par exemple cigale ou fourmi ?

 

Les quelques inconvénients que j’ai pu noter sont inhérents au système lui-même : l’autogestion a ses limites et s’il n’y a pas un rassembleur, un guide impliquée dans l’esprit du JEU pour dynamiser le réseau en lui donnant du liant et une âme (par des réunions et des points rencontre), celui-ci risque de s’étioler rapidement. Comme le faisait remarquer très justement Beltane, l’initiateur de la présentation, il est difficile de changer ses habitudes et ses conditionnements. Nous avons parfois besoin d’être encouragés, relancés, pour cultiver une certaine motivation avec un système à contre-courant de la surconsommation tarifée érigée en religion. De plus, l’autogestion n’est pas une attitude évidente pour beaucoup de gens qui préfèrent être sous la tutelle d’une autorité, ne serait-ce qu’associative. Enfin, pour les tentations de "triches", elles sont assez vites repérables dans un réseau basé sur la confiance et ou chaque transaction est notée sur un carnet, mais elles peuvent déstabiliser un groupe qui prend forme.

 

Dans un autre registre, un danger possible concerne les candidats surtout impliqués d’un point de vue idéologique, et qui choisissent le JEU par révolte plus que par intérêt économique ou humain. En s’opposant « au système », aux structures socio-gouvernementales, en les combattants sur le plan monétaire, ils ne font que les renforcer et les rendre agressives, ce qui conduit au résultat inverse de celui espéré. Nous pouvons tous être d’accord sur le constat selon lequel le système bancaire est pourri et injuste. Hélas, il ne fait que refléter nos valeurs collectives inconscientes projetées sur des bouc-émissaires. Il y a un banquier en chacun de nous, et c’est d’abord celui-ci qu’il faut guérir. Le monde financier « extérieur » pourra alors commencer à devenir plus sain si chacun balaye devant la porte de son esprit. Le système existant pourrait bien mieux fonctionner si leurs dirigeants, ainsi que nous-mêmes, changions d’esprit. Bien sûr, ce qui est valable pour les banques l’est aussi pour tout ce que nous voyons « d’injuste » dans ce monde.

 

En conclusion, et après un premier examen bref du JEU, il me semble que ce système « gagnant-gagnant » mérite de se développer, ne serait-ce que pour nous inciter à nous renseigner davantage que l’escroquerie que constitue l’organisation bancaire mondiale (voir par exemple le documentaire « l’argent dette »). Bien sûr, nous ne sommes pas prêts de faire le plein de notre voiture ou régler une facture de cette manière, mais utilisé en appoint, le JEU peut nous permettre de réaliser quelques économies, accéder à des services variés jusque-là trop onéreux ou inexistants, et enrichir notre esprit par des rencontres « réelles ». Par-dessus tout il procure une grande liberté et n’engage à rien (sinon respecter la règle du jeu !). Chacun choisit son rythme à sa convenance. Pour ma part, il n’est donc pas exclus que je tente l’expérience si un JEU se met en place dans ma région.

 

Christalain – février 2013.

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:59

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 19:39
Voilà un sujet qui fait couler beaucoup d’encre dans les milieux dits « spirituels », mais qui fait aussi couler des êtres « à pic ». Cela n’est pas surprenant car le concept de F.J est au new-âge ce que le concept de « relation particulière » est au Cours en miracles. Pour le dire autrement, c’est le plus « beau » cadeau (empoisonné) de l’ego, le « trip » le plus irrésistible qu’il puisse offrir. Mais il y a un prix à payer. Il faut dire que préalablement aux lendemains qui déchantent, sa promesse est alléchante : Qui refuserait de rencontrer le ou la partenaire de ses rêves, celui ou celle qui nous comble entièrement, sur tous les plans, et jusqu’à la fin des temps ?
 
Nous pourrions penser qu’une telle union se mérite puisqu’en tout domaine la rareté fait la valeur et il semblerait logique que nous soyons invités par les jumellistes à entrer dans une longue préparation. Qui pourrait gravir le mont blanc du jour au lendemain ? Or, il s’avère que les préambules « purificateurs » consistent surtout en un conditionnent subtil pour nous persuader que notre tour est enfin venu sans qu’il n’y ait rien à guérir en nous. Nous méritons simplement de retrouver notre « moitié perdue depuis la nuit des temps ». Cette réunification est source de bonheur et de sagesse absolue car elle réalise l’entièreté. Finalement, cette « préparation » consiste surtout à accepter certains postulats métaphysiques puis à les renforcer en notre esprit par l’indémodable et efficace méthode Coué (sites dédiés, forums, livres, vidéos, stages…).
 
La notion d’âme sœur a toujours existé, mais il fallait renouveler le genre, histoire de justifier l’avènement d’une nouvelle ère faite « de liberté de pensée cosmique vers un nouvel âge réminiscent ».       Alors le new âge a inventé une forme aigüe et exclusive d’âme sœur, ultra-romantique, qui ringardise l’âme sœur : « la flamme jumelle » (F.J). Chacun de nous serait donc issu d’un « œuf cosmique » qui contenait en son sein les polarités féminines et masculines de notre essence. Et allez savoir pourquoi, ces deux aspect hyper-complémentaires, car formant un tout complet, ont été disséminées dans tout l’univers intergalactique. Il paraitrait même que c’est Dieu qui aurait eu l’idée de ce plan idiot. A quoi bon en effet séparer ce que l’on va mettre des milliards d’années à réunifier ?
 
Toujours selon les « spécialistes », nous avons par contre plusieurs âmes sœurs. Je suppose que la divine poule cosmique produisait plusieurs œufs à chaque ponte, formant ainsi des « familles d’âmes ». Mais nous aurions donc une seule flamme jumelle, une seule entité dans tout l’univers qui en compte des milliards de milliard de milliard. Imaginez donc le coté sacré, initiatique, magique et suprême d’une telle quête : trouver sa moitié et reconstituer l’œuf cosmique originel et divin. Autant chercher une aiguille dans un million de meule de foin. Mais pas de problème, la fameuse « loi d’attraction » et les maitres, guides et divers archanges viennent à notre rescousse et tout est bien qui finira bien. Entre parenthèses,  s’il demeure ensuite plusieurs « œufs cosmiques », ou est la véritable unité promise ?
 
Bon, je l’admet, je caricature un peu la théorie, j’ai la flemme jumelle en cette période estivale. Mais à quoi bon s’étendre davantage puisque tous ceux qui s’intéressent à ce sujet le connaissent bien. Regardons de plus près les faits, à ce que nous pouvons constater dans la pratique, entre des êtres de chairs et de sang, et non pas des avatars de forum. Je me suis intéressé de près à ces histoires de F.J. pendant des années, jusqu’à y croire et me laisser prendre au jeu l’espace d’un moment de naïveté. Et j’ai regardé aussi autour de moi, de nombreux « aspirant(e)s » déclarant vivre le phénomène, avant, pendant… et après. Le constat est plutôt « rabat-joie ». Ironiquement, une relation qui se veut ostensiblement « jumelle » par excellence se trouve encore trop souvent surtout activée par des instincts plutôt basiques mais niés, car « spirituellement incorrects », d’où leur caractère « éphémère », suivis d’une litanie conflictuelle bien ordinaire.
 
Finalement, le concept de la FJ est un archétype parmi d’autres (cf. Jung) qui prend l’importance que l’on veut bien lui accorder, selon la manière dont on le nourrit énergétiquement, par nos pensées et croyances, puis que l’on projette ensuite sur une personne « qui peut, et veut bien faire l’affaire ». Il n’est ni bien ni mauvais en soi, comme toute idée. Il faut seulement se poser la question «  A quoi ça sert en fonction de notre but ? ». Du point vue du nouvel âge, cela à recouvrer notre divine unité par la fusion à notre moitié. (Mais visiblement, ça ne fonctionne pas très bien), ou alors, d’un point de vue non dualiste, cette idée sert à nous garder plus profondément endormis dans le rêve de l’ego, à travers une « super relation particulière ». (Voir articles suivants pour rappel)
 
Ce tableau peut paraitre sombre mais concerne surtout les relations qualifiée de jumelles pour dissimuler à quelle point elles sont identiques à la plupart de celles de Mr tout le monde : Attirance, passion éphémère, dépendance, frustration manque, et séparation dans la rancoeur. Cela ne signifie en aucun cas qu’une « belle » relation, durable, sincère et paisible soit impossible. Nous avons tous accès à la « paix relationnelle », mais pour cela, il faut admettre l’idée qu’on ne rencontre que soi-même, et donc que personne n’est plus digne de notre amour qu’une autre. Avant de rechercher des idéaux au-dessus de ses moyens (mission cosmique messianique pour sauver le monde), Il semble plus sage de danser avec les âmes qui nous sont envoyées par le plan.
 
Alors, dans ce domaine en tout cas, il est certainement plus sûr de miser sa relation romantique sur des critères plus « classiques » : respect, pardon, tolérance, communication, confiance, simplicité. Rien de neuf finalement, c’est pour cela que tant de chercheurs en mal de sensations trouvent cela « ringard » au regard des promesses du nouvel âge. Mais qui a vraiment essayé durablement et sincèrement ? Ce dont je suis également convaincu, c’est qu’on ne peut pas « réussir » une relation à deux tant que l’on a pas réussi à être en paix dans la relation avec soi-même, au prix d’années de « solitude » si nécessaire. Ce que je crois aussi, c’est que l’on ne choisit rien dans la forme, en matière de relation comme en toutes choses. Comme le dit le Cours, les personnes qui doivent se rencontrer se rencontrent, il n’y a « personne » à aller chercher.
 
Enfin, et par-dessus tout, ne pas croire au concept de flammes jumelles ne signifie pas que l’on ne croit pas à l’amour. Mais pas celui, uniquement sensuel, qui consume, dévore, tel un feu de paille, et ne laisse derrière lui qu’un tas de cendre triste et froid. Or, un train peut en cacher un autre et l’amour le plus pur se tient prêt derrière tout élan du cœur spontané, il EST déjà ici et maintenant, nous n’avons pas à l’acquérir. Ce n’est pas lui que l’on apprend, mais comme le souligne le Cours, la manière d’enlever tous les obstacles qui l’empêche de couler véritablement dans nos vies. Au concept de F.J. on peut alors substituer le concept de relation « privilégiée » entre deux partenaires qui étendent la non-exclusivité de leur amour autour d’eux à travers l’exemple de la paix et de la joie qui émanent de leur sainte union.
 
Dans les articles suivant, vous trouverez un aperçu de la manière dont la relation « FJ » est traité par la non-dualité du Cours en miracle. Vision que je partage non par adhésion aveugle, mais par expérience sans cesse confortée au fil des années.
.
Christalain – Août 2012 
 

. 
Quelques repères et rappels à ce sujet :
.
Les effets de la relation particulière, et à fortiori, ceux de la relation sauce F.J :
Même si le concept de F.J n’est pas explicitement nommé dans le Cours :
Heureusement, il y a un espoir !
Et pour ceux qui préfèrent aborder les relations d’une façon plus « classique » :
 
Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 19:40
« J’ai donné à tout ce que je vois la signification que cela a pour moi » (UCEM)
 
L’interprétation d’un symbole, en particulier de source onirique, est semblable à un code de transaction bancaire par internet: Il n’est valable que pour un individu, à un moment donné de sa vie, en fonction d’un contexte particulier. Ainsi, l’analyse du nombre 17 effectuée dans cet article ne prétend pas avoir une portée générale ou universelle, bien que certains éléments puissent intéresser des lecteurs qui se sentent intimes avec ce chiffre. Il souhaite surtout montrer que la simple esquisse de l’analyse d’un symbole aussi simple qu’une heure peut nous emmener très loin, et peut-être, finalement, nos égarer dans les méandres du mental-ego. En même temps, il est instructif de voir comment ce mental fabrique et exprime ces symboles, nous dévoilant ainsi les rouages de son auto-préservation. Il semble que chacune de nos vies soit balisée par des signes très personnels, des clins d’œil dont nous semblons être les seuls récepteurs, renforçant ainsi notre sentiment d’individualité, et donc l’ego. Repérer la récurrence de ces signes est une chose, en interpréter la signification en est une autre. « 17h17 » fait partie des clins d’œil du script-destin qui viennent régulièrement se rappeler à mon souvenir à certaines époques de ma vie. C’est sans doute le symbole le plus troublant qui ait jalonné ma vie jusqu’à présent. En voici l’histoire résumée.
 
L’histoire de ce symbole a commencé par deux rêves marquants :
.
Le premier effectué le 17 avril 2002 :
« Suite à une aventure confuse dont j’ai oublié la trame, je vois arriver vers moi un mystérieux personnage. C’est un homme blond et plutôt athlétique, bien que de taille modeste. Son regard couleur acier est terrible, cela lui donne un air dur et sévère. Cet individu semble posséder des pouvoirs surnaturels. Nous échangeons quelques mots. Il prétend avoir connu Jésus, et même l’heure exacte de sa mort : 17h17. Il affirme même que cela était son surnom. »
.
Interprétation : Ce personnage me fait penser à une forme d’antéchrist qui viendrait m’intimider pour m’éloigner de Jésus, messager de Dieu. Dans la perspective du Cours en miracles, on pourrait ainsi le voir comme une personnification de l’ego. En effet, l’ego croit avoir « tué Dieu » et cette idée est prolongée sur un plan concret par la « cruci-fiction » de son fils. Il tire son « pouvoir » de cette mort qui aurait lieu à 17h17, mais pourquoi cette heure plutôt qu’une autre ? Selon une amie d’obédience gnostique, 17h17 symboliserait plutôt l’instant ou Jésus aurait été décroché de sa croix, encore vivant, et placé ensuite dans le tombeau de Joseph d'Arimathie pour qu’il se régénère. Cette heure glorieuse serait donc plus en rapport avec la guérison ou la « résurrection » chère au Cours. Finalement, quelle importance puisque la mort est une illusion ? C’est donc un rêve typique, selon moi, de la peur de se réveiller à sa véritable nature, qui bien sûr est immortelle.
.
Le second rêve effectué le 27 février 2003 :
« Dans une rue de ma ville, je croise une inconnue et nous parlons du minitel. Nous convenons ensembles qu’il est avantageux de « faire le 17 ». Je cherche alors à retenir ce nombre car je pense qu’il a un sens important. Pour cela, je l’inscrit sur le trottoir à l’aide d’une branche. En fait, il est plus long mais je raye le reste car seul 17 est important. Puis la femme part de l’autre côté de la rue. Je regrette plus tard de ne pas l’avoir retenue. »
.
Interprétation : Il semble clair ici que le 17 fait allusion au N° de « police secours ». Si le 17 est un symbole du St-Esprit, comme cela est suggéré plus bas dans cet article, alors il n’est pas surprenant que je cherche à me souvenir de ce Numéro dans le rêve, en vue des situations ou je serais bientôt en difficulté.
.
Note (anecdotique) pour les numérologues :
17H17 réduit = 1+7+1+7 = 16 = 7
Date du 1er rêve : 17 + 4 + 2 + 0 +0 + 2 = 25 = 7
Date du 2ème rêve : 27 + 2 + 2 +0 + 0 + 3 = 34 = 7
 .
Puis, les années qui ont suivi ces rêves, j’ai croisé à nouveau le double 17, mais dans ma vie « réelle ».  Or, je ne me souviens sans doute pas de toutes les circonstances dans lesquelles il est apparu avant ces rêves car je n’y prêtais pas attention. Par exemple, récemment, en relisant des extraits de mon journal intime d’adolescent, je fus surpris de constater que j’avais mémorisé la plaque d’immatriculation des parents d’une jeune fille dont j’étais amoureux depuis longtemps mais que je n’osais pas aborder. Et le numéro commençait par… 1717 !
.
Une autre fois, en consultant une carte routière, j’ai vu que l’altitude d’un des plus haut sommets du jura, le « Reculet »,  culminait à 1717m. (Altitude revue à la hausse depuis par l’IGN). J’ai toujours été fasciné par cette montagne est son esthétique pointue. Il est intéressant de noter que dans le langage des oiseaux, on peut entendre « reculait ». Ce qui correspondait un peu à mon attitude de l’époque.
.
En 2005, j’ai vécu une expérience beaucoup  plus chargée émotionnellement au sujet de ce double chiffre. Suite à une dispute avec ma chérie faisant suite à une journée de malaise, il semblait que notre relation soit remise en cause. Je fus soudain désespéré et paniqué.  Alors que nous étions allongés sur mon lit, j’ai tourné la tête vers mon réveil matin, et il indiquait…17h17 !
Bien sûr, j’ai cherché à comprendre la signification de ce nombre miroir dans des ouvrages de symbolisme. Et comme on pouvait s’y attendre, elle diffère complètement d’un auteur à un autre. Je n’en ai retenu que quelques-unes qui m’ont parues intéressantes :
.
* Selon le philosophe gnostique Raymond Abellio, le 17 est le nombre du fils de l’homme. (le Christ ?)
* Selon le médecin psychanalyste René Allendy, le 17 représente l’action de l’évolution sur le cosmos et sa tendance à la libération karmique.
* La voyante de Prevorst et le politicien Henri Blanquart, quant à eux, pensent que le chiffre 17  symbolise l’homme participant aux 2 mondes, céleste et terrestre. Il représente ainsi la jonction entre le monde matériel et le monde spirituel.
* Selon St-Augustin, on trouve dans le 17 un « admirable sacrement » qui rétablit l’harmonie après les luttes de l’existence.  Il est l’image de l’initié qui a réussi son mariage intérieur.
* Selon le romancier ufologue Guy Tarade, 17 est le nombre de l’Esprit Saint.
* La 17ème lame du tarot de Marseille est l’étoile. (encore un symbole à la fois céleste et concret)
* Enfin, en ce qui concerne le double 17, l’attentat raté contre Jean-Paul II, qui eut lieu à une date anniversaire de l’une des apparitions de Fatima, se serait produit à 17h17. (« Immunité de Sa Sainteté ? ») Selon une autre interprétation sans source, 17h17 symboliserait la volonté de dépassement, la force créatrice et l’imagination.
Dans son essai intitulé « Symbolique alchimique des nombres », Natarajan le supramentaliste  propose une interprétation plus fouillée du 17, qu’il fait parler à la première personne, quoique non contradictoire avec certaines proposées ci-dessus :
.
« Je suis le 17 – je suis le seigneur du moment éternel - D'un certain point de vue, j'agis à l'inverse de mon prédécesseur (ndlr : le 16). Quand une étincelle de conscience découvre quelque chose de fondamental, elle me rencontre, et son esprit s'évase, et rejoint les premières étoiles, dans un souverain silence. Quand le chemin individuel se superpose à l'itinéraire universel, oui, la conscience de l'entité en question saute dans une autre dimension, et elle s'en réjouit. Cela ne se réduit pas à un moment exceptionnel, plein de grâce et d'amour, ou possédé par la connaissance, cela signifie aussi que la voie est conforme, puisque nulle illumination ne se produit par hasard, et que, justement, le voile se déchire, donnant sur la vérité qui contient tout.

Mais la loi de la matière est inflexible, et qui traverse 17 ne peut pas y séjourner. Cette étape mélange seulement le haut et le bas dans une lumière incandescente, qui ne restera pas, mais encourage, confirme, sanctionne l'amour de la vérité. D'un point de vue très humble, toucher mon royaume indique que l'on mérite une récompense, et c'est un peu cela. La grande lumière que je donne ne dure pas, parce qu'elle se perd rapidement dans les instances du corps matériel, mais un seuil essentiel a été franchi, qui mènera peut-être à trois autres phases qui me succèdent, et qui permettront que s'installent des dimensions supérieures dans l'étincelle consciente.

Ce n'est pas en réfléchissant sur mes propres trajectoires qu'on peut me découvrir, seul l'amour du vrai mène à moi, mais enfin, cela peut aider quand même l'aspirant. Par 11 et six, l'âme différenciée trouve sa forme parfaite, mais nulle forme ne perdure, aussi passe-t-elle par l'identité merveilleuse du moi et du non-moi, dans un moment suprême, qui l'emmènera encore plus loin. Par 12 + cinq, le sacrifice devient le créateur parfait du moment suprême, et il faut supposer qu'à la station précédente, l'âme se sera dégagée de tout superflu, ce qui lui aura permis l'illumination dans la transparence du cœur et de l'esprit. Par 13 + Quatre, la renaissance s'est enracinée dans la réalité, et porte enfin le fruit de la libération. Par 14 + Trois, le travail sur l'équilibre précaire (que les initiés me pardonnent le pléonasme, je m'adresse à tous) se transcende lui-même, et débouche hors du temps. Par 15 + Deux, la force générique et l'esprit de séparation se dissolvent dans l'Infini, et sont ramenés à l'abîme sans fond. Par 16 + Un, la leçon du dépouillement, une fois intégrée, se fond dans l'Inconnaissable. Par 10 + sept, la créature, qui semblait avoir un destin aléatoire, retrouve les vrais principes, et, d'où qu'elle soit partie, rejoint la volonté du Père, qui s'exerce par le sept. Ce qui se comprend aussi par neuf + huit. La vie intérieure ayant abouti, l'âme entre en phase avec la loi cosmique, le Soi, l'Amour, ou Dieu, peu importent les noms des principes éternels. »
Je suis donc un chiffre merveilleux, une station privilégiée. Je suis la coïncidence avec l'Absolu.

Conclusion : L’idéal serait de rentrer toutes ces données, ces perspectives différentes, dans un « ordinateur intuitif »,  puis le faire « mouliner » et lui demander une synthèse. Malgré quelques pistes, je n’ai pas de signification arrêtée et définitive au sujet de 17h17. Par exemple, le 17 pourrait symboliser la fusion sans cesse repoussée avec ma féminité intérieure, ou le St-Esprit en tant que médiateur entre pur Esprit et esprit matériel, ou la jonction de l’alpha et de l’oméga (le monde crée en 7 jours). Le double 17 pourrait symboliser la nécessité de cheminer en couple avec une personne ayant le même chemin de vie spirituel (synergie du 1+1=3). Il pourrait aussi caricaturer l’histoire qui bégaye, qui a du mal à passer à l’étape suivante. Bref, les pistes ne manquent pas.
.
L’approche d’un tel symbole ressemble à un puzzle qui se met progressivement en place, dévoilant par morceaux les lignes d’un vaste plan qui m’échappe encore en partie. Comme nul n’est prophète en son pays, c’est sans doute une tierce personne qui m’apportera peut-être un jour, grâce à son regard extérieur, un supplément d’éclairage décisif sur ce fameux double 17. Dans la perspective non-duelle, cet article montre surtout qu’un symbole ne devrait pas nous préoccuper au point de nous empêcher de s’éveiller de ce monde qui est lui-même un symbole, et qui ne produit que des symboles, des images d’idées qui n’ont pas quitté notre esprit.
.
Christalain – Mars 2012
.
Post-scriptum du 4 mars 2012:  Alors que je n'avais pas regardé un match de rubgy à la TV depuis une éternité, encore un clin d'oeil quelques jours après la publication de cet article. Le score de France-Irlande: 17- 17 !  Et si on inventait un monde ou n'existe ni gagnant ni perdants ? Un monde ou tout le monde aurait un intérêt commun, échapper à toute forme de compétion et ne garder que le plaisir du jeu. 17-17, un Saint résultat, et une interprétation de plus...
Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 20:36

001.JPG(photo :  un clin d’œil pour mes amis du stage UCEM de Nandaz)

 

Ce mois d’aout restera dans ma mémoire comme la concrétisation d’une évolution d'esprit importante en gestation depuis l’hiver dernier. Un bond dans la conscience de ce que je suis, de ce que je ne suis pas, et dans la perception du monde qui m’entoure. Des rencontres, des voyages, des dépaysements sont venus illustrer le saut quantique qui s’est déroulé dans mon esprit. (Entre autre, un beau stage en suisse). Quelques déclics salutaires ont "été" comme l’aboutissement d’un difficile accouchement de neuf mois (comme par hasard…). A moins qu’il ne s’agisse qu’une pause, je reste prudent… En tout cas il est certain que « Les évènements extérieurs sont l’illustration d’une condition intérieure » Voilà une vérité du Cours bien intégrée…

 

En effet, j’ai réalisé à quel point on ne rencontre que soi-même et donc comme il est vain et idiot de juger quoi et qui que ce soit, sous peine de se tirer une balle dans le pied. En fait, on rencontre plutôt des fragments de soi-même, diverses images éparpillées dans le vaste hologramme du monde. Des images venues du passé, du futur, de l’inconscient, de l’autre coté de l’univers…etc  Des figures parfois inquiétantes, parfois exaltantes, parfois touchantes. Un visage, un regard, une parole ou une idée sont autant de pièces qui viennent ré-assembler le puzzle de notre âme, et contribuer au remembrement du Soi.

 

Cet été fut également une période de renoncement et de pardon, suite à un long deuil venu raviver la célèbre blessure de la séparation. La douleur n’étant due bien sûr qu’à mes propres résistances au changement. J’ai fini par accepter que les choses soient telles qu’elles le sont, par reconnaitre la perfection du "Script" qui prévoit toujours les situations d’apprentissage maximales pour notre éveil, quel qu’en soit le prix. Bien sûr, étant encore bien « humain », je reconnais que la perfection du scénario est bien plus facile à voir quand surgissent des évènements heureux. En tout cas,  pardonner n’est pas refouler : Qu’il s’agisse d’articles, d'objets ou de relations, il n’y a rien à renier, mais tout à honorer, comme autant de balises nous reconduisant "à la maison".

 

La raison l’appelle une conséquence logique (loi de résonance ou d’attraction), l’affectif l’appelle une récompense (« je le mérite »). Toujours est-il que ce lâcher-prise  m’a offert une magnifique rencontre pleine de sens et de profondeur au regard de mon histoire passée. Un saut quantique, c’est une nouvelle chance de repasser par de plus grandes opportunités de réalisation de Soi (et de l'autre) avec plus de conscience, plus de sagesse, plus de lucidité. Les émotions, mieux maitrisées, n’en sont pas moins intenses et cohabitent avec des sentiments de paix qui embellissent et allègent ce processus de retour à la source.

 

Comme pressenti à l’occasion de ma dernière mise à jour, une page est donc tournée dans ma vie, y compris pour ce blog. Je cesserais désormais de comparer l’enseignement du Cours avec les autres voies, souvent minimisées ou rabaissées. Je cesserais de défendre « la vérité », qui est seulement celle que mon esprit appréhende à un moment donné. La vérité n’a pas besoin de défense, elle ne se détermine pas en opposition au mensonge. Ce qui embrasse tout n’a pas d’opposé. A chacun d’accepter ce qu’il est prêt à « voir » et « recevoir ». La vérite "se respire" et  ne saurait se laisser enfermer dans des mots ou des concepts.

 

Je cesserais les sarcasmes et l’ironie envers la nébuleuse new-âge (hum, pas  toujours facile !). Elle a autant sa raison d’être  que la non-dualité du Cours, qui n’est pas pour tout le monde non plus. Le plan est vraiment parfait pour qui ouvre les yeux. « Il n’y a pas de degrés dans les illusions » est une vérité tellement « énorme » qu’il est impossible de l’accepter sans faire quelques détours… dans les illusions hiéarchisées du mental-ego. Mais comme je l’indiquais à une amie, je n’effacerais pas du blog les articles avec lesquels je ne suis plus totalement en accord avec ma vision présente, car ils disparaitraient tous… Je les laisse comme témoins d’un processus d’éveil ordinaire avec ses évolutions, ses avancés, ses reculs, ses errements… L’ego est d’une incroyable subtilité trop souvent sous-estimée.

 

Ainsi donc, les fruits de cet été 2011 hors norme (y compris sur un plan collectif) donneront naissance à un esprit plus détaché qui ne veut rien démontrer, mais juste donner et partager. Pour l’heure, je suis rempli de gratitude envers l’Esprit Sain(t) qui m’a permis de « tenir le cou » (clin d’œil) grâce à ses conseils, pas assez souvent entendus dans le passé. Je m’en retourne donc au silence intérieur pour que ses « paroles » ne souffrent plus d’ambiguité pour mes oreilles trop longtemps obstruées. Je vous souhaite de l’entendre également, afin qu’il nous guide ensembles vers la vision juste qui dissoudra peu à peu ce monde de peur insensé. Il n’en peut en résulter que plus de paix, plus de joie.

 

Christalain – Aout 2011

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article