Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 19:14

  foret.jpg

C’était au printemps 2003. Presque tous les week-ends, je partais pour une longue promenade solitaire en forêt. Le climat, bien qu’un peu frais, était exceptionnellement sec et ensoleillé, il se prêtait donc bien à de longues escapades dominicales. A cette époque, je cherchais systématiquement à sortir – au sens littéral du terme – des sentiers battus pour ressentir le frisson de la découverte au milieu des forêts touffues du jura. Cette démarche était peut-être également symbolique car depuis quelques mois, ma recherche spirituelle était devenue plus active.


Ainsi, Il m’arrivait fréquemment d’être temporairement et délibérément perdu, en dehors de tout chemin, de toute balise, de tout repère humain. C’est dans ces moments de flottement que je ressentais d’étranges sensations à caractère mystique. Je me sentais en communion totale avec la nature, comme si elle appréciait la confiance que je lui accordais en m’abandonnant à elle. Je n’avais ni la crainte de rester perdu jusqu’à la tombée de  la nuit, ni la peur de croiser un quelconque animal dangereux. En effet, connaissant suffisamment la topographie de la région que je visitais, je finissais toujours par retomber assez rapidement sur un endroit déjà connu de la forêt.


Au fil des semaines, je me prenais au jeu et me lançais le défi de traverser des zones inexplorées  d’une vaste forêt, toujours plus éloignées de mon habitation. L’intensité des sentiments étranges éprouvés allait crescendo, jusqu’à ce dimanche d’avril qui constituait en quelque sorte la crête de cette vague. Je me souviens avoir traversé une clairière inconnue, presque en état d’apesanteur. Puis tout est retombé dès que je me suis retrouvé en terrain connu, sur un chemin maintes fois emprunté.


Le lendemain, j’étais  assez fatigué à cause d’une journée de travail pénible et un rhume tenace, je décidais donc de me coucher assez tôt. Le sommeil vint rapidement mais il était léger et fréquemment haché de micro-réveils, sans doute à cause des vitamines pris le soir. Peu avant minuit, je suis rentré alors dans une sorte de rêverie bien agréable. Comme dans la réalité du précédent dimanche, je me promenais dans la forêt et sentais la présence agréable, légère, calme de ce que je ne pouvais que considérer comme « un Esprit supérieur », à défaut de dénomination plus adéquate. Je n’étais pas franchement endormi, ni totalement réveillé, je flottais entre deux eaux.


Ce qui était remarquable, c’était le silence absolu, infini,  qui accompagnait cette rêverie. Un silence comme je ne n’en avais « jamais entendu », un silence d’une qualité bien supérieure à celui que l’on obtient, même au cœur d’un désert, même au fond d’une maison calfeutrée. Un silence indescriptible avec des mots, synonyme de paix et de sérénité absolue. Un silence ou même les atomes de matière semblent suspendre leur mouvement, un silence « rempli de vide ». Après ce premier rêve ne subsistait que ce silence divin qui me berçait alors que j’étais un peu plus conscient dans mon lit. Mais aucune pensée ne me traversait l’esprit, j’étais dans la simple conscience éveillée, dans la seule contemplation de ce silence…Au fil des heures, cet espace  privilégié s’estompa progressivement tandis que je sombrais un peu plus profondément dans un sommeil classique. Les nuits suivantes, je n’ai hélas pas vécu à nouveau ces instants de grâce.


Plus tard, au fil de mes lectures, je découvrais le concept de « champ de pure potentialité », ou « champ unifié »  dans des ouvrages de Deepak Chopra, écrivain connu dans le monde de la spiritualité. Selon lui, ce champ est la source de toute création et de toute richesse dans l’univers. L’accès conscient à celui-ci donnerait accès à toute l’abondance désirée. Ce champ unifié se définirait par 25 qualités, dont la 13ème qui est : « Il est silence infini ».  Une piste intéressante pour moi mais qui ne m’a jamais permise de revivre cette expérience. Il est vrai également que, faute de temps et de motivation, les promenades « mystiques » se sont raréfiées, mais je ne désespère pas de revivre de tels moments par d’autres « chemins ».

 

J'ai retrouvé également par la suite cet extrait éclairant "de l'égo vers le coeur" de Jeshua via le channel Pamela Kribbe :   "Le silence, extérieur mais particulièrement intérieur, est la meilleure porte d’entrée pour faire l’expérience de cette énergie toujours présente, qui est Vous au plus profond de vous. Dans le silence, vous pouvez entrer en contact avec la chose la plus miraculeuse et la plus évidente qui soit: l’Esprit, Dieu, la Source, l’Etre."

 

Christalain 2007 - Révisé en 2010

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 15:31
 
leadbeater.jpgMgr Leadbeater
 
______________________
 
Je souhaiterais, à travers cet article, promouvoir quelques ouvrages méconnus issus du mouvement théosphique, né au 19 ème siecle. Vous trouverez sur le net, si vous le souhaitez, toutes les informations relatives à cette doctrine fondée par HP. Blavatsky et à la fin de cet article une adresse ou il est possible de télécharger plusieurs livres, sans doute tombés dans le domaine publique en raison de leur ancienneté. Je voudrais évoquer en particulier ici une série de livres écrits par Arthur E.POWELL, un menbre de la société théosophique. Le but de cet auteur était de compiler et synthétiser de nombreux matériaux , provenant principalement des écrits d’Annie Besant et C.W Leadbeater (cf.photo), deux figures importantes du mouvement. Voici un extrait de l’introduction à cette série ou l’auteur explique l’objectif de sa démarche:
 
« L'objet de cette compilation est de présenter à l'étudiant en occultismeune une synthèse cohérente de toutes ou presque toutes les connaissances relatives au double éthérique et à d'autres phénomènes connexes, transmises à l'humanité par la littérature moderne théosophique ou par les publications de la Société des Recherches Psychiques. Ces connaissances sont dispersées dans un très grand nombre de livres et d'articles, dont une quarantaine ont été consultés par le compilateur. L'écrivain fait observer que son travail est une compilation et rien de plus ; il s'est borné à réunir et à disposer les matières fournies par autrui. Cette méthode de travail présente beaucoup d'avantages. A notre époque si active, peu de personnes ont le loisir, même si elles le voulaient, d'explorer des quantités d'ouvrages pour y recueillir les renseignements épars et pour les souder ensuite en un tout cohérent. Il est donc préférable qu'une seule personne entreprenne cette tâche ; les autres en profiteront, économisant ainsi leur temps et leurs efforts. L'œuvre du compilateur met en lumière maint rapport nouveau unissant des fragments empruntés à des sources diverses et sous sa main la mosaïque forme graduellement un motif ; son travail, nécessairement intensif, remet en mémoire bien des faits isolés, ne présentant guère individuellement de valeur ou d'intérêt mais qui, rapprochés, forment un ensemble substantiel et utile. Enfin, le tableau présenté par le compilateur, tout en exposant avec méthode nos connaissances actuelles, révèle par cette méthode même, les points où elles présentent des lacunes ; celles-ci ayant été constatées, d'autres investigateurs pourront y porter leur attention et rendre ainsi letableau moins incomplet… ».
 
Cette série se propose d’examiner la vie d’un être humain sous un éclairage ésotérique et occulte en décrivant ses différents corps à travers 4 volumes , un par « envellope »:
-         Le double éthérique
-         Le corps astral (qui englobe le corps éthérique) 
-         Le corps mental (qui englobe les corps éthérique et astral)
-         Le corps causal (qui englobe tous les précédents corps)
 
7-corps.gif
Décrivons brièvement la nature et la fonction de chacun de ces corps, en synthétisant les présentations de A.E Powell mais en reprenant la plupart de ses termes :
 
1) Le double éthérique: Il est intimement lié à la santé physique. Faiblement lumineux, il dépasse l’envelloppe physique de quelques centimètres maximum en épousant son contour. Il a deux fonctions principales : d’abord, il absorbe le prana (ou vitalité) issu du soleil et l’envoie dans toutes les régions du corps physique. Ensuite, il sert d’intermédiaire, ou de pont (aujourd’hui, on dirait interface) entre le corps physique dense et le corps astral. Il transmet au corps astral la conscience des contacts sensoriels physiques, il fait descendre aussi dans le cerveau physique et dans le système nerveux la conscience des niveaux astrals et supérieurs à l’astral.
 
2) Le corps astral: C’est un véhicule entouré d’une aura éclatante, semblable au corps physique mais composé d’une matière dont le degré de finesse est beaucoups plus élevé que celui de la matière physique. Dans ce corps s’exprime les sensations, passions, désirs et émotions (d’ailleurs, il est souvent appelé corps émotionnel par d’autres auteurs contemporains ). Il sert de transmission, de pont, entre le cerveau physique et l’esprit, celui-ci fonctionnant dans un véhicule supérieur : le corps mental. La connaissance de son fonctionnement est d’une grande importance pour comprendre les diverses manifestations de la psychologie humaine, et le mécanisme de phénomènes révélés par la psycho-analyse moderne.
 
3) Le corps mental : C’est le véhicule à travers lequel le soi se manifeste en tant qu’intellect, dans lequel se développent les pouvoirs de l’esprit, y compris la mémoire et l’imagination. Il est composé « d’essence élémentale mentale » : une substance vivante semi-intelligente et extremement active. La psychologie occulte distingue dans le mental humain 2 parties : le corps mental properement dit qui s’occuppe des objets, des pensées concrètes (ex : une maison concrète, un livre précis…). et le corps causal (voir ci-dessous). Le mental est souvent intimement mélangé à l’astral chez l’homme ordinaire pour qui ce mélange du désir et de la pensée joue un rôle prépondérant dans la vie.
 
4) Le corps causal: Les 3 corps précédents, où siège la personnalité, sont considérés comme « mortels », c’est à dire qu’ils n’existent que pour une seule incarnation. Le corps causal, lui, persiste à travers l’évolution entière de l’homme à travers de nombreuses incarnations. Il est donc « relativement » immortel. (car il existe ensuite une évolution « supranormale»). Le corps causal s’occuppe des principes, des pensées abstraites, des concepts (ex : les maisons en général…).Il est habité par « l’égo » et lui sert de véhicule (voir plus loin la signification qui est donnée au terme ego), qui représente notre âme d’essence divine et immortelle. Il évolue, s’enrichi, se purifie au fil des incarnations mais également entre chacune d’elles. Il est le dépôt de l’essentiel de l’expérience ainsi acquise par l’homme.
 
 
L’étude approfondie de ces 4 corps permet de comprendre énormément de choses sur notre origine, notre nature, notre fonctionnement et notre destinée. Il est difficile d’aborder l’être humain de manière plus cohérente et pertinente pour celui qui chemine vers l’éveil. Toutefois, avant de se lancer dans une telle lecture, il me semble important d’avoir à l’esprit quelques remarques: Ces livres ont été écrit principalement entre les deux guerres, il y a presque 100 ans, il faut donc remettre certaines expression dans leur contexte et comprendre différement certains mots qui ont pu changé de sens avec le temps.
 
Le cas le plus flagrant concerne l’égo, qui représente pour les théosophes l’individualisation de l’esprit universel, une émanation divine, le génie en nous. Il se projette en partie sur les plans inférieurs pour y acquérir de l’expérience, puis se retire de nouveau en lui même, avec le fruit de ses efforts. Nous voyons bien qu’aujourd’hui, la signication d’ego est tout autre en raison de la connotation souvent négative qui lui est associée. Il s’agit pour la plupart de nous du centre de la personnalité, mais de la personnalité inférieure, celle constituée du mental et de l’astral. Le probleme vient alors du fait que cet égo-ci se prenne pour le maitre à bord alors qu’il n’est qu’un outil de l’âme. D’ou l’usage dérivé du mot « égoïsme ». D’après la théosophie, cette forme d’égo a eu son utilité au cours de l’évolution et elle est très bien décrite dans ce passage du « corps causal » :
 
« Au moment de sa création, ce centre n'est évidemment qu'un Ego en enfance, faible et incertain. Pour le rendre fort et déterminé, il lui faut être enclos dans l'égoïsme- l'égoïsme du sauvage poussé à l'extrême. Pendant de nombreuses vies, ce mur d'égoïsme sera maintenu pour, qu'au-dedans, le centre se fortifie et s'accentue. L'égoïsme est donc une sorte d'échafaudage absolument indispensable à l'érection du bâtiment, mais qui sera démoli aussitôt la construction achevée, afin qu'elle puisse servir aux desseins qui l'ont inspirée. L'échafaudage est sans beauté et, s'il ne disparaissait pas, la maison serait inhabitable, et cependant, sans lui il n'y aurait pas eu de construction. Puisque le but de la création d'un centre est de permettre à la force du Logos de rayonner au travers, sur le monde, ce rayonnement serait irréalisable si l'égoïsme persistait ; cependant, sans l'égoïsme, dans ses premières étapes, un centre fort n'aurait jamais été établi. »
 
Une autre élément plus subjectif concerne le ressenti d’une certaine austérité dans ces livres, surement provoquée un manichéisme assez prononcé (ce qui est « bien » est clairement séparé de ce qui est considéré comme « mal »). Il y a une certaine insistance à encourager chez le lecteur un altruisme absolu allant presque jusqu’à l’oubli de soi. L’ensemble est teinté de religiosité. Chacun appréciera dans quel mesure il faut aussi penser à soi pour mieux aider les autres. On pourra ressentir également à l’occasion un certain dédain envers les « petites gens », les sauvages, les primitifs, les gens « grossiers et vulgaires ». Mais ne sont-ils pas, après tout qu’une version antérieure de nous-même ?
Je précise bien qu’il s’agit de ressentis personnels. Les votres peuvent différer. Sur le plan formel, il n’y a pas grand chose à redire puisque les connaissances sont exposées avec une grande rigueur, un soucis du détail, du cas particulier, avec des exemples concrets, ce qui est très appréciable. Certes, certains passages sont plutot ardus et compliqués, en particulier au début du dernier tome : « le corps causal » qui donne une vue globale de l’homme au sein de la cosmologie ésotérique.
 
Mais les petites réserves que je viens d’évoquer sont bien peu de chose au regard de l’immense richesse des connaissances contenues dans ces volumes. Malgré les années qui ont passé, beaucoups de considérations sur la nature humaine n’ont pas pris une ride et sont d’une grande pertinence. Si je puis me permettre une image, je comparerais ces livres à une voiture très sophistiquée (l’homme) mais un peu démodé en apparence (la carrosserie). Mais les principes « moteurs » n’ont pas changé et leur compréhension est d’un grand secours pour celui qui cherche à se connaître vraiment en profondeur. Les théosophes avaient une certaine idée sur la manière de conduire et d’entretenir cette voiture (un peu stricte et religieuse). Nous pouvons très bien, un siècle plus tard conçevoir une manière un peu différente de l’habiller et de la conduire, chacun à notre manière…Pour moi, l’essentiel de la « mécanique » est intact, malgré quelques points de désaccord ou d’incompréhension…car il est bien connu que la vérité n’a pas d’âge. Je rend donc hommage par cet article au travail énorme de Mr Powell et à la théosophie en général pour ces enseignements venu de loin, mais qui me touchent de si près.
 
Lien pour télécharger les ouvrages de théosophie cités et d’autres également:
http:/www.girolle.org/general/telechargements.htm
Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article