Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 20:06

Il paraît que l'homme est allé sur la lune (je dis « il paraît » car selon les conspirationnistes, c'est une tromperie de plus). En tout cas, il a exploré le moindre recoin de notre planète. Mais il reste un royaume dont il est loin de connaître l'étendue : lui-même. Par effet direct, il est un domaine de la vie susceptible de connaître des évolutions considérables : celui des relations. Si cela ne paraît pas encore être le cas, c'est simplement parce que les croyances, pratiques, connaissances et morales sont encore bloquées à un stade que je n'hésiterais pas à qualifier de primitif . Il faut dire que c'est un domaine qui rassemble, à mon humble avis, les plus gros défis psychologiques et spirituels, surtout dans le domaine intime. Mais les intellectuels autorisés préfèrent tourner au tour du pot, et se croient terriblement audacieux avec leur théorie du genre. Mais la véritable audace n'est-elle pas de vivre une relation si totale, si complète, si profonde, qu'elle remette en cause le fondement même de notre nature égoïque ? Je ne parle pas de la fusion, simple abdication de soi en l'autre, mais de la re-connaissance du pur esprit en l'autre, miroir de notre propre sainteté. Mais qui est prêt à cela ? Qui est prêt à simplement remettre en cause le diktat des relations codifiées du non-saint. En son sein, le courage est-il de rester ou de partir ? Sommes-nous en relation avec une personne, ou avec l'idée que l'on s'en fait ? La fidélité "à vie" à un même partenaire est-elle une infidélité à soi-même ? Et tant d'autres questions trop dérangeantes encore à poser au 21ème siècle...

Christalain – juillet 2015

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 20:00

Le cours, enseignement intemporel par définition, croise donc régulièrement l'actualité de façon éblouissante tant il est éclairant. Si la foi "bien" placée conduit aux miracles,  la foi (très) "mal" placée (du moins placée dans l'irréel) conduit aux abominations que l'on voit aux actualités. En effet, la foi placée en « rien » n'est pas sans pouvoir puisque nous croyons fermement en ce rien qu'est le monde de l'illusion, l'ego. Le fils de Dieu est si puissant qu'il semble rendre réel l'impossible.

Christalain

 

Pourquoi est-il si étrange pour toi que la foi puisse déplacer des montagnes ? Cela est certes un bien petit exploit pour un tel pouvoir. Car la foi peut garder le Fils de Dieu enchaîné aussi longtemps qu'il se croit attaché à des chaînes. Et quand il en est délivré, c'est tout simplement parce qu'il ne croit plus en elles, leur retirant la foi qui leur permettait de le retenir et la mettant plutôt dans sa liberté. Il est impossible de mettre une foi égale dans des directions opposées. La foi que tu mets dans le péché, tu l'enlèves à la sainteté. Et ce que tu offres à la sainteté a été enlevé au péché.

 

Foi, croyance et vision sont les moyens par lesquels le but de sainteté est atteint. C'est par elles que le Saint-Esprit te conduit au monde réel, loin de toutes les illusions dans lesquelles ta foi était placée. Telle est Sa direction, la seule qu'il voie jamais. Et quand tu t'égares, Il te rappelle qu'il n'y en a qu'une. Sa foi, Sa croyance et Sa vision sont toutes pour toi. Quand tu les auras complètement acceptées à la place des tiennes, tu n'auras plus besoin d'elles. Car la foi, la vision et la croyance ne sont signifiantes qu'avant que soit atteint l'état de certitude. Au Ciel elles sont inconnues. Or le Ciel s'atteint par elles.

 

Il est impossible que le Fils de Dieu manque de foi, mais il peut choisir où il la voudrait. L'absence de foi n'est pas un manque de foi mais une foi en rien. La foi donnée aux illusions ne manque pas de pouvoir, car par elle le Fils de Dieu croit qu'il est impuissant. Ainsi il n'a pas foi en lui-même, mais sa foi est grande dans ses illusions à propos de lui-même. Car la foi, la perception et la croyance, c'est toi qui les as faites, comme moyens de perdre la certitude et de trouver le péché. Cette folle direction était ton choix; et par la foi placée dans ce que tu as choisi, tu as fait ce que tu désirais.

 

Un Cours en Miracles – CH.21, section 3.

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 19:50

Le coup de coeur ciné SF du moment. En dépit d'un thème rebattu au cinéma, ce film parvient à nous captiver - et aussi nous faire peur - grâce à de nouvelles idées, de nouvelles pistes en lien avec l'intelligence artificielle. Que l'on se rassure, le jour ou les machines auront conscience d'elles-mêmes n'est pas encore arrivé. Car cela sous-tendrait que la conscience est un phénomène engendré par un processus matériel. C'est la croyance actuelle des scientifiques orthodoxes : notre cerveau et ses neurones créent notre pensée. Tout étudiant sérieux  - même novice - de la non dualité connait l'imposture de cette posture. Cela n'empêche pas d'apprécier une bonne fiction !

Christalain.

Repost 0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 09:22

Le vieux pardon newtonien, comportant sujet et objet est invalide : on pardonne à quelqu'un parce que l'on pense que cet individu a réellement commis une faute. Ce type de pardon entretient dans l'esprit inconscient l'idée de séparation. Le pardon véritable libère les gens parce qu'ils n'ont rien fait en réalité, parce que c'est toi qui les as bernés au départ. Ce que tu vois, c'est ta projection d'un univers spatio-temporel. Tu as assumé la responsabilité de sa fabrication, non faiblement mais fortement. Tu est au niveau de la cause, non de l'effet. C'est le renversement de pensée dont parle le Cours.

Pursah - « L'amour n'a oublié personne » - Gary Renard.

Repost 0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 09:19

Dans l'extrait suivant d'Un Cours en miracles, les rêves nocturnes sont mis en parallèle avec la vie diurne que nous croyons réelle. Or, il s'agit simplement de la même illusion sous une forme différente. Ainsi, tout comme les évènements de notre vie quotidienne, nos rêves nous apprendront sur nous même en fonction du regard que nous posons sur eux. Les rêves n'ont aucun sens par eux même, mais le St-Esprit peut nous enseigner à travers eux si tel est notre souhait, à des fins d'éveil de tous les rêves, ceux du jour et ceux de la nuit.

Christalain

 

N'est-ce pas que le monde qui surgit en rêve semble tout à fait réel? Or pense à ce qu'est ce monde. Il est clair que ce n'est pas le monde que tu voyais avant de dormir. Plutôt, c'est une distorsion du monde, uniquement planifiée selon ce que tu aurais préféré. Ici tu es « libre » de refaire ce qui semblait t'avoir attaqué, pour le changer en un hommage à ton ego, que l'« attaque » avait outragé. Ce n'est pas ce que tu souhaiterais si tu ne te voyais pas toi-même comme ne faisant qu'un avec l'ego, qui se considère toujours lui-même, et donc te considère, toi, comme la cible d'une attaque et très vulnérable à celle-ci.

 

Les rêves sont chaotiques parce qu'ils sont gouvernés par tes désirs conflictuels; par conséquent, ils ne se soucient pas de ce qui est vrai. Ils sont le meilleur exemple que tu puisses avoir de la façon dont la perception peut être utilisée pour substituer les illusions à la vérité. Tu ne les prends pas au sérieux en t'éveillant parce que le fait qu'ils violent la réalité si outrageusement devient apparent. Or ils sont une façon de regarder le monde et de le changer pour mieux convenir à l'ego. Ils fournissent des exemples frappants, à la fois de l'inaptitude de l'ego à tolérer la réalité et de ton désir de changer la réalité en sa faveur.

 

Tu ne trouves pas troublantes les différences entre ce que tu vois dans ton sommeil et à ton réveil. Tu reconnais que ce que tu vois au réveil est effacé en rêve. Pourtant, en t'éveillant, tu ne t'attends pas à ce que cela ait disparu. En rêve, tu arranges tout. Les gens deviennent tels que tu les voudrais, et ils font ce que tu ordonnes. Aucune limite aux substitutions ne t'est imposée. Pour un temps il semble que le monde t'ait été donné pour que tu en fasses ce que tu souhaites. Tu ne te rends pas compte que tu l'attaques, que tu essaies d'en triompher et de le mettre à ton service.

 

Les rêves sont des crises de colère perceptuelles, dans lesquelles tu hurles littéralement : «Je le veux ainsi!» Et ainsi il semble en être. Et pourtant le rêve ne peut pas échapper à son origine. La colère et la peur le pénètrent et en un instant l'illusion de satisfaction est envahie par l'illusion de terreur. Car le rêve de ton aptitude à contrôler la réalité en lui substituant un monde que tu préfères est terrifiant. Tes tentatives pour effacer la réalité sont très apeurantes, mais cela tu n'es pas prêt à l'accepter. Alors tu lui substitues le fantasme que c'est la réalité qui est apeurante, et non ce que tu voudrais lui faire. Et ainsi la culpabilité est rendue réelle.

 

Les rêves te montrent que tu as le pouvoir de faire un monde tel que tu le voudrais; et que parce que tu le veux, tu le vois. Et tant que tu le vois, tu ne doutes pas qu'il est réel. Or voici un monde, manifestement au-dedans de ton esprit, qui semble être à l'extérieur. Tu n'y réponds pas comme si c'était toi qui l'avais fait, et tu ne te rends pas compte non plus que les émotions que le rêve produit doivent venir de toi. Ce sont les figures dans le rêve et ce qu'elles font qui semblent faire le rêve. Tu ne te rends pas compte que tu les fais passer à l'acte pour toi, car si tu t'en rendais compte la culpabilité ne serait pas la leur et l'illusion de satisfaction disparaîtrait. En rêve, ces traits ne sont pas obscurs. Tu sembles te réveiller, et le rêve a disparu. Or ce que tu manques de reconnaître, c'est que ce qui a causé le rêve n'a pas disparu avec lui. Le souhait te reste de faire un autre monde qui n'est pas réel.

 

Et ce à quoi tu sembles t'éveiller n'est qu'une autre forme de ce même monde que tu vois en rêve. Tout ton temps se passe à rêver. Tes rêves endormis et tes rêves éveillés ont des formes différentes, mais c'est tout. Leur contenu est le même. Ce sont tes protestations contre la réalité et ton idée fixe et insane de pouvoir la changer. Dans tes rêves éveillés, la relation particulière occupe une place particulière. C'est le moyen par lequel tu essaies de réaliser les rêves que tu fais en dormant. De cela, tu ne t'éveilles p a s . La relation particulière, c'est la détermination avec laquelle tu gardes ta prise sur l'irréel tout en t'empêchant de t'éveiller. Et tant que tu verras plus de valeur dans le sommeil que dans l'éveil, tu n'en lâcheras pas prise.

 

Le Saint-Esprit, toujours pratique dans Sa sagesse, accepte tes rêves et les utilise comme moyen de t'éveiller. Tu les aurais utilisé, toi, pour rester endormi. J'ai dit plus tôt que le premier changement, avant que les rêves ne disparaissent, c'est que tes rêves de peur sont changés en rêves heureux. C'est ce que fait le Saint-Esprit dans la relation particulière. Il ne la détruit pas, Il ne te l'arrache pas. Mais Il l'utilise différemment, comme une aide pour rendre Son but réel pour toi. La relation particulière restera, non pas comme une source de douleur et de culpabilité mais comme une source de joie et de liberté. Elle ne sera pas pour toi seul, car en cela résidait sa misère. De même que sa non-sainteté la gardait à part, sa sainteté deviendra une offrande faite à chacun.

 

Un Cours en miracles- Extrait du ch.18, section II

Repost 0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 09:13

 

 

 

 

 

source : site de Laurent : www/laurentlevy.net

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 20:24
Date des prochaines rencontres :
* Le 9 mai à Oyonnax (01)
* Le 6 juin à Annecy (74)
* Le 11 juillet dans la région de Nantua (01)

Me contacter par mail pour plus de détails et participation.

 

pardon-regina.jpg

 

Le Pardon, pratiqué dans la perspective d'une philosophie non-duelle est un outil puissant pour retrouver la paix de l'esprit. Il permet de guérir les rancoeurs et blessures restées actives au fond de nous. Il facilite également l'accès à la connaissance de notre véritable nature, ainsi qu’au pouvoir de notre esprit, une fois libéré de sa culpabilité.

 

Après un exposé sur l'essence du pardon non-duel, accompagné d'une méthode pratique, nous échangerons avec vous sur ce thème, accueillerons vos témoignages et répondrons à vos questions. Si vous souhaitez aussi évoquer avec nous des sujets directement liés au pardon comme l'innocence, l'unité, la responsabilité, le caractère impermanent et impersonnel des évènements de la vie, nous vous invitons à ce partage. 

 

    Alain et Sandrine

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 20:12

À présent, parlons du travail que tu dois faire. Tu es conscient qu’il y aura des résistances, de grandes résistances. Ne perds pas cette lucidité, et sois toujours sur tes gardes. Quand des résistances surviennent dans ton esprit sous n’importe quelle forme, abandonne-les sur-le-champ et dans la gratitude, comme des choses n’ayant pas de valeur.

 

Le travail que tu vas faire est dans l’esprit. C’est un travail de conscience, qui ne vise pas à être conscient du monde, mais de tes pensées au sujet du monde. Aujourd’hui, tu penses être focalisé sur le monde. Tu penses que cet intérêt porte sur des relations, du travail, des loisirs et des moments de détente, or Je te dis que tu n’es focalisé sur aucune de ces choses-là. Tu ne l’as jamais été. Même la pensée que tu es focalisé sur le monde est une illusion dans ton esprit.

 

Ce sur quoi tu es focalisé, et as toujours été focalisé, est la pensée. À chaque moment de pseudo-interaction avec le monde, tu es focalisé sur la pensée. Et comme tu te considères comme une entité séparée qui est dans le monde, tu es focalisé sur des pensées qui semblent provenir de l’esprit privé qui t’appartient. Regardons ensemble très attentivement ce processus dont tu es si peu conscient, et pourtant il définit tout ce que penses, crois et fais.

 

Le travail que tu vas faire est dans l’esprit. C’est un travail de conscience, qui ne vise pas à être conscient du monde, mais de tes pensées au sujet du monde. Aujourd’hui, tu penses être focalisé sur le monde. Tu penses que cet intérêt porte sur des relations, du travail, des loisirs et des moments de détente, or Je te dis que tu n’es focalisé sur aucune de ces choses-là. Tu ne l’as jamais été. 10Même la pensée que tu es focalisé sur le monde est une illusion dans ton esprit.

 

Ce sur quoi tu es focalisé, et as toujours été focalisé, est la pensée. À chaque moment de pseudo-interaction avec le monde, tu es focalisé sur la pensée. Et comme tu te considères comme une entité séparée qui est dans le monde, tu es focalisé sur des pensées qui semblent provenir de l’esprit privé qui t’appartient. Regardons ensemble très attentivement ce processus dont tu es si peu conscient, et pourtant il définit tout ce que penses, crois et fais.

 

À chaque fois que tu regardes une chose avec les yeux du corps, il y a des pensées dans ton esprit sur cette chose. Quand tu regardes une chaise, par exemple, tu peux penser qu’elle est jolie, usée, disponible, désirée, non désirée, propre, sale, etc. Les pensées qui te viennent à l’esprit paraissent automatiques, sans que tu en sois conscient ou sans que tu les aies évaluées. Tu peux aussi émettre des jugements sur la chaise, jugements fondés sur tes pensées, et tu peux aussi choisir de t’y asseoir ou de ne pas t’y asseoir en te fondant sur tes jugements. Mais jamais tu n’observes, ni n’évalues, ni ne questionnes les pensées que tu as à propos de cette chaise, et il ne s’agit pourtant que d’une chaise.

 

Le processus que tu appelles pensée, dont tu es pour la plus grande part inconscient, se déroule de lui-même dans ton esprit à propos de tout dans ton monde. Tu émets des jugements que tu n’évalues pas à propos du travail que tu fais, des relations que tu as, des passe-temps que tu choisis et de la personne que tu penses être. Ces jugements non évalués définissent toutes les choses et les personnes de ton monde. Et ils sont admis dans ton esprit sans que tu en aies conscience, que tu les questionnes ou bien les évalues.

 

Alors, voilà le travail que Je te demande de faire. Je te demandede ralentir le pas un petit peu. Tu pourras choisir la manière de le ralentir. Choisis une méthode qui te paraît confortable pour toi maintenant, mais trouve un moyen de réduire les distractions dans ta vie, afin de prendre le temps de devenir conscient des pensées qui paraissent automatiques dans ton esprit. Que sont ces pensées ? Que te disent-elles ? Pourquoi les écoutes-tu ? Est-ce que ce sont des pensées d’amour ?

 

Source: INT. Interprétation du Nouveau Testament.

Extrait de la version abrégée libre d'accès – Luc, Chapitre 12

Régina dawn akers : http://reginadawnakers.com/

Repost 0
Published by Christalain - dans DIVERS NON-DUALITE
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 20:00

Dans ce monde tu peux devenir un miroir sans tache, dans lequel la Sainteté de ton Créateur irradie de toi vers tout ce qui t'entoure. Tu peux refléter le Ciel ici. Or nul reflet rendant l'image d'autres dieux ne doit ternir le miroir qui présenterait le reflet de Dieu. La terre peut refléter le Ciel ou l'enfer; Dieu ou l'ego. Tu as seulement besoin de laisser le miroir propre et pur de toutes les images de ténèbres cachées que tu y a tracées. Dieu y luira de Lui-même. Seul le clair reflet de Lui-même peut y être perçu.


Les reflets se voient dans la lumière. Dans les ténèbres ils sont obscurs, et leur signification semble résider uniquement dans des interprétations changeantes, plutôt qu'en eux-mêmes. Le reflet de Dieu n'a pas besoin d'interprétation. Il est clair. Lave seulement le miroir, et le message qui irradie de ce que le miroir présente à la vue de chacun, nul ne peut manquer de le comprendre. C'est le message que le Saint-Esprit présente au miroir qui est en lui. Il le reconnaît parce qu'on lui a enseigné son besoin de lui, bien qu'il ne sache pas où regarder pour le trouver. Laissele donc le voir en toi, et le partager avec toi.


Si tu pouvais seulement te rendre compte pour un seul instant du pouvoir de guérison que le reflet de Dieu, qui luit en toi, peut apporter au monde entier, tu ne pourrais pas attendre plus longtemps avant de laver le miroir de ton esprit pour qu'il reçoive l'image de la sainteté qui guérit le monde. L'image de sainteté qui luit dans ton esprit n'est pas obscure, et ne changera pas. Sa signification pour ceux qui la regardent n'est pas obscure, car tous la perçoivent comme étant la même. Tous portent leurs différents problèmes à sa lumière guérissante, et tous leurs problèmes ne trouvent là que guérison.


La réponse de la sainteté à toute forme d'erreur est toujours la même. Il n'y a pas de contradiction dans ce que la sainteté appelle. La guérison est sa seule réponse, peu importe ce qui lui est apporté. Ceux qui ont appris à n'offrir que la guérison, à cause du reflet de la sainteté en eux, sont enfin prêts pour le Ciel. Là, la sainteté n'est pas un reflet mais bien la condition réelle de ce qui ne leur était ici que reflété. Dieu n'est pas une image, et Ses créations, faisant partie de Lui, Le contiennent en elles en vérité. Elles ne font pas que refléter la vérité, car elles sont la vérité.

Un Cours en miracles - Ch.14, section 9

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 19:00

Ce qui heurte le plus les gens lorsque l'on évoque la non-dualité radicale du Cours en miracles, c'est la notion de monde illusoire. Même les spiritualités dites “pointues” comme celle de Sri Aurobindo restent attachées à la réalité de la matière, et donc de l'univers. Pourtant, les physiciens “quantiques” admettent qu'à force de fouiller dans l'infiniment petit de la “matière”, on ne trouve plus que des vibrations, des ondes et finalement 99% de vide !

Toutefois, j'ai décidé d'adapter mon langage et le nuancer pour ne pas trop choquer mes interlocuteurs. A présent, je me contente de dire que le monde n'est pas notre réalité définitive, mais juste une vaste pièce de théatre virtuelle ou l'on ne trouve que l'impermanence, l'instabilité, l'incertitude (au mieux !). Bref, une expérimentation qui a mal tournée, un mauvais rêve. Bon, je sais, ça revient un peu au même, sauf que je mets les formes.

Les gens pensent aussi que l'on fuit le monde en le qualifiant d'illusion. Pas du tout, nous le vivons pleinement, et même plus intensément que bien des intellectuels englués dans la matrice. C'est juste notre regard qui diffère, et notre pratique du Pardon qui défait progressivement l'illusion. Et que reste t-il quand l'illusion s'estompe ? La réalité bien sur ! Dans le premier article, je vous propose un article démontrant que la matière n'est pas si consistante et réelle qu'on veut bien le croire...

 

Christalain – Avril 2015

 

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES