Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 11:13
Extrait de classes tenues à l'Académie « La Fondation pour d’Un cours en miracles » Temecula CA Kenneth Wapnick, Ph. D. Ces discussions se sont développées à partir des questions posées au cours de deux classes de cinq jours à l'Académie : « Les idées ne quittent pas leur source » qui s'est tenue en mars 2010, et « Entrer en la présence de Dieu » qui s’est tenue en novembre 2009.
 
Question : Je viens ici pour assister aux classes et pour vous écouter, j'ai lu le Cours, et j'essaie de le pratiquer au meilleur de ma capacité, mais je suis de plus en plus conscient combien je ne veux pas le faire. Je suis une machine de projection et je suis vraiment sérieux à ce sujet. Parfois, je perds espoir et puis je commence à douter que nous puissions arriver à ce décideur et choisir un autre DVD. Vraiment, pouvons-nous le faire? Ou sommes-nous condamnés à vivre ce DVD pour le reste de nos vies et simplement prendre conscience qu'il s'agit d'un DVD, au lieu de choisir la paix ainsi que d'être aimé? Il y a une immense pression dans mon travail à l'heure actuelle, beaucoup d'inquiétudes, et je ne sais pas comment me rendre compte de ne pas avoir choisi le tout. Cela devient parfois un peu désespérant.
 
Ken : Je pense que tout le monde serait d'accord avec ce que vous énoncez. Tout le monde a cette expérience. La plupart des gens viennent au Cours parce que leur vie ne fonctionne pas, mais ils ne sont pas conscients comment les choses vont mal jusqu'à ce qu'ils commencent à travailler avec ce matériel. Et c'est parce que le monde permet d'espérer qu’il y a toujours quelque chose comme : une autre relation, une autre banque à voler sans se faire attraper, une drogue, l’alcool, etc. Il y a des choses pour nous distraire, mais quand on commence vraiment à comprendre ce qu’énonce le Cours, nous devenons plus anxieux. Nous reconnaissons qu'il n'y a vraiment aucun espoir au sein du système de l'ego, qu'il s'agit d'un système de pensée tout-puissant et s’il semble tout-puissant, c’est parce que nous l'aimons.
 
Cela peut être très déconcertant lors de nos bonnes journées et carrément désespérant d'autres jours. Pourtant, nous ne pouvons pas arriver à la lumière sans passer par l'obscurité. C'est un thème majeur dans ce Cours. Jésus dit qu'ensemble, nous détenons la lampe qui dissipera l'ego (T-11.V.1:3, p.217). Cela signifie regarder l'ego à l’oeuvre ainsi que certaines descriptions de l'ego dans ce Cours qui en décrivent une image effrayante, très horrible. Ce qui fait empirer la chose, c’est de réaliser qu’il parle de nous. Il y a quelques sections très puissantes qui parlent de « chair arrachée de l'os » (T-24.V.4:8, p.546), « de lancer ton frère dans le précipice » (T-24.V.4:2), et « choisir de souffrir afin que quelqu'un d'autre soit tué » (T-31.V.15:10, p.708). Ces sortes de descriptions ne sont pas faciles à traiter et peuvent entraîner des sentiments de désespoir. L'espoir réside dans le fait de comprendre, qui est l'une des raisons pour lesquelles j'insiste toujours sur la métaphysique – qu’il y a une raison pour se sentir ainsi.
La raison pour laquelle le monde est si désespéré, c'est que lorsque nous nous identifions à notre corps, il n’y a vraiment aucun espoir. Nous pensons devenir libres lorsque nous mourons, mais le Cours dit « il y a un risque de penser que la mort est la paix » (T-27.VII.10 : 2, p.626). Puis, avant que nous le sachions, nous sommes tout droit de retour ici ou dans un autre aspect du rêve. Il n'y a pas d'espoir dans le monde. Il n'y a pas d'espoir dans l'illusion, car une fois identifié à l'illusion, nous ne verrons rien d'autre. Il faut du temps et beaucoup de discipline pour commencer à comprendre que le monde n'est pas ce qu'il semble être. 
   
Je dis souvent : « Ne croyez pas le mensonge » et « Ne croyez pas ceux qui vous disent que deux et deux font quatre », car ils viennent d'une croyance qu'il existe des lois logiques qui se tiennent dans ce monde, lorsque de fait de la question est que toute personne saine d'esprit sait que deux et deux font cinq, parce que rien ici n'a aucun sens. Commencer à le saisir est extrêmement utile, car au moins cette compréhension nous offre une véritable bouée de sauvetage. Le monde offre beaucoup de façons de vivre et toutes sortes de dépendances.
   
Il y a une section très puissante vers la fin du texte intitulée « La réelle alternative », qui dit que toutes les routes ici conduisent à la mort (T-31.IV.2: 11, p.702). Il n'y a pas d'espoir dans le monde! J'ai parfois dit qu’« Un cours en miracles » est la seule spiritualité que je connaisse qui donne un véritable espoir dans le sens où il ne propose aucun espoir de changement dans le monde. L'espoir que le Cours propose consiste dans son enseignement que tout ce qui semble se passer ici se passe dans notre esprit décisionnel. C'est là que l'espoir se situe, mais le problème est que nous ne voyons aucune alternative, c’est ce qu’énonce cette question, et c'est vrai. UCEM, une spiritualité pleine d’espoir La vérité de l'ego commence à s’effondrer lorsque nous reconnaissons qu’il n’offre aucun espoir et s’il semble tout-puissant, c’est seulement parce que nous y croyons. C'est alors que nous commençons à développer un semblant d'espoir, qui peut alors croître et s’amplifier, mais il ne doit pas être dirigé à améliorer le monde et le rendre plus fonctionnel pour nous. Rappelez-vous la ligne, « ... ne cherche pas à changer le monde, mais choisis de changer ton esprit sur le monde » (T-21.in.1 : 7, p.477), ce qui signifie que nous avons du pouvoir sur lui.  
 
Et alors, vous pourriez avoir une période très stressante au travail et même si vous n'êtes pas en mesure de choisir la paix, vous pourriez au moins savoir à un certain niveau que vous pouvez choisir la paix. Vous pouvez aller à votre travail et faire ce que vous devez faire tout en prenant les décisions qui s’imposent, mais vous pourriez également être paisible. Au moins sachant que c'est une possibilité, vous auriez un sentiment d'espoir. Il permet également de se rendre compte que les sentiments de désespoir représentent une décision.
 
Cela prend beaucoup de travail, beaucoup d'études sur ce que déclare le Cours pour pouvoir l’intégrer dans nos vies afin que nous commencions à voir que, oui, je n'ai pas à être contrarié, et bien que cela ne puisse pas être la chose la plus heureuse qui se passe dans mon corps en ce moment, je pourrais toujours être en paix. Il faut y travailler ! Mais cela finit par être payant, car ainsi nous ne ferons pas le travail sous l'illusion que quelque chose ici nous rendra heureux : je vais enfin trouver la bonne relation, le bon emploi, le climat adéquat, la bonne forme corporelle — tout ce qui me fera sentir bien à propos de moi-même et qui me fera plaisir. Nous réalisons maintenant que rien de tout cela ne fonctionnera. Nous sommes tous assez âgés maintenant pour le savoir. Nous avons essayé tant de choses différentes dans le monde, qui à la fin ne fonctionnent tout simplement pas.
 
La raison pour laquelle « Un cours en miracles » fonctionne, c'est qu'il va nous conduire du corps à l'esprit, du symbole à la source. Nous avons le contrôle là-dessus. Le début de la leçon 70 stipule clairement que rien au monde ne peut nous rendre heureux ou malheureux, rien au monde ne peut nous donner de la douleur ou du plaisir. Il dit ensuite que cela nous met responsable de l'univers dont nous faisons partie – nous sommes en contrôle de l'univers de l'esprit, que nous soyons heureux ou tristes (leçon 70.2 : 3, p.121). Cela n'a rien à voir avec les circonstances extérieures. Même si nous ne le ressentons pas, du moins le savoir intellectuellement est un très bon début, car il restaure notre pouvoir. Dans le cas contraire, nous sommes tous impuissants et condamnés à un minimum de puissance. Nous pensons pouvoir contrôler une partie de nos vies ou parfois une personne en particulier, mais ce que nous croyons vraiment, c'est que nous sommes à la merci de forces que nous ne pouvons pas contrôler, particulièrement les forces du vieillissement et de l'économie. Les choses se passent : les gens perdent leurs emplois et leurs maisons, et ils n'ont rien fait. C'est la direction aujourd'hui que prend notre pensée. Ou bien nous avons un cancer ou un être cher en a un, et au niveau du monde, nous n'avons aucun contrôle sur cette situation, mais nous avons cependant le contrôle sur la façon dont nous la voyons.
 
La ligne qui dit que le monde que nous voyons est une « image extérieure d'une condition intérieure » (T-21.in.1 : 5, p.477) nous donne la voie de sortie. Le monde que nous voyons est une projection, un symbole d'une condition intérieure, qui est la décision de l'esprit pour l'ego ou le Saint-Esprit, le pouvoir de choisir. Cela nous donne l'espoir que même au milieu d'horribles circonstances nous pourrions toujours être paisibles. Dans un premier temps, nous le croyons intellectuellement ou nous travaillons à y croire intellectuellement. À un moment donné, si nous continuons à y travailler, il deviendra plus qu’une expérience, mais il faut beaucoup de travail acharné parce que nous sommes à désapprendre une vie, sinon des vies, d’engagement à rendre le symbole réel en oubliant la source.
  
La question reflète également, quoiqu'elle ne l'est pas mentionnée, la résistance que nous avons tous à accepter que ce que je dis ainsi que le Cours soit vrai. Le monde semble être un témoin tellement puissant. Comme Wordsworth a déclaré, « le monde est beaucoup trop avec nous. » Il est trop puissant. La maladie est trop puissante. La situation financière dans le monde est trop puissante. La guerre est trop puissante. La mort est trop puissante. Nous ne pouvons surmonter aucune d’elles, et au niveau du corps, c’est certain que nous ne le pouvons pas. Mais nous pouvons surmonter notre système de croyances parce que nous avons le pouvoir de le changer. C'est là où réside l'espoir...    
 
Merci à Stella PILON pour ce partage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires