Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 20:01

esprit.jpg

Un esprit tranquille est tout ce dont vous avez besoin.
Tout le reste se passera correctement,
une fois que votre esprit est calme.
Comme le soleil en se levant fait activer le monde,
ainsi la conscience de soi affecte les changements dans l'esprit.
À la lumière de la conscience de soi calme et stable,
des énergies intérieures se réveillent et font des miracles
sans aucun effort de votre part.
- Nisargadatta Maharaj -

 

Cette question est assurée de surgir sur le chemin spirituel. On nous dit dans de nombreuses traditions spirituelles que lorsque l'esprit devient calme, le pur-esprit ou Dieu peut alors s’introduire en nous. Au fur et à mesure que notre prise de conscience s'approfondit, nous ne pouvons pas nous empêcher de remarquer un convoi continu de pensées se défiler dans notre esprit. Je ne parle pas ici de la pensée pratique, laquelle est nécessaire. L’enseignant américain Adyashanti réfère à ce type d'esprit comme « l'esprit de boîte à outils ». C'est l'autre 99 % de nos pensées auquel je me réfère.

 

Aujourd’hui Il te parle. Sa Voix attend ton silence, car Sa Parole ne peut être entendue jusqu’à ce que ton esprit soit quiet un instant, et que les désirs in-signifiants soient apaisés. Attends Sa Parole dans la quiétude.

« Un cours en miracles ». Leçon 125

 

Le souvenir de Dieu vient à l’esprit quiet. Il ne peut venir là où il y a conflit, car un esprit en guerre contre lui-même ne se souvient pas de l’éternelle douceur.

« Un cours en miracles ». T-23.I.1.

 

Le miracle vient quiètement à l’esprit qui s’arrête un instant et fait silence.

« Un cours en miracles ». T-28.I.11.

 

Il est facile de faire l'erreur d'essayer de faire arrêter votre esprit de penser. Dans ma vingtaine je suivais le chemin du bouddhisme. Je me suis inscrit pour une retraite de méditation de sept jours — la méditation vipassana. Durant cette retraite, nous devions surveiller notre esprit autant que possible, tout en notant les pensées qui passent. Ce devait être une semaine silencieuse, en dehors de nos entretiens du matin avec le maître de méditation.

 

Chaque journée commençait par une méditation de groupe d’une heure et demie à partir de 6 heures du matin dans une cabane dans le jardin, la méditation solitaire dans sa chambre et dans les jardins jusqu'à la méditation de groupe finale à 7 h 30. À 9 h nous étions autorisés à tout abandonner et nous détendre. Je suis allé avec l'intention de nettoyer mon esprit de toutes les pensées. Grosse erreur!

J'étais étonné de voir combien peu de contrôle j'avais sur les pensées qui traversaient mon esprit, et les arrêter était presque impossible. Pourtant, j'ai essayé aussi fort que je pouvais, devenant épuisé ainsi que déçu de moi-même. Pour aggraver les choses, la hutte de méditation de groupe dans le jardin avait un toit de métal. Les oiseaux et les écureuils couraient continuellement dessus durant la méditation. Certaines de mes pensées étaient « Pour l'amour de Dieu, pourquoi ont-ils construit cette cabane dans ce jardin! »

 

La pensée se produit. (Cela pourrait devenir un nouvel autocollant de pare-chocs.) Ce sera probablement toujours le cas – de son propre chef comme c’est si cela l’était. L'option N'EST PAS de penser versus refuser de penser. L'option c'est de voir cette pensée se produire OU d’entrer en elle comme si c'était la vie réelle. Apprenez seulement à voir la pensée comme étant un phénomène. Restez en dehors d’elle et laissez-la simplement faire son affaire, sans entrer dans l’arène avec elle. Vous n'avez pas à rendre chaque pensée drôle. Jan Frazier

 

Le troisième soir de la retraite, en position assise dans cette cabane, j'ai simplement renoncé. « Que les oiseaux et les animaux courent autant qu'ils aiment au-dessus ma tête, » ai-je pensé. Mon esprit est soudainement devenu très calme et des souvenirs de la toute petite enfance commencèrent à faire surface. Ils étaient si intéressants que j'ai commencé à penser de nouveau et c'est reparti. Mais j'avais appris quelque chose d'important : abandonner, renoncer au contrôle semblait être une porte ouverte à un esprit plus calme.

 

Une autre fois durant la retraite, il y eu un certain soir tout près de 21 h, le moment où pour ainsi dire, nous pouvions cesser d'être conscient. J'avais hâte d'arriver à 21 h. Sur le coup de neuf je me suis effondré sur le lit en tombant immédiatement dans un état incroyable de prise de conscience. Je pouvais regarder les pensées qui venaient en disant : « Mon Dieu c’est vraiment la prise de conscience! » Mais je suis demeuré toujours l'observateur tranquille et je n'étais pas attaché à ces pensées. C'était très calme et sans aucun effort. Je me suis souvenu de l’aperçu que j'avais reçu plus tôt dans la hutte de méditation — abandonne!

 

Toute vie que vous avez toujours vécue a eu lieu dans un maintenant. Le reste est du carton sec dans l'esprit. Vous continuez seulement à essayer de l'investir avec la réalité. L'esprit pense une pensée et l'ego l’investit avec la réalité. C'est ce que nous faisons. Mais il n'y a rien qui dit qu'il doit en être ainsi. L'esprit peut imaginer une pensée et vous pouvez simplement la laisser aller toute seule, refusant de prendre cette prochaine étape. Jan Frazier

 

J'aime rencontrer et lire sur les gens qui semblent avoir eu un éveil permanent et ont perdu le sens de l'identité personnelle, se sentant un avec tout. Ont-ils encore des pensées dont ils n'ont pas vraiment besoin? Oui, il semble qu'ils en ont. Cependant ils semblent avoir beaucoup moins de pensées qu'ils avaient avant leur éveil. Se trouvant dans le maintenant, ils ont quelques pensées au sujet du passé et du futur, ce qui consomme une grande partie de nos pensées. Ils ont laissé tomber les pensées de jugement qui en prennent également une grande partie. Perdant le sens du soi personnel et ayant le sentiment d’être un avec tout le monde signifie qu'il n'y a plus personne à juger, comme tout le monde et tout est effectivement eux-mêmes.

 

Lorsque l'enseignante Jack O’Keeffe a été interrogée à ce sujet, elle a dit : « Oui, il y a encore quelques pensées. C'est comme avoir une radio en arrière-plan. Vous savez qu’elle joue, mais vous n'êtes pas intéressé à écouter ce qui est dit ». Une autre fois, elle a fait référence à ces pensées comme le bruit de vagues en arrière-plan lorsque vous êtes en séjour au bord de la mer. Vous savez que le son est là, mais vous n'êtes pas intéressé.

 

Quand on a demandé à Nisargadatta Maharaj s'il avait encore de vieilles pensées d'ego égoïstes, il a répondu : « Oui de temps en temps une semble apparaître dans mon esprit. Je la vois se lever, je ne lui donne pas d'attention et elle meurt aussitôt. »

 

Mais que dire au sujet des « bonnes pensées »? Ne devrions-nous pas les retenir? Voici ce que le Cours nous dit :

 

La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. N’aie pas peur d’utiliser les « bonnes » pensées aussi bien que les « mauvaises ». Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. Les « bonnes » ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. Les « mauvaises» bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. Tu ne veux ni les unes ni les autres.

« Un cours en miracles » Leçon 4

 

La pensée est à retirer de la vie. Point. Ce ne sera jamais autrement. Peu importe si c'est une « vraie » pensée ou une « bonne pensée ». (L'ego n'aime pas ça.) La seule chose utile à faire par rapport à une pensée se produisant présentement, c'est de voir ce qu'elle est; une chose produite par l'esprit. N’entrons pas dedans pour y vivre, comme si un jeu pouvait devenir la vie elle-même. Quand le spectacle se joue, la vie est manquée.

Jan Frazier

 

Nous nous faisons clairement dire ici de lâcher notre attachement à toute pensée non pratique. Ces pensées ne font qu'interférer dans la manière de découvrir notre identité spirituelle. Alors, que faire?

 

Vous n'avez pas besoin d’arrêter de penser. Cesser tout seulement d'être intéressés. C'est le désintéressement qui libère. Ne les retenez pas, c'est tout.

Nisargadatta Maharaj

 

Le Cours nous encourage à être patient avec nous-même, à sourire doucement à nos pensées d'ego, de les laisser aller et venir à lui sans effort en ne s'intéressant pas à elles. Voici la réponse de Jésus à Helen Schucman, le scribe d’Un Cours en miracles, quand elle a demandé à Jésus de la débarrasser de ses pensées de peur.

 

La correction de la peur est ta responsabilité. Quand tu demandes à être délivré de la peur, tu donnes à entendre que ce ne l’est pas. Plutôt, tu devrais demander de l’aide dans les conditions qui ont amené la peur. Ces conditions entraînent toujours un désir d’être séparé. À ce niveau, tu peux faire quelque chose. Tu es bien trop tolérant à l’égard des vagabondages de l’esprit et tu excuses passivement ses malcréations.

« Un cours en miracles ». T-2.VI.4.

 

Nous devons attendre et observer. Espérer que ces pensées sans fin vont commencer à s'éteindre avec cette pratique est juste une autre pensée dans laquelle nous sommes pris. Un grand pourcentage de nos pensées peut être défini avec ce que nous pensons être bien et mal, bon et mauvais, beau et laid. Ce sont tous des jugements d'ego et nous pouvons devenir très attachés à eux.

 

 « … car rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on en pense. »

 Citation de Shakespeare dans Hamlet.

 

En apprenant à abandonner ces pensées, nous commencerons à expérimenter la paix que le Cours enseigne.

 

Tu n’as aucune idée de l’immense délivrance et de la paix profonde qui viennent d’une rencontre totalement dépourvue de jugement avec toi-même et avec tes frères.

« Un cours en miracles ». T-3.VI.3.

 

Michael DAWSON

 

Traduction libre par Stella Pilon – Juin 2014

Merci à elle pour ce partage.


Partager cet article

Repost 0

commentaires