Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 20:35

Dans cette version du glossaire "Cours en miracles",  Ken Wapnick a ajouté en guise d'introduction un texte qui englobe la plupart des termes utilisés dans ce glossaire, les replaçant ainsi dans une perpective globale éclairante. Ainsi, ces notions s'éclairent-elles davantage les unes par les autres dans ce résumé très utile, en particulier pour les nouveaux étudiants du Cours.

Merci à  Stella Pilon pour ce partage.

 

 

«Un Cours en Miracles» distingue deux mondes : Dieu et l'ego, la connaissance1 et la perception2, la vérité3 et l’illusion4 - Strictement parlant, chaque aspect du monde de perception de l’après-séparation reflète l'ego5. Cependant, le Cours subdivise encore plus le monde de perception en esprit faux et en esprit juste. À l’intérieur de ce cadre, le Cours se sert presque toujours du mot «ego» pour démontrer l’esprit faux, pendant que l’esprit juste est le domaine du Saint-Esprit, Lequel enseigne le pardon comme correction pour l'ego. Ainsi, nous pouvons parler de trois systèmes de pensée : L’Unité d’Esprit6, qui appartient à la connaissance, l’esprit faux7 et l’esprit juste8 qui reflètent le monde de perception. Notre discussion suivra cette triple vision de l’esprit9.

 

«Un Cours en Miracles» par conséquent, est écrit sur deux niveaux, reflétant deux divisions de base. Le premier niveau présente la différence entre l’Unité d’Esprit et l’esprit séparé, pendant que le deuxième contraste avec l’état d’esprit faux et l’état d’esprit juste, à l’intérieur de l’esprit séparé. Sur ce premier niveau, par exemple, le monde et le corps sont des illusions fabriquées par l'ego, et ainsi symbolisent la séparation. Le second niveau réfère à ce monde où nous croyons être. Ici, le monde et le corps sont neutres et ne peuvent servir qu’un des deux buts. Pour esprit faux d’ego, ils sont des instruments pour renforcer la séparation ; pour l’esprit juste, ils sont les instruments d’enseignement du Saint-Esprit à travers lesquels nous apprenons Ses leçons de pardon. À ce niveau, les illusions réfèrent aux mauvaises perceptions de l'ego, c'est-à-dire voir une attaque au lieu d’un appel à l’amour, un péché au lieu d’une erreur.

 

Ainsi, le Cours se concentre sur nos pensées et non sur leurs manifestations extérieures qui en réalité, sont les projections de ces pensées. Comme il dit bien : « Ce Cours en est un de cause et non d’effet» (T-21.VII.7:8). Il nous conseille de ne pas changer le monde (effet10), mais de changer notre esprit sur le monde (T-21.In.1:7). Quand la leçon 193 déclare : « Je pardonnerai et ceci disparaîtra» (Livre d’Exercices-193.13:3), cela signifie que c’est notre perception du problème ainsi que toute douleur qui nous vient de cette perception qui disparaît, mais pas nécessairement l’expression physique du problème.

 

Par exemple, si la pluie menace des projets proposés et apporte une contrariété ou une déception, nous ne devrions pas prier pour de l’ensoleillement, mais plutôt pour de l’aide afin de voir la température inclémente comme une occasion que nous avons choisie pour apprendre une leçon de pardon que le Saint-Esprit peut nous apprendre. Ce n’est pas nier que l'ego puisse faire ou affecter un monde physique. Cependant, puisque ce monde physique est illusoire en soi, un résultat de nos pensées, l’emphase du Cours porte sur la correction de ces pensées erronées ou mal crées, qui sont toujours la source de tout problème. Cette correction permet alors à l’Amour du Saint-Esprit de diriger notre comportement dans le monde.

 

L’état d’Esprit-Un

L’état d’Esprit-Un du Christ est le monde du Ciel11 ou la connaissance ; le monde d’avant la séparation du pur-esprit12, de l’amour13, de la vérité, de l’éternité, de l’infini et de la réalité, où l’état Unifié14 de la création15 de Dieu – la somme de toutes ses Pensées16, est non brisée. C’est l’état naturel de la communication17 directe avec Dieu et de Sa création qui existait avant que l’esprit du Fils de Dieu a pensé à se séparer. Dans cet état, l’unité parfaite de la Trinité18 est maintenue. La Trinité consiste de : Dieu19 le Père, 2) Son Fils20, le Christ22, notre vrai Soi22; et 3) le Saint-Esprit23, la Voix pour Dieu (voir le Saint-Esprit23). Nos créations24 sont incluses dans la Deuxième Personne de la Trinité. La Deuxième Personne de la Trinité n’est pas identifiée exclusivement par Jésus25, qui fait partie du Christ, comme nous le faisons tous.

 

L’état d’esprit faux

L'ego consiste en trois concepts fondamentaux : le péché26 ; la croyance de s’être séparé de Dieu ; la culpabilité27 ; l’expérience d’avoir fauté, d’avoir fait quelque chose de mal qui émane de notre croyance d’avoir attaqué Dieu en usurpant Son rôle de Première Cause, faisant de nous-même la première cause ; et la peur28 : l’émotion qui suit inévitablement la culpabilité, qui vient de notre croyance dans le péché et fondée sur notre pensée que nous méritons d’être puni par le dieu de vengeance fabriqué par l'ego.

 

Pour assurer sa survie, l'ego attire continuellement la culpabilité envers lui-même, puisque la culpabilité prouve sa réalité et c’est le péché qui a donné naissance à l'ego. Une fois qu’il a établi la réalité de la culpabilité, l'ego nous enseigne de ne plus jamais l’approcher ou même de la regarder, car il dit que nous allons soit être détruit par un père en colère et vengeur – un dieu que l'ego a fabriqué, en fait pour remplir son but – avec l’intention de nous punir pour notre faute envers lui ou bien anéanti dans l’oubli de notre propre néant. Cette peur conserve la culpabilité et le péché intacts, car ne les voyant pas comme étant des décisions de nos esprits, nous ne pouvons jamais changer notre croyance en eux.

 

Laissé avec l’anxiété et la terreur provoquées par la peur de Dieu, notre seul recours est de nous tourner vers l'ego pour de l’aide, puisque Dieu est devenu notre ennemi. Le plan de salut de la culpabilité de l'ego contient deux parties : la première est le déni29, où nous repoussons notre culpabilité hors de notre conscience, espérant qu’en ne voyant pas le problème, il n’y sera plus. En deuxième, après que la culpabilité est niée, nous la projetons à l’extérieur de nous sur quelqu'un d’autre, espérant magiquement30 de devenir exempt de culpabilité en la plaçant inconsciemment en dehors de nous.

 

La projection76 contient deux formes principales : les relations particulières de haine et celles d’amour75. Dans les relations de haine spéciale, notre haine de soi ou culpabilité est transférée sur les autres, leur donnant la responsabilité de la misère que nous ressentons. Notre colère ou attaque essaie de justifier la projection, renforçant la culpabilité des autres pour les fautes que nous avons projetées à partir de nous-même. Les relations particulières d’amour ont le même but de projeter la culpabilité, bien que la forme diffère de beaucoup. Notre culpabilité enseigne que nous sommes vide, inaccompli, incomplet et dans le besoin, tous les aspects du principe de manque31. Croyant que cette insuffisance ne pourra jamais être corrigée, nous cherchons en dehors de nous, pour ces personnes qui peuvent nous compléter. L’amour particulier prend ainsi cette forme : «J’ai certains besoins que Dieu ne peut rencontrer, mais toi, personne spéciale avec des attributs particuliers, tu peux les satisfaire. Lorsque tu le feras, je t’aimerai. Sinon, mon amour tournera à la haine».

 

Le monde de l'ego devient divisé en ennemis (haine spéciale) ou idoles-sauveur32 (amour spécial), et la vraie Identité du Christ chez les autres est obscurcie. Le jugement33, toujours basé sur le passé plutôt que l’acceptation dans le présent, est le principe qui guide l'ego. À travers les relations particulières, l’ego soutient son existence en maintenant la culpabilité, puisque se servir des autres pour rencontrer ses besoins constitue une attaque, et n’importe quelle forme d’attaque renforce la culpabilité. Ceci met en branle le cycle de culpabilité-attaque, dans lequel, plus il y a de culpabilité, plus grand sera le besoin de la projeter en attaquant les autres à travers les relations particulières, lesquelles ne font qu’ajouter à la culpabilité, augmentant le besoin de la projeter.

 

L’état d’esprit faux de l'ego est un rêve34 de séparation35, le plus clairement exprimé dans le monde36 physique qui a été fabriqué comme «une attaque envers Dieu» (Livre d’Exercices p. II.3.2:1). L’existence du corps37 en est une de maladie38, souffrance39 et de mort40, qui témoignent de l’apparente réalité du corps en opposition à l’esprit, lequel ne peut éprouver de douleur, ni mourir. La crucifixion41 est le symbole du Cours pour l'ego, représentant la croyance en l’attaque et au sacrifice42, où l’un gagne aux dépens de la perte de l’autre. Tous les aspects du monde séparé sont illusoires, puisque ce qui est de Dieu ne peut jamais être séparé de Lui, et par le fait même ce qui semble séparé de Dieu ne peut être réel. Ceci est exprimé par le principe du Cours «les idées ne quittent pas leur source»43: nous sommes une Idée (ou Pensée) dans l’Esprit44 de Dieu qui n’a jamais quitté sa Source.

 

L’état d’esprit juste

La Réponse45 de Dieu à la séparation est le Saint-Esprit23, et Son plan pour défaire l'ego est appelé l’Expiation46 ou la Correction. «Un Cours en Miracles» emploie plusieurs termes qui reflètent le plan du Saint-Esprit, et chacun est un synonyme éventuel pour l’autre. Ils comprennent : miracle47, pardon48, salut49 guérison50, le Monde Réel51, vraie perception52, vision53, visage du Christ54, raison55, justice56, instant saint57, relation sainte58, fonction59, rêve heureux60, Second Avènement61, Parole de Dieu62, Dernier (final) Jugement63, résurrection64, rédemption, correction, éveil65 et défaire.

 

Ces termes qui appartiennent au monde séparé de perception réfèrent au processus66 (le miracle) qui corrige nos mauvaises perceptions, renversant notre écoute de la voix de péché et de peur de l'ego pour la Voix de pardon du Saint-Esprit. De cette manière, les relations particulières ou non saintes deviennent saintes. Sans ces relations, nous n’aurions aucune façon d’être libéré de la culpabilité que l'ego nous a appris à enterrer par le déni, et à conserver par la projection. Pendant que la pratique du pardon (ou de défaire la culpabilité) est habituellement expérimentée comme une période longue et complexe, elle peut être comprise essentiellement comme un processus de trois étapes. (T-5.VII.6; L-pI.23.5; L-pI.70.1-4; L-pI.196.7-11).

La première étape renverse la projection lorsque nous réalisons que la culpabilité ne se trouve pas dans quelqu'un d’autre mais en nous-même.

 

En deuxième, maintenant que la culpabilité est venue à notre attention et que nous reconnaissons que sa source est en nous, nous défaisons cette décision66, en choisissant de nous voir comme des Enfants de Dieu innocents, plutôt que des enfants coupables de l'ego. Ces deux étapes relèvent de notre responsabilité et la dernière du Saint-Esprit, Qui est capable de nous enlever la culpabilité maintenant que nous Lui avons abandonnée, la regardant68 avec Son Amour à côté de nous, et ainsi sans jugement ni culpabilité. Cette observation sans jugement, dans un doux rire70, est la signification du pardon. Nous servant du Livre d’Exercices comme guide, nous devenons entraîné avec le temps à entendre la Voix du Saint-Esprit, apprenant que toutes choses sont des occasions pour apprendre le pardon. (Livre d’Exercices, leçon 193).

 

Ce qui illustre bien l’aspect de ce processus de pardon sont les références sur les périodes de dérangement70 et apporter la noirceur (illusions) à la lumière (vérité 71) également à la leçon 284. Ces références reflètent la difficulté presque inévitable qui en résulte lorsqu’on commence à prendre sérieusement les leçons du Saint-Esprit et qu’on permet à la profonde culpabilité niée de commencer à faire surface dans sa conscience.

 

Lorsque notre culpabilité est finalement défaite, l’état d’esprit-juste ayant corrigé l’état d’esprit-faux, le pont72 vers le Monde Réel est complet. La mémoire de Dieu73 descend dans nos esprits, puisque toutes les interférences qui se trouvaient ont été enlevées et nous voyons la face du Christ dans tout le monde. Ce monde d’illusion et de séparation se termine pendant que Dieu prend le dernier pas74, se penchant pour nous élever à Lui-même. Rétabli à l’Esprit Unifié du Christ, «nous sommes à la maison, où Dieu voudrait nous voir être» (T-31.VIII.12:8).

 

Ken wapnick

Partager cet article

Repost 0

commentaires