Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 22:38

De temps à autre, je publierai dans ce blog un dossier thématique constitué à partir de questions-réponses sur l’enseignement du Cours en miracles. Les questions émanent d’étudiants anglophones du Cours, et les réponses sont données par Ken Wapnick, le célèbre et prolifique spécialiste du Cours qu’on ne présente plus. Ces questions-réponses sont traduites par Hélène Caron, étudiante-enseignante québécoise de ce même Cours. Elle m’a autorisé à piocher sur son site les textes dont j’ai besoin pour constituer ces dossiers thématiques. Je la remercie donc doublement. Grâce à son formidable travail (elle a déjà traduit des centaines de questions-réponses), nous pouvons mieux comprendre certains fondements de cet enseignement à travers des exemples très concrets vécus par des étudiants à travers le monde. (Toutes les références à la fin de ce dossier).

Christalain

 

 

La relation particulière et le mariage

 

Dans ce dossier est abordée la notion de compatibilité entre relation particulière et mariage. Ultérieurement, au moins deux dossiers supplémentaires traiteront d’autres aspects de ce type de relation car c’est un vaste sujet : L’attrait de la relation particulière, et Les défis de la relations particulière.  (Entre parenthèses dans chaque titre, le numéro original de la question sur le site américain). 

 A- Introduction : Différence entre l’amour réel et l’amour particulier  (108)

Question :

À mesure que j’avance dans l’étude d’Un Cours en miracles, je commence à comprendre que l'émotion communément appelée « amour » dans ce monde n'est pas du tout la même chose que l’« amour » visé dans le cours. En fait, j'ai découvert que dans de nombreux cas, mon ego utilise l'idée d’« amour » pour mettre le couvert sur un grand nombre de pensées et de comportements absolument dysfonctionnels. Quel est le lien entre l'amour comme nous le comprenons dans le monde et l'amour exprimé dans le cours, et comment pouvons-nous utiliser cela pour guider nos vies ?

 

Réponse :

La distinction que vous faites entre « l’amour » dont le cours se réfère, et ce qu'on appelle « l'amour » dans ce monde, est correcte. Ce n’est pas la même chose. L'amour de ce monde est toujours ce que le cours appelle « l’amour particulier », et c'est la base de la « relation particulière ». Cet amour a non seulement des propriétés en opposition directe avec l'amour tel que le désigne le cours, mais il est en réalité un masque pour la haine : « C'est dans la relation particulière, née de la volonté cachée d'obtenir l’amour particulier de Dieu, que triomphe la haine de l'ego. Car la relation particulière est la renonciation de l'Amour de Dieu. C’est la tentative d'obtenir que le soi reste en sécurité dans la particularité que Dieu lui a refusée » (T.16.V.4:1, 2). Nous disons secrètement à toute personne ou à toute chose avec lesquelles nous avons une relation spéciale d'amour: « Dieu ne m'a pas aimé pour la particularité que je veux avoir, donc je vais vous utiliser pour obtenir cet amour particulier sans lequel je ne pense pas pouvoir vivre. » Ce que nous appelons « amour » est donc notre substitut pour l'amour de Dieu. En outre, le cours nous dit que c'est de la haine :  « Chaque frère avec lequel vous avez formé une relation limitée, vous le haïssez » (T.21.III1:3). Cette « haine » repose sur la perception erronée que nous sommes différents, incomplets et que nous sommes nécessiteux. Dans la relation d'amour particulier, un accord est passé pour que les besoins mutuels soient comblés, et donc nous cherchons à combler le vide laissé par notre séparation apparente de Dieu.

 

Fidèle au mandat de l'ego « cherchez, mais ne trouvez pas » (T.16.V.6:5), ce substitut pour l'amour de Dieu ne satisfait jamais notre besoin, peu importe à quel point nous essayons de le mettre en œuvre. Même les plus valorisantes relations d’« amour » se termineront finalement un jour par la mort. Ce que nous invite à faire le cours et aussi choquant que cela puisse nous paraître, c’est de regarder nos relations spéciales amoureuses dans cette nouvelle perspective afin de devenir disposés à nous ouvrir à un nouvel objectif, et à une nouvelle interprétation : « Une relation sainte part d’une prémisse différente. Chacun a regardé à l’intérieur de lui-même et a constaté qu’il n’y a aucun manque. Acceptant sa complétude, il pourra l’étendre en se joignant à un autre tout aussi complet que lui-même. Il ne voit aucune différence entre les sois, parce que les différences proviennent uniquement du corps. Par conséquent, il ne regarde pas ce qu'il pourrait prendre à l’autre. Il ne refuse pas sa propre réalité car c’est la vérité » (T.22.in.3:1, 2, 3, 4, 5, 6).

 

La chose importante à retenir est que c'est normal et que ce n’est pas péché, d'avoir des relations particulières, et qu’elles ne vous seront pas enlevées. En fait, elles peuvent être utiles dans nos vies si nous les donnons à l'Esprit Saint pour les transformer en relations saintes: « J'ai dit à maintes reprises que l'Esprit Saint ne voudrait pas vous priver de vos relations spéciales, mais qu’Il voudrait les transformer » (T.17.IV.2:3). De cette façon, l'amour dont nous faisons l'expérience avec une autre personne devient un reflet de l'Amour de Dieu dans le rêve, non pas un substituté.

 

 

B - Le mariage est-il une relation particulière? (329)

 

Question :

Je comprends mal comment le mariage n'est pas considéré comme une relation particulière, ou que je pourrais vraiment avoir une relation sacrée avec quelqu'un.

 

Réponse :

La plupart des mariages commencent d'abord comme des relations spéciales, mais ils n’ont pas à rester sur ce niveau. La particularité réside dans l'objectif (ou le contenu), par opposition à la forme. L'objectif (ou le contenu) vient de l'enseignant élu dans nos esprits -- l'ego ou Jésus. C'est la clé. Ainsi vous pouvez être marié à une personne et passer la majeure partie de votre temps avec cette seule personne. Si le contenu derrière la forme est enraciné dans la guérison de l'amour de Jésus dans votre esprit juste, alors vous ne pouvez exclure personne de votre amour, de votre gentillesse, de votre accueil, générosité, attention, etc. Bien sûr, cela ne signifie pas que vous deviez inclure tout le monde à table chez vous, dans votre chambre à coucher, ou à la banque lorsque vous encaissez votre chèque de paie.

 

Il est important de toujours se rappeler que les relations sont dans l'esprit, et que d’habitude, nous ne pouvons pas discerner le contenu seulement en observant la forme. La relation est rendue «sacrée» par le basculement de l’objectif de l'ego à celui de l'Esprit Saint, et votre partenaire n'a même pas à être conscient de cela.

 

L’objectif de l'ego vise à renforcer la séparation et la particularité, et l'objectif de l’Esprit Saint est de défaire tout cela. Par conséquent, le mariage peut être une excellente salle de classe pour apprendre comment être en relation sans un sentiment d'exclusion ou de particularité. La forme peut ne pas changer du tout, mais votre motivation et vos interprétations pourraient changer énormément. Vous feriez encore toutes les mêmes choses, vous auriez la même intimité et porteriez la même attention sur votre famille, ou que sais-je encore, mais vous demanderiez de l'aide pour passer du but de l'ego à celui de l'Esprit Saint.

 

Vous pourriez alors examiner toute chose avec l'amour de Jésus à vos côtés pour ce qui concerne la manipulation, la particularité, la culpabilité et la victimisation, tout cela étant une partie normale des relations dans le monde de l'ego. Quand vous les regardez sans jugement, votre esprit se libère pour que pénètre l'amour de Jésus, devenant ainsi le contenu de vos pensées, et pour que ces pensées dirigent vos interactions.

 

 

C- Selon UCEM, est-il mauvais de se marier? (737)

 

Question :

Si toutes les relations d'amour sont une défense contre la douleur qui provient du rejet de l'amour de Dieu, est-ce mal de se marier ? Est-ce que je me trompe en désirant fonder la famille sacrée dont j'ai toujours rêvée ?

 

Réponse :

Ce n'est pas mal de se marier ou d’avoir une famille, tout comme ce n'est pas mal d’effectuer une ou l’autre des choses que nous faisons dans le monde. En fait, il est important que nous fassions tout ce que nous voulons faire, précisément parce que nous en rêvons. Après avoir choisi la séparation et l’identification au corps, tout ce que nous faisons fait partie du rêve de la séparation.

 

Un Cours en Miracles ne demande pas que nous nous refusions à nous-mêmes les choses que nous pensons vouloir, ni que nous changions notre comportement d’aucune façon. Son objectif est plutôt 1) de nous aider à comprendre l’objectif que l'ego a donné à tout (pour rendre la séparation réelle) et 2) de nous enseigner à permettre à l'Esprit Saint d’utiliser ce que nous avons fait dans un but différent (défaire la pensée de séparation). Le monde dont nous rêvons est la salle de classe dans laquelle nous apprenons à nous éveiller dans le rêve, et surtout par la vie familiale, qui est une partie très importante du processus. C'est dans le foyer de nos relations particulières que nous pensons devoir combler le vide laissé par la séparation.

 

L'Esprit Saint a besoin de ces relations spéciales afin de les transformer : « Dans Sa fonction comme interprète de ce que vous faites, l'Esprit Saint utilise les relations particulières que vous avez choisies pour soutenir l'ego, comme des expériences d'apprentissage qui pointent vers la vérité. Sous Son enseignement, chaque relation devient une leçon dans l’amour » (T.15.V.4:5, 6).

Nier que nous voulons ces relations particulières, c’est nous priver des conditions mêmes qu'a besoin l'Esprit Saint pour nous enseigner le pardon.   

 

Tout ce que nous cherchons dans le monde est une défense de plusieurs façons; défense de la croyance que la séparation est bien réelle, défense contre l'amour de Dieu que nous avons rejeté et dont nous avons maintenant peur, et défense contre la douleur du rejet de l’Amour, en recherchant le confort dans nos relations spéciales. Jésus demande que nous reconnaissions que cette stratégie de défense de l'ego est le résultat d'un choix de l'esprit de séparation, et de le reconnaître sans le justifier, ni le juger comme " mal ". 

 

Ce n'est ni mal ni péché puisque cela n'a aucun effet réel. Cela signifie que bien nous croyions énormément être des corps vivant dans le monde, la vérité de qui nous sommes reste toujours inchangée. Nous commençons le processus de pardon par ne pas nier que nous croyions être des corps qui veulent faire toutes sortes de choses dans le monde. Puis notre seule fonction est de consentir à examiner sans jugement nos croyances, voir en elles toutes nos pensées de particularité, basées sur le sentiment insatiable de besoins engendrés par la séparation que nous projetons sur toutes nos relations.

 

Par le fait d'être disposé à voir le système de pensée de l’ego en mode de fonctionnement dans nos " rêves " et nos désirs, ils deviennent des salles de classe pour l'Esprit Saint: « … Peu importe à quel point sont impies les raisons pour lesquelles vous les avez faites, Il peut les traduire en sainteté, en leur supprimant autant de peur que vous le lui permettrez. Vous pouvez placer une relation dans le cadre de Ses soins et être sûr que cela n'entraînera pas de douleur, si vous lui offrez votre volonté de ne servir aucun autre besoin que le Sien » (T.15.V.5:3, 4).  

 

Voilà quel est notre objectif dans l'étude du cours. Tout ce que nous avons fait pour défendre la croyance en la séparation peut être utilisé pour la défaire. Par conséquent, non seulement il n’est pas mal de se marier et de fonder la famille que vous avez toujours voulue, mais il est important que vous le fassiez.

Ce qui apportera la guérison de ces relations particulières, c’est 1)  l’invitation à l'Esprit Saint d’être avec vous quand vous allez vous marier et avoir des enfants, et 2) la volonté d'appliquer ses leçons de pardon dans votre vie de famille.

 

C'est l'Esprit Saint, qui rendra sacrée votre famille: « [Il] sait que nul n’est spécial. Pourtant, il perçoit également que vous avez fait des relations particulières, qu’il voudrait purifier et ne pas vous laisser détruire… Toute la culpabilité découle de votre utilisation de celles-ci. Tout l'amour du Sien. Ne soyez donc pas effrayé de lâcher prise de vos besoins imaginés qui détruiraient la relation. Votre seule nécessité, c’est Lui. » (T.15.V.5:1, 2, 5, 6,7). 

Meilleurs vœux pour un mariage heureux!

 

 

D- Gloria et Ken Wapnick ont-ils une relation particulière ?  (987)

 

Question :

Gloria et Kenneth Wapnick sont-ils mariés ? Si oui, est-ce que cela ne signifie pas qu'ils ne se sont pas défaits de leur ego ?

 

Réponse :

Pour répondre à votre première question, oui, ils sont mariés. Votre deuxième question semble impliquer quelques malentendus sur des  hypothèses que nous pouvons nous permettre à propos des autres et sur des faits extérieurs concernant leur vie, et éventuellement sur ce qui est nécessaire pour être un enseignant d'Un Cours en Miracles. Beaucoup d'étudiants du cours sont, de façon erronée, arrivés à la conclusion que le mariage -ou même les relations intimes de toutes sortes- sont une forme de relation particulière, et par conséquent qu’il est plus spirituellement avancé ne pas aller vers cela. Toutefois, cela n’est absolument pas ce que Jésus tente de nous enseigner dans son cours. Il n'est pas concerné par la forme que prennent nos relations. Après tout, comment serait-il concerné par quelque chose qu'il sait ne pas être en train de se produire vraiment ?

 

Comme étudiants du cours, nous pourrions éviter beaucoup d'erreurs si nous nous rappelions cet enseignement central: « Tout le (notre) temps [ici] se passe à rêver.» (T.18.II.5:12). En d'autres termes, rien n’est effectivement en train de se passer ici. De sorte que Jésus cherche à nous aider à retrouver où se passe vraiment l'action : dans nos esprits. Il définit la relation spéciale comme étant notre tentative d’obtenir en dehors de nous-mêmes ce que nous pensons qui nous manque. C'est un effort pour trouver un substitut pour l'amour de Dieu, amour que nous pensons avoir détruit et perdu définitivement. Notez que cela pourrait être une description de notre relation avec quelqu’un, mais que cela pourrait décrire tout aussi facilement notre relation avec des éléments de la nature tels que les aliments, l'air et l'eau. Et Jésus ne nous dit certainement pas de nous arrêter de respirer (ni de nous sentir coupable à ce sujet). Plutôt, il veut que nous arrivions progressivement à reconnaître que les relations particulières que nous semblons avoir en ce monde ne soient que les reflets de la relation spéciale que nous entretenons avec le rêve lui-même. Il voudrait nous faire savoir que nous n'avons pas besoin de continuer à rêver d'exil car notre culpabilité est fabriquée.

 

Le processus qu'il nous donne pour atteindre cet objectif implique de changer notre enseignant intérieur, à lâcher la main de l'ego et prendre celle de l'Esprit Saint. Il nous dit que, "dans sa fonction comme Interprète de ce que vous avez fait, l'Esprit Saint utilise les relations particulières choisies pour soutenir l'ego, comme des expériences d'apprentissage qui pointent vers la vérité. Dans le cadre de Son enseignement, chaque relation devient une leçon dans l’amour. T.15.V.4:5,6).

 

Donc toute relation peut s'avérer spéciale ou sainte. Ce qui les rend une ou l'autre n'est pas la forme que prend la relations, mais simplement si nous l’utilisons pour projeter la culpabilité ou pour étendre l'amour. Et encore une fois, c'est un choix intérieur et non quelque chose que nous pourrions juger relativement à quelqu’un d’autre. En outre, tandis que nous essayons de suivre le curriculum de Jésus, la plupart d'entre nous allons et venons entre un esprit juste et un esprit erroné dans l’objectif de notre relation, tant et aussi longtemps que toute culpabilité ou crainte reste présente dans notre esprit.

 

Dans le cas où vous auriez posé cette question parce que vous pensez qu'un enseignant devrait être libéré de l’ego pour enseigner le cours, rappelez-vous l'instruction du manuel qui mentionne que « Un enseignant de Dieu est quiconque choisit d’en être un. Ses qualifications se composent uniquement de ceci ; en quelque sorte, quelque part il a fait un choix délibéré de ne pas voir ses intérêts comme différents de ceux de quelqu'un d'autre.» (M.1.1:1,2).

 

Ainsi, plutôt que de se concentrer à savoir si un enseignant est libéré de l’ego (ce que, encore une fois, nous ne pourrions jamais savoir concernant une autre personne), il est beaucoup plus utile de nous demander si l’enseignement de quelqu’un déclenche notre culpabilité, ou bien s’il nous aide à nous sentir plus aimant. Finalement, nous n’avons pas à nous préoccuper de savoir où d'autres en sont dans leur processus ou même où nous en sommes dans le nôtre. Ce qui importe, c'est si nous choisissons l’amour maintenant.

 

Tous ces articles proviennent du site d’Hélène Caron :

WWW.uncoursenmiraclesurtext.com.

qui les a traduites suite à leur parution sur le site :

www.facimoutreach.org/qa/indextoquestions.htm

Merci à elle pour son énorme travail de traduction et son aimable autorisation de partage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires