Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 09:46

EGO.gifVoici un rêve que j’ai effectué il y a quelques jours. J’ai été guidé à l’interpréter compte-tenu de son intensité et de son scénario… évocateur. Je vous partage l’ensemble.

 

Le rêve :

 

«  Je suis dans une rue, parmi d'autres personnes que je ne connais pas, dans une ville que je ne connais pas davantage. Le ciel est couvert mais il ne fait pas trop sombre et il ne pleut pas. Soudain, un malfaiteur armé arrive et décide de "braquer" une sorte de banque qui se trouve dans cette rue, mais en plus important, plus « stratégique », (une institution financière d’état ?). Pour commettre son forfait, il décide prendre en otage tous les passants qui sont sur son passage et j'en fais partie. Dans la confusion, il me semble que le voleur a un complice mais je n'en suis pas sûr. Nous rentrons donc tous dans une grande salle de la « banque » puis les portes sont condamnées. C'est le début d'une période d'incertitude dont on ne connaît pas la fin.

Il y a une douzaine de personnes prises en otage, disséminées dans la vaste pièce, certaines assises et d'autres debout. Nous supposons que le forcené est en contact avec les « autorités » et qu'il cherche à négocier car son hold-up ne se passe pas comme prévu. D'ailleurs il semble furieux et pour montrer sa détermination, il lance une grenade vers un des otages et le tue, puis il lance une 2ème grenade sur une autre personne, pas très loin en face de moi. L'explosion a décapité le malheureux, provoquant un cri d'horreur parmi les otages. Son corps a été pulvérisé et sa tête est retombée, presque intact, sur une marche d'escalier.


Jusque-là, j’étais resté étrangement calme, neutre comme si je n'étais que partiellement concerné. Mais cette fois, mon inquiétude finit par grandir soudainement : Qui sera le prochain otage exécuté ? Je me dis que j'ai tout intérêt à rester discret pour ne pas attirer l'attention du fou furieux. Après ce double homicide, il se calme et se contente de nous surveiller, tout en nous laissant aller et venir dans la grande pièce qui nous sert de prison. Avec un « codétenu », je m'avance vers une fenêtre ouverte. Il me dit qu'il y aurait possibilité de s'enfuir par-là. Pourtant, en me penchant, je vois bien que nous sommes à plusieurs étages du sol et que cette solution est bien trop risquée et aléatoire.


Le rêve devient flou, du temps passe, puis la scène se transpose dans la ferme de mes aïeux ou j'ai passé une partie de mon enfance. Il y a toujours les mêmes personnes, réunies dans la grande pièce principale, vacants à leurs occupations. Le temps a passé et le preneur d'otage est toujours là, bien qu'il ait perdu un peu de son pouvoir, il semble moins "agressif", plus effacé, bien que toujours présent en arrière-plan. Puis, je vois mon frère entrer par la porte, et alors je me dis que nous sommes sauvés. Je ne sais pas encore pourquoi et comment, mais cette évidence s'impose à moi, sa venue va garantir ma libération »

 

Le rêve s'achève ici, ou du moins le souvenir que j'en ai gardé.

 

La tentative d’interprétation :

 

Lorsque l’on y regarde de plus près, ce rêve pourrait constituer une métaphore intéressante: Celle de la prise d'otage de l'ego. En effet, si l'on reprend dans l'ordre le processus de la croyance en la séparation:

L'ensemble des personnes présentes dans la rue symbolisent une partie de la "filialité". Non pas telle qu'elle existe en tant que Christ, "Une" au Ciel avec Dieu, mais celle qui a déjà fait un choix de se voir divisée dans un monde de la perception. En tant que rêveur de ce rêve, je symbolise l'observateur-décideur qui choisit de m'identifier au St-Esprit ou à l'ego. En l'occurrence, je suis plutôt identifié au S.E au début du rêve car je suis en paix, me contentant de me demander ce que je fais là parmi ces gens,  "cette multitude" que je ne connais pas. Il n’y a plus le « soleil » mais il en « pleut pas encore ». J'observe en fait le monde de l'ego naissant suite à mon choix de l'expérimenter. C'est le début de la "séparation ontologique".


Arrive alors le malfaiteur, symbole de l'ego « personnifié » (je ne vois pas son visage et c’est sans importance dans le rêve) qui veut braquer la « banque centrale ». C’est à dire s'emparer des "richesses du Ciel", prendre le pouvoir, avoir plus que les autres, être particulier. On retrouve l'idée de « voler la vie à Dieu ». Mais comme nous le savons, c'est impossible et Dieu ne saurait être atteint par une quelconque attaque, aussi violente qu'elle puisse sembler. N’oublions pas cependant qu’auparavant nous n’avons opposé aucune résistance à l’ego, son idée nous a séduits avant qu’il ne montre son vrai visage. C’est pourquoi nous nous retrouvons à sa merci.

 

L'ego se retrouve donc isolé (par nature !) et doit se contenter de "tenir en otage" les êtres divisés qu'il veut percevoir (issus de la séparation). D'ailleurs, tous ces individus sont désorganisés, désunis (debout, assis, disséminés...). Chacun est dans son coin et pensant à sauvegarder sa propre vie particulière. S'ils pouvaient s'unir (ne faire à nouveau qu'UN), collaborer, ils pourraient surement faire échec à cette personne seule. (Qui n’a le pouvoir que nous lui donnons). Mais nous restons sont l'emprise de la peur, donc de l'ego et restons passifs. Certains tentent une idée (la fuite par la fenêtre), mais cela revient à un suicide (trop haut) et cela prouverait que cet ego est bien réel, ainsi que sa prison.

Quand le "film de l'ego" devient trop réaliste et inquiétant, je bascule, en tant qu'observateur-décideur, en faveur de l'ego, et donc de la peur. Ce monde est devenu vrai "pour moi aussi" - tout retour en arrière, dans le ciel et l'unité est impossible avant "un long détour dans la peur". L'otage décapité pourrait symboliser la plus grande menace de l'ego: nous faire gouter à la mort si l'on n'obéit pas à ses diktats, et pire encore "nous faire perdre la tête", autrement dit la raison. Comme le dit le Cours, l’ego est juste une « idée folle et délirante ».

 

Le temps passe et le rêve "s'individualise" pour se transposer dans un lieu significatif de ma jeunesse. Cela est intéressant et confirme qu'un travail "psycho-analytique" sur les blessures et traumas de l'enfance semble être un passage utile pour avancer dans le processus de transcendance de l'ego. Cela est tout à fait conforme à l'esprit du Cours dans son curriculum autant psychothérapique que mystique et métaphysique. Il faut enlever les blocages à la guérison (complexes, traumas, nœuds…) et la paix arrivera du St-Esprit arrivera d’elle-même.

D'ailleurs on peut noter que l'ego s'est "affaibli" avec le temps qui symbolise ici toutes la démarche de guérison entreprise "au fil des années ou des vies" dans la prison du monde de l'ego. Enfin, mon frère arrive, comme un sauveur. Le moment est venu pour moi d'accepter "plus directement" l'aide de mon Soi supérieur en vue de la "libération" (le salut). Qu'il s'agisse de Jésus, du St-Esprit, peu importe, il s'agit de ce frère symbolique qui partage notre essence christique. Et "Accepter l'expiation pour soi-même", c'est aussi aider à libérer ses compagnons de cellules, ses frères. Nul ne peut atteindre le Ciel seul dit Encore le Cours.

Pourquoi ce rêve maintenant ? Ce n'est pas surprenant puisque je suis en pleine rédaction de mon livre de synthèse sur le Cours en miracle, et je sens beaucoup de résistance de l’ego qui se sent « mis à nu ». D'autre part, il s'avère que la lecture actuelle de G.Groddeck (le décapant et épatant "livre du ça") ajoute au remue-ménage/méninge. Enfin, je suis en pleine transition intérieure. Comme d'habitude et comme tout le monde me direz-vous, sauf que cette transition connait des coups d'accélérateurs (ou sauts quantiques, expression à la mode) qui sont souvent balisés par des rêves "remarquables". Cela semble se produire à peu près tous les 5 ans en ce qui me concerne. Affaire à suivre…

 

Christalain – Mai 2013 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LOUANCHI 27/05/2013 12:26






lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012 sur
radio-alpes.net