Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 14:41

 

priere.jpgA l’instar du pardon et du miracle, la prière du Cours – qui vient compléter cette Sainte trilogie - recouvre une réalité bien différente de celle exprimée par les autorités chrétiennes. Tout comme dans l’ensemble de son enseignement, le Cours utilise ici une terminologie semblable à celle de la bible, mais interprétée différemment. Les dogmes catholiques nous invitent à prier des entités extérieures (Jésus, Marie ou des Saints) qui intercèdent pour Dieu, ou de prier Dieu lui-même. Or, rappelons que selon le Cours, Dieu ne sait rien de notre monde - et donc de nos suppliques - puisqu’il ne sait rien de l’illusion, étant « uniquement » et totalement réel. Ainsi, une prière telle que « Notre Père » rend le péché et le monde très réels. D’ailleurs, rien ne prouve que Jésus n’en ait prononcé les paroles car elle a été rédigée bien des années après sa mort. Comme nous l’avons vu tout au long de ce livre, la bible et le Cours n’enseignent décidément pas la même chose.

 

Nous pourrions en déduire que toutes les prières adressées à Dieu par des croyants sincères ont été vaines. Or, comme nous le verrons plus loin, c’est le contenu de la prière, sa sincérité qui prime sur la forme plus ou moins codifiée qu’elle peut prendre. Si notre croyance nous aide à entrer en contact avec le reflet que l’amour de Dieu peut prendre dans n’importe quel rituel, cela est utile. C’est un bon moyen de commencer à remplacer la peur et la culpabilité par l’amour et la paix. Encore une fois, le Cours n’est pas la seule voie possible, y compris dans sa conception de la prière. Dans le supplément au Cours intitulé « Le Chant de la Prière », Jésus nous offre une explication détaillée et éloquente de la Prière telle que l’enseigne son Cours. Selon lui, on peut la comparer à une échelle que nous gravissons au fur et à mesure de notre avancée dans le processus de guérison. Et dans cette ascension jusqu’à Dieu, la prière prend des formes différentes parce que nos besoins le sont aussi. Elle s’adapte à notre compréhension du moment.

 

Au bas de l’échelle de la prière, il y la prière telle que nous l’avons apprise au catéchisme. A travers elle, nous demandons à Dieu ou Jésus de résoudre nos problèmes concrets et obtenir ce que l’on désire ou ce dont on a besoin. Que nos demandes soient matérielles, psychologiques ou émotionnelles, il s’agit toujours d’une forme de magie car nous croyons que c’est une autorité « extérieure » qui exauce nos souhaits. Si parfois elle « fonctionne », c’est parce que nous utilisons le pouvoir de notre esprit tout en l’attribuant à un agent extérieur (Dieu, Jésus, Marie…). Elle fonctionne même toujours si l’intensité de notre prière le permet. Inconscients de ce processus projectif, nous crions alors « au miracle ». Nous avons certes obtenu ce que nous voulions sur le plan de la forme et cela peut nous satisfaire quelques temps. Mais ce genre de prière née d’un manque ne peut que nous maintenir dans la croyance en la séparation. Demander des choses spécifiques n’est pas « mal », mais nous devrions prendre conscience que ce type de prière constitue une erreur de perception et ne nous aide pas à nous échapper des illusions, et donc de la souffrance.

 

Au sein de notre rêve de séparation, la seule prière utile est un rappel à nous-même. Elle nous rappelle que nous avons un esprit, et cet esprit a le pouvoir de choisir de voir différemment chaque situation. Notre prière est toujours entendue et nous recevons toujours ce que nous demandons. Mais finalement, nous ne prions que pour l’une de ces deux choses : l’interprétation de l’ego ou la vision du St-Esprit. Comme ce choix se fait dans l’esprit, l’effet se produira également dans l’esprit, sous forme de paix (choix du St-Esprit) ou sous forme de conflit (choix de l’ego). Et cela indépendamment de ce que nous aurons « attiré » dans la forme (variantes de notre script). Dans tous les cas, la prière est toujours pour nous-même, mais si nous prions dans la perspective du Cours, il s’agira d’une prière de pardon en conscience. Libérer nos frères de nos jugements et de nos blâmes ne peut se passer que dans notre esprit. C’est une prière dédiée à l’écoute de la voix pour Dieu en vue de rendre effectif le pardon à la fois pour nous et pour les autres. Prier avec quelqu’un ou pour quelqu’un nous unit à lui dans la Filialité, qu’il soit ami ou » ennemi ».

 

Le Cours ne nous demande pas de sauter directement en haut de l’échelle de la prière, cela serait d’ailleurs bien difficile car il faut franchir certaines étapes. A chacune d’entre elles, il nous est juste demandé de faire de notre mieux, et non pas de « lutter contre nous-mêmes » dans une démarche ascétique ou sacrificielle. Cela ne peut que renforcer l’ego. A mesure que nous gravissons l’échelle de la prière, celle-ci devient de plus en plus une façon de se rappeler la vérité et de moins en moins une supplique. Unis au St-Esprit, nous demandons de recevoir ce qui nous est déjà donné, d’accepter ce qui est déjà là. Il a conservé la mémoire de Dieu dans notre esprit et la voix de l’ego n’est donc plus la seule option dont nous disposons. C’est une prière du cœur dans laquelle, encore une fois, le contenu importe plus que la forme. Elle ne demande rien car il ne reste rien à désirer, et elle reçoit « tout » car Dieu répond pour l’éternité. Or, sa réponse satisfait également nos demandes « inférieures » car « qui peut le plus peut le moins ». En cherchant d’abord le royaume des Cieux par la prière, tout le reste nous est donné par surcroît.

 

Lorsque nous atteignons le haut de l’échelle, nous devenons des « Enseignants avancés de Dieu ». Nous ne souffrons plus d’aucun manque, désir ou besoin et ne percevons plus la séparation. Ainsi, notre prière devient un chant de gratitude du Fils de Dieu envers son créateur. Nous comprenons vraiment pourquoi nous ne pardonnons qu’à nous-mêmes et ne prions que pour nous-mêmes. En effet, il n’y a personne d’autre qu’un seul Esprit. Nous comprenons et expérimentons notre union à la source, celle que nous n’avons jamais quittée réellement. La vraie prière est une voie vers la véritable humilité, elle ne reconnaît que le désir d’être en Dieu car le besoin d’idoles a disparu. Une telle hauteur dans l’échelle ne peut être atteinte que dans un cœur où toute haine a disparu et dans un esprit où tout désir d’attaque est rendu caduc. Enfin, au-delà de l’échelle, lorsque notre apprentissage prend fin, la prière est radicalement différente de ce qu’elle était au bas de l’échelle. Lorsque le temps n’est plus, et avant qu’il ne semble exister, la prière est simplement le partage de l’amour entre Dieu et son Fils, dans une pure communion.

 

Christalain - L'Esprit d'Un Cours en Miracles - CH.30

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Esther 07/08/2015 12:31

1000 mercis c est magnifiquement beau et vrai