Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 11:02

Les courant d’opinion vont et viennent comme les modes vestimentaires. Nous sommes à une époque ou il est de bon ton de dénigrer Freud, voir l’assassiner (Cf , le livre de Michel Onfray –  pseudo philosophe – « Le crépuscule d’une idole »). Pourquoi ne pas se contenter d’une simple critique en reconnaissant ce que le chercheur a pu apporter aussi de constructif ? Je l’avoue, assez rapidement, dans ma jeunesse, j’ai exprimé ma préférence à Jung, plus « avenant ». Il n’empêcher que sans Freud, nous n’aurions pas eu Jung, ni même le Cours en miracle selon Ken Wapnick. Quoi qu’il en soit, ces extraits rendent un hommage mérité à l’inventeur de la psychanalyse, car il a posé des bases fondamentales du fonctionnement de la psyché, notamment à travers l’analyse des rêves. Des bases qui dévoilent un peu plus le fonctionnement de l’ego, ce grand illusionniste.  Christalain

 

J’ai pensé que je commencerai à parler du rêve puisque, dans un sens, cela va droit au cœur non seulement de ce qui sera discuté dans cet atelier, mais aussi du Cours tout entier. Quand on parle des rêves, il est toujours approprié d'évoquer Sigmund Freud, sans qui, comme je l'ai déjà dit à maintes reprises, nous n'aurions pas Un Cours en Miracles. Son travail sur les rêves se situe non seulement au centre de son oeuvre, mais aussi au centre de toute la psychologie du XXe siècle, ainsi que celle du XXIe siècle. Sa première oeuvre majeure, L'Interprétation du Rêve, publiée en 1900, fut consacrée aux rêves, évidemment ; mais il utilisa cette étude comme un tremplin pour comprendre la manière dont fonctionne le psychisme. Il écrivit cela à un moment où la plupart des chercheurs s'intéressant aux rêves, ou la plupart des gens qui écrivaient à propos des rêves, avaient tendance à les dénigrer, voyant les rêves comme étant fondamentalement stupides et n'ayant aucune signification.

 

Un des points les plus importants apportés par ce travail initial de Freud fut de nous montrer que les rêves sont en réalité emplis de signification et de but. Le but, comme vous le savez, est un terme plein de sens dans le Cours. Jésus en parle encore et encore, et si nous voulons comprendre quoi que ce soit dans ce monde, nous devons comprendre le but qu’il sert, à la fois dans les termes du système de pensée de l’ego et ensuite dans la correction de celui-ci à travers le système de pensée du Saint-Esprit.

 

Quand Freud parlait de la nature intentionnelle des rêves, il parlait précisément de leur capacité à accomplir un souhait, connue habituellement comme la « théorie de l'accomplissement du souhait ». Pour parler de façon générale, les rêves nous gardent endormis. Ainsi, durant la nuit, quand nous sommes endormis, nos défenses ont tendance à se relâcher et tout le contenu inconscient et démoniaque menace de faire surface et nous pousse, par voie de conséquence, à nous réveiller. Le but du rêve consiste à dompter ces forces incontrôlées (c'est ainsi que Freud les voyait) dans notre inconscient et à faire avec elles un compromis – en fait, à leur permettre d'exister et à les aider à parvenir à une solution ou à un accomplissement.

 

Voici l'idée la plus spécifique du souhait : trouver un accomplissement à nos instincts, mais en faisant en sorte que nous restions endormis. Nous dirons donc principalement que les rêves répondent au souhait de demeurer endormi, et que de manière secondaire, ils accomplissent les souhaits qui sont générés par ces forces mues par les instincts qui ont toujours à voir avec la sexualité infantile, selon la théorie de Freud. Ce fut en nous aidant à comprendre que les rêves servent un but qu'il apporta une de ses contributions les plus durables.

 

Quand nous considérons la perspective du Cours à propos des rêves, en les voyant à travers la lentille freudienne concernant ce but général d’accomplissement d'un souhait, nous pouvons alors soudainement comprendre la raison pour laquelle le rêve s’est produit, de manière plus spécifique, la raison pour laquelle le rêve que nous appelons l'univers physique et les rêves individuels que nous appréhendons comme nos vies se sont produits de la manière dont ils se sont produits. Il y a une méthode dans la folie de l’ego et cette méthode est l'accomplissement d'un souhait.

 

Nous apprenons de notre étude d'Un Cours en Miracles que le souhait que le monde accomplit pour nous, de manière plus précise le souhait que nos vies personnelles accomplissent dans ce monde, est le souhait de nous garder endormis, tout comme Freud l'avait enseigné. Toutefois, vu dans le contexte métaphysique, ceci signifie de garder vivant le souhait d’être séparé du Dieu. Cela est le sommeil de la séparation. Le Cours nous dit que nous sommes « chez [nous] en Dieu, rêvant d'exil » (T-10.I.2:1). L’exil, évidemment, est généré par l’idée que nous avons vraiment réussi l’impossible et que nous nous sommes séparés de l’Amour de Dieu.

 

C’est là l’origine du rêve, et c’est ce que Jésus veut dire quand il dit, en maints endroits, que le contenu de chaque rêve est la peur (T-18.II.4 ; "The Gifts of God", pp. 115-17). C’est la peur que, d’une manière ou d’une autre, Dieu se vengera et nous punira pour notre péché de nous être séparés de Lui. Ainsi, le but primordial que le rêve de l’ego sert consiste à nous garder endormis. Il garde réel le sommeil de la séparation de façon à ce que nous ne nous réveillions pas du rêve et que nous ne reconnaissions pas que tout le système de pensée de l’ego est le rêve.

 

(…) Pour résumer brièvement, le but de l’ego concernant le rêve du monde et du corps consiste à garder la séparation que nous croyons avoir volée à Dieu, mais à nous débarrasser du péché qui lui est associé. Quand nous parlons de nous débarrasser du péché, nous parlons de la projection, un autre terme pour lequel nous devons une grande dette de gratitude à Freud, parce que ce fut Freud qui décrivit le premier cette dynamique incroyablement importante.

 

(…) Comme je l’ai mentionné plus tôt, c’est ce que fit Freud pour nous tous. Il apporta une contribution très importante, en dépit de l’absurdité d’une part importante de ce qu’il avait dit. Plus que quiconque, il se montra ferme dans son insistance à ce que les gens regardent leur ego. Une des principales critiques de Jung à l’égard de Freud était de penser que tout ce que Freud voulait regarder avait trait à la laideur et à la saleté. Malheureusement, Freud avait raison et Jung avait tort, parce que Jung avait utilisé ses nobles idées spirituelles, ou ses idées pseudo-spirituelles, comme une manière de cacher subtilement ce qui était à l’intérieur.

 

Et Freud continua à dire qu’il est essentiel de regarder à l’intérieur ; et ce qui est là n’est pas joli. Jésus dans Un Cours en Miracles dit la même chose : regardez le tableau ; c’est même en italique dans la section intitulée « Les deux tableaux ». Regardez le tableau. « Le pardon regarde » (W-pII.1.4:3). « Le miracle… regarde la dévastation » (W-pII.13.1:3). « Regardez le problème tel qu’il est, et non pas de la manière dont vous l’avez établi » (T-27.VII.2:2). C’est ce qu’est la guérison ; la guérison regarde.

 

Ken WAPNICK – Extrait de l’atelier : «Guérir le rêve de maladie»

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires