Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 17:05

Comme toutes les fins d’hivers ou les débuts de printemps, voici venue une petite période de lassitude, de fatigue et de remise en question. Chaque année les symptômes se ressemblent mais   chaque années ils sont un peu différents, et mieux compris finalement. Dans la collection  « Printemps 2011 », le défilé des outrages à l’ego est à l’honneur, sous des déguisements fort variés. Comme je l’explique à  la fin de « Soleil définitif », l’ego spirituel est une tentation incontournable dans le processus qui consiste à s’acquitter du royaume des illusions. Ce piège est tellement subtile qu’il est impossible de le déjouer seul… par définition. Et justement, cet ego spirituel nous fait croire le contraire.

 

Il ne faut pas croire que l’ego spirituel ne concerne que les « pratiquants » les plus avancés. Il vise tout être humain qui commence à penser. Il est certes grossier chez le « débutant », mais il n’est pas davantage remarqué puisque le discernement du débutant n’est pas affiné non plus. En fait, comme l’explique très bien l’article qui suit (« L’ego spirituel et un Cours en miracles »), le moindre pas en direction d’une libération spirituelle entraîne une force réactionnelle proportionnelle de l’ego, non pas pour détruire cette aspiration (l’ego est plus malin que cela), mais au contraire, pour « l’accompagner »… à sa façon !

 

C’est comme la poussée d’Archimède qui freine notre plongée trop rapide dans les profondeurs liquide ou gît le trésor de notre être, tout en feignant de l’accepter. Il est extrêmement difficile pour le mental-ego de ne pas associer une démarche spirituelle à un sentiment de supériorité subtil envers ceux « qui ne savent pas encore ». Ce sentiment est d’autant vicieux qu’il reste souvent inconscient, pour ne pas entacher la façade irréprochable de l’ego. (la face de l’innocence dirait le Cours). Tous frères sur la scène, bien sur…Tant que nous approuvons les  idées desdits frères.

 

La reconnaissance « sociale » qui découle (ou pas) de notre démarche spirituelle ne change rien à l’affaire. Celui qui obtient un certain succès d’estime peut être  tenté de se prendre au sérieux et céder à la grosse tête, voyant ici son expression légitimée. Mais celui qui n’en obtient pas peut très bien verser dans le syndrome du « génie incompris », et son ego en subira une inflation tout aussi conséquente. Dans tous les cas, l’ego est le « grand récupérateur » de la moindre flatterie ou de la moindre critique. Il recycle tout cela en une nourriture roborative qui assoupit la lucidité de l’esprit. On voit bien que toute appréciation non neutre, qui est une forme de juge-ment, ne fait qu’engraisser l’ego spirituel.

 

En ce qui me concerne, je fais mon possible pour rester vigilant, discret, pour ne pas parler de mon parcours « spirituel » dans mon cercle social proche, de ne pas oublier de rire, de boire, de manger, de…etc. Je ne « dé-livre » mes « impressions » quasiment que sur ce blog, mais cet « encrage » au « quotidien » ne m’a pas empêché de commencer à tomber subrepticement dans le panneau. En fait, après avoir achevé mon livre, j’ai réalisé un peu plus qu’il n’y avait pas une fausse démarche spirituelle (genre new-âge) et une démarche authentique (genre non-dualité). En fait, il n’y a rien de vrai ici ! Toute prétention à faire de notre désir d’éveil une science systématique nous maintient un peu plus dans le sommeil, et l’ego n’aime pas entendre cela.

 

Et encore, approfondir sérieusement une seule voie est sans doute un moindre mal au regard de tous ceux qui « font la queue au buffet spirituel » (Cf. Gary Renard), et s’éparpillent superficiellement entre milles jouets comme un enfant sous le sapin de Noël. Mais j’ai beau me dire que la « spiritualité » a  provoquée en moi  un bond de conscience, je ne suis pas  convaincu que les « simples » évènements de ma vie  n’en aurait pas provoqué un de semblable ampleur,  sur la même période,  sans la moindre référence à un quelconque enseignement « homologué ». Toutefois, j’aime beaucoup cette citation zen qui affirme : « l’éveil est accidentel, mais la pratique prédispose aux accidents ».

 

De plus en plus,  à l’instar du Cours, j’ai envie de dire que je ne sais rien. Rien d’utile pour quelqu’un d’autre que moi. Je sais rien sur ce qu’il est préférable d’apprendre ou pas, ce qu’il est mieux de faire ou de ne pas faire, ce qu’il est mieux de lire ou pas lire… « Rien de ce que je vois ne signifie quoi que ce soit » dit « l’hallucinante » première  leçon du Cours en miracle. (dans « voir » il faut inclure entendre, toucher, penser, goûter…). Je « vois » dans ma vie des personnes plus « spirituelles » que moi et qui ne savent rien de ce qu’est la métaphysique ou la spiritualité. Elles ne pensent pas, mais elles agissent avec le cœur, tout simplement, alors que trop souvent je n’ose pas agir à cause de ma tête encore trop remplie de réflexions, de sentiments, de doutes. Trop vouloir comprendre la vie en profondeur induit une indécision paralysante, et un manque de spontanéité.

 

Mais si je dis que la gentillesse et le pardon suffisent à caractériser la « véritable » spiritualité, je retombe dans le piège de l’ego spirituel qui en profitera pour me culpabiliser à outrance tout en validant la concept duel de « bon » et « mauvais » chemin ! Pas si simple donc. Et si le piège le plus suprême de l’ego était de nous faire croire qu’un chemin spirituel nous faisait gagner du temps ? Jésus affirmait-il enseigner au nom d’une quelconque science spirituelle ou religion ? Je ne sais rien je vous dis !  Sans compter que si le script de notre vie est écrit, alors nous ne décidons rien à propos de l’engagement spirituel. Alors le mieux est peut-être de se taire, et de pardonner vraiment le monde en silence plutôt que de simuler un pardon bruyant à travers tous les supports utilisés par l’ego aussi bien que par le St-Esprit : livres, forums, blogs, vidéos, réseaux sociaux, groupes d’études… ect. 

 

Je reconnais bien volontiers que j’ai encore bien des choses à pardonner et à lâcher dans ce monde, ce qui explique ces moments de lassitude.  Je ne devrais pas en vouloir à ces « frères » qui ne répondent plus à mes mails  parce qu’ils voient peut-être en moi ce qu’ils se refusent à voir en eux.   Je ne devrais pas m’attrister de ne pas vendre de livres sous prétexte que le premier ado crétin sorti d’un loft télévisé vend des milliers d’ouvrages remplis de rien (c’est du second degré bien sur). Je ne devrais pas m’attrister que d’anciens frères d’études ne donnent plus de nouvelles alors que je me suis moi même éloigné d’eux… en pensant qu’ils s’éloignaient de l’intégrité du Cours… Non vraiment, tout cela est réellement sans importance, car dans mes moments de lucidité, je vois bien à quel point le plan de Dieu pour le Salut est parfait. Et le script de nos vie l'est donc aussi. Seul notre regard, encore une fois nécessite une purification par le pardon authentique.

 

Pour illustrer les dangers de l’ego spirituels que je viens d’évoquer ici, je vous propose de (re)lire un des articles les plus intelligents qui ait été écrit à propos du Cours en miracles. Bien sûr, il est aussi valable pour tout autre enseignement. Il n’est pas destiné à faire culpabiliser, mais simplement à rappeler cette vérité si dérangeante qui permet pourtant de rester lucide sur notre rôle dans la scène du monde :  Identifiés au  fils de Dieu, nous sommes absolument tout, Identifiés à l’ego, nous ne sommes littéralement rien. Il n’y a pas d’intermédiaire possible dans la véritable non-dualité.(c’est ce qui la rend aussi indigeste et impopulaire). Or, étant tous ici « incarnés », que dis-je, « incarcérés » dans le monde de l’illusion, nous sommes tous ego et tous égaux, dans notre néant et notre insignifiance. Mais de cette humble reconnaissance nous reviendra le souvenir de notre grandeur unifiée, de notre affiliation à la filialité du Christ. Comme le disais Jung : « Tant que l’on a pas tout compris, on a rien compris »…

 

Christalain – Mars 2011

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Madeleine 13/03/2011 11:33



Merci pour ta réponse. Ma remarque venait d'avoir sursauté en lisant tes mots: "En ce qui me concerne, je fais mon possible pour rester vigilant, discret, pour ne pas parler de mon parcours «
spirituel » dans mon cercle social proche".

Personnellement, je parle sans auto-censure de ma spiritualité car je trouve que Dieu est tellement oublié(e)! Et j'ai eu parfois la surprise d'être abordée ensuite par des gens qui me disaient
qu'ils n'osaient pas ouvertement parler de Dieu, parce que ça fait ringard ou suspecté de "bondieuseries". Or comme tu le sais certainement, la foi en Dieu est plus puissante qu'une bombe
atomique, et fait moins de dégâts ;-)

Dieu nous a demandé d'être témoins (pas comme ceux de Jéhovah, hein) et Jésus a promis qu'Il intercéderait auprès du Père pour tous ceux qui ont eu le courage de témoigner de Lui. Alors je te
dis: sortons les fleurs divines du placard des initiés, qu'elles puissent offrir leurs parfums à tous ;-)

Bon dimanche à toi aussi!
Madeleine



Madeleine 12/03/2011 17:51



Dieu attend de nous que l'on "exprime" ce que l'on a envie d'exprimer. Donc tant que l'on ne s'auto-censure pas, Dieu sourit et offre Son soutien, parfois de façon extraordinairement "magique"
(synchronicités, sérénité intérieure soudaine).

Attention au piège orgueilleux de croire qu'on doit se taire ou parler, attention au jugement caché sur soi et autrui ;-)



Christalain 13/03/2011 10:08



Merci de ton commentaire Madeleine. Je te rassure, pas d'autocensure chez moi ! je me sens libre d'exprimer ce que je veux, mais aussi de me taire si mes ressentis ont un caractère trop choquant
ou trop intime... Avoir un avis sur ses propres mots (ou maux) n'est pas forcément de l'orgueil, mais c'est un recul nécessaire pour ne pas polluer inutilement la bologosphère... :-) 
Bon dimanche...