Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 20:30

Seeker's LeapSans adhérer complètement à cet article qui noircit la tableau, je pense toutefois qu’il remet certaines pendules à l’heure. Il est en effet relativement facile de jongler avec les mots et faire croire qu’on a atteint la paix absolue inhérente au concept « néo-non-duel ». Nul doute que bien des témoins vivent effectivement cette paix profonde et durable, mais ce n’est pas forcément une généralité. De plus, il existe un danger de croire qu’une expérience est transposable, exportable d’une personne à l’autre, et qu’il suffit de la décrire avec des mots pour la valider comme vérité « certifiée conforme » au principe non-duel.

 

A tous ceux qui clament haut et fort « qu’il n’y a personne pour expérimenter quoi que ce soit et il qu'il n’y a rien à faire ». Je souhaite leur dire : « Peut-être en effet, mais passons une journée ensemble pour voir si vous incarnez cela dans votre attitude quotidienne, au delà de  « l’écran » de votre ordinateur ». Dire ce qu’on pense vrai est une chose, le penser vraiment en est une autre, le vivre en est encore une autre. Je m’inclus bien sur aussi dans cette observation, ayant encore beaucoup à intégrer. C’est pour cette raison que je privilégie les rencontres sur le terrain. C’est le seul véritable test de notre assimilation de la "vérité" qu’on exprime virtuellement.

 

Christalain

 


Le mouvement non-duel est investi par la peur. 

 

Les forums spécialisés sur Internet et certains commentaires à la sortie des Satsang donnent la mesure d'une douloureuse confusion qui règne dans cet enclos fermé. La confusion repose sur une terreur d'être qui tente de se travestir en accomplissement spirituel. Les victimes de la pensée non-duelle (c'est-à-dire, de la compréhension intellectuelle qu'elles ont de la non-dualité) connaissent par coeur tous les principes, toutes les formules qui servent alors la fuite de soi, dans une attitude "impersonnelle" qui s'avère être une coupure volontaire avec la condition humaine, troublante et mal-aimée.

 

À entendre certains des adeptes, il n'y a "plus personne", par exemple. Ce tour de passe-passe verbal ne parvient pourtant pas à cacher la crispation perceptible ni  les colères rentrées qui se bousculent derrière le paravent de l'équanimité et du mimétisme. Beaucoup clament haut et fort qu'ils sont en contact avec "ce qui est là". Mais "ce qui est là" est très souvent autre chose que "ce qui est là". Il est vrai que beaucoup d'enseignants, en utilisant une expression semblable, ne désignent en fait pas "ce qui est là", mais ce qui est derrière ce qui est vraiment là. Finalement, on n'y est jamais, tout en prétendant y être parce que le réel a toujours un R majuscule, il est toujours au-delà, et finit par perpétuer la distance, la séparation ... avec "ce qui est vraiment là". Certains s'inventent une Paix qui n'est jamais vraiment vécue, simplement parce qu'ils ont entendu "qu'elle est déjà là".

 

J'ai rencontré des dizaines d'adeptes de la non-dualité et la plus grande partie d'entre eux sont enfermés dans un système fallacieux de détachement, de spiritualité mentale, de négation et d'arrogance, possédant une maîtrise parfaite du langage tout en manifestant une grande réactivité à chaque fois que l'on approche de leur sensibilité. Cette fuite pathétique et déchirante demande à être éclairée car la perspective non-duelle, dans son inspiration la plus pure, n'est pas une mascarade. Elle invite à l'abandon des masques. Les avantages apparents du masque non-duel sont dérisoires à l'égard de ce que la sagesse non-duelle désigne comme l'avènement d'une réalité vivante. 

 

Dans les cercles non-duels, l'émotion est un "no-man's land" gardé par d'austères cerveaux blindés. Comment se produit un tel glissement ? Après avoir subi les nombreux détours de la quête spirituelle, le chercheur, désespéré de n'être pas parvenu à éliminer ces émotions et ces tourments si envahissants, rencontre cette "pensée" qu'est devenue la non dualité, et qui lui offre un apaisement sous la forme d'un tranquillisant mental.


La question clé de l'adepte non-duel : "Qui suis-je ?" est ainsi  interprétée comme niant cette "humanité" troublante dont les chercheurs spirituels veulent compulsivement se défaire.  Il ne s'agissait bien sûr pas d'exclure quoi que ce soit.  Ne pas exclure ne signifie pas rester identifier mais nous devons comprendre que la volonté farouche d'ignorer un versant quelconque de l'existence est une fuite. Cela devient alors un jeu intellectuel. 

 

Il y a en fait "une voie du milieu". Le tourment de l'incarnation doit être accueilli, sans quoi nous ne faisons que nier une évidence qui se charge d'ailleurs de venir nous courtiser à tout instant. La réponse à "Qui suis-je ?" peut inciter celui qui en fait un dialogue mental à entretenir une position de refus. Le comportement de cette victime de la spiritualité mentale cherche alors à ressembler à l'idée qu'elle se fait de la paix et de l'équanimité. Elle se conforme à des images mentales, des fantasmes.

 

Il suffit parfois d'aller serrer la main du petit bonhomme qui se cache derrière le paravent, pour retrouver une fraîcheur muselée... et un soulagement infini. Parce que ce qui est possible, là, tout de suite, c'est d'être avec ce qui est. Qui suis-je ? Celui qui accueille. Ce qui est accueilli n'est pas en cause. Jamais. Le chercheur, lui, veut créer des états particuliers et se met à distance ("je ne suis pas cela", "il n'y a personne") de ce qu'il n'aime pas.  "Etre avec" révèle la véritable nature de la non-dualité. Car si on peut affirmer qu'elle est "déjà là", il ne suffit pas de le dire sur un lit de fuite, de terreur et de mensonges pour que notre nature soit une réalité vivante.


Thierry VISSAC

 

Source : http://www.istenqs.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Christalain - dans DIVERS NON-DUALITE
commenter cet article

commentaires