Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:31

Un internaute bien intentionné m'a envoyé un mail il y a quelques mois pour me conseiller de lire un livre intitulé “L'interview de l'alien” de Matilda O'Donnel Macelroy. J'étais peu motivé, pensant à un roman conspirationiste à sensation de plus. (Je ne nie pas toutefois qu'une partie des humains conspire contre l'autre, bien au contraire). Une petite voix m'a pourtant encouragé à lire ce document malgré le manque de temps, et je ne le regrette pas. Ce récit se base sur des faits qui se sont déroulés à Roswell” en 1947 (nouveau Mexique). Ils sont rapportés de “'l'intérieur” par une personne qui était au plus près de l'affaire, 60 ans plus tard, juste avant sa mort.

 

Finalement, qu'il s'agisse d'un récit authentique ou d'une habile fiction n'est pas si important car les points de vue formulés sont d'un grand intérêt philosophique. Nous y voyons notre monde par autre regard, tout à fait neutre, (très) extérieur, avec un détachement vertigineux à la fois glacial et drôle, détaché enfin de tout anthropocentrisme. Nous savons aussi que la réalité dépasse souvent la fiction, et le modèle de l'évolution du monde proposé ici me semble cohérent avec celui que je sens vrai depuis des années. il me “parle”.

 

A part quelques détails “bizarres” (j'y reviendrais), j'imagine bien l'univers fonctionner de cette façon, du moins dans sa manifestation projetée qui rappellons le, n'est pas "réelle". C'est un peu comme si l'histoire du monde décrite ici n'était pas contradictoire avec les fondements du Cours en miracles et de la non dualité. Simplement, elle est surtout vue par l'autre bout de la lorgnette, d'un point de vue matériel “manifesté”, presque sans égards aux ressorts métaphysiques qui en sont à l'origine, mais sans contredire explicitement ceux du Cours, sauf peut-être sur un point:

 

A un moment du récit, Earl l'exta-terrestre fait une allusion à des êtres spirituels immortels voulant jouer en créant des l'illusions pour “passer le temps” (C'est long l'éternité, surtout vers la fin ! dixit Woody Alen). Puis ils se seraient pris au jeu et se serait retrouvés enfermés dans leurs propres jeux et décors à force de s'y oublier en tant qu'êtres spiriuels immatériels. Ainsi naquit l'univers matériel... Il n'y a pas d'allusion ici à une idée de culpabilité ontologique engendrant une fuite dans la matière, mais juste un jeu qui a mal tourné... Ou alors Earl a préféré de pas compliquer les choses ? (nous sommes en 1947 et il va trèèès loin pour l'époque !).

 

Voici un premier extrait situé au début du récit.

Christalain

 

 

 

EARL:

«...Je vais vous confier des informations dont je pense qu’elles seront profitables au bien-être des êtres spirituels immortels qui forment l’humanité, et qui favoriseront la survie des myriades de formes de vie et de l’environnement sur Terre, une partie de ma mission étant d’assurer la préservation de la Terre. « Personnellement, ma conviction est que la totalité des êtres physiques sont des êtres spirituels immortels. Ce qui inclue les êtres humains. Dans un but de précision et de simplicité, j’utiliserai un mot composé : « IS-BE ». En effet, la nature première d’un être immortel est qu’il vit dans un état d’être intemporel (« IS »), et que la seule raison de son existence est qu’il décide d’exister (« BE »).

 

Quel que soit son degré d’infériorité au sein d’une société, tout IS-BE mérite le respect et le traitement que j’aimerais moi-même recevoir d’autrui. Toute personne sur Terre continue à être un IS-BE, qu’elle en soit consciente ou non ».

 

(NOTE PERSONNELLE DE MATILDA O’DONNELL MACELROY)

(Je n’oublierai jamais cette conversation. Son ton était très direct et placide. Toutefois, pour lapremière fois, je ressentis en Airl la présence d’une « personnalité » chaleureuse et réelle. Sa référence aux êtres spirituels immortels me frappa comme un éclat de lumière dans une pièce obscure. Auparavant, je n’avais jamais considéré qu’un être humain pût être immortel.

 

Je supposais que ce degré de pouvoir était réservé exclusivement au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Etant une Catholique fervente, soumise à la Parole du Seigneur Jésus et du Saint-Père, je n’ai jamais pensé qu’une femme pouvait être un être spirituel immortel, pas même Marie, la Sainte Mère du Seigneur. Toutefois, lorsqu’Airl émit cette pensée, je pris vivement conscience, pour la première fois, qu’elle-même est un être spirituel immortel, et que nous lesommes tous !!

 

Airl dit qu’elle ressentait que j’étais décontenancée à cette idée. Elle affirma qu’elle allait me démontrer que je suis moi aussi un être spirituel immortel.

 

Elle dit « Passe au-dessus de ton corps ! ». Immédiatement, je réalisai que j’étais « au dessus » de mon corps, regardant depuis le plafond en direction du sommet de ma tête ! J’étais capable également de contempler la pièce autour de moi, y compris le corps d’Airl

assise sur le fauteuil à côté de mon propre corps. Au bout d’un moment, je pris conscience de la réalité, simple mais stupéfiante, que « je » ne suis pas un corps.

 

À cet instant, un voile noir se souleva, et pour la première fois dans mon existence, et depuis un temps très reculé dans le passé, je réalisai que je ne suis pas « mon esprit », mais que « je » suis « moi », un être spirituel. Ce fut une épiphanie inexplicable, mais elle me remplit d’une joie et d’un soulagement dont je ne me souviens pas avoir jamais fait l’expérience auparavant. Quant à la part « immortelle », je ne comprends pas sa signification, étant donné qu’on m’a toujours appris que je ne suis pas immortelle, que je suis peut-être un esprit, mais certainement pas immortel !

 

Au bout d’un moment, je ne peux dire combien de temps précisément, Airl me demanda si j’étais parvenue à une meilleure compréhension de l’idée. Soudain, j’étais à nouveau dans mon corps, et je dis d’une voix forte « Oui ! Je vois ce que tu veux dire ! ».

 

J’étais à ce point stupéfaite par l’expérience que je dus me lever de ma chaise et marcher autour de la pièce pendant quelques minutes. Je prétextai que j’avais besoin de boire un verre d’eau, et d’aller dans la salle de pause, ce que je fis. Dans la salle de pause, je me regardai « moi-même » dans le miroir. J’allai aux toilettes, je refis mon maquillage, et étirai mon uniforme. Au bout de dix ou quinze minutes, je me sentis à nouveau plus « normale », et je revins dans la salle d’interrogatoire.

 

Par la suite, je ressentais que je n’étais plus seulement un interprète pour Airl. J’avais la sensation d’être un « esprit de même famille ». J’avais l’impression d’être en sécurité, chez moi, en compagnie d’un ami intime, ou d’un membre de ma famille, aussi proche que l’ami le plus proche que j’aie jamais eu. Airl ressentait et comprenait mon embarras à-propos du concept d’ « immortalité personnelle ». Elle débuta sa première « leçon » avec moi en m’expliquant ce qui suit ».

 

Source: “Alien interviex” édité par Lawrence R. Spencer

(E-Book Edition Grand Public) – edtion originale 2010.

 

Merci à Patrice pour ce partage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires