Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 11:53

Freud voit dans l’amour passionnel une altération de la personnalité. La philosophie pose préalablement la question : la passion est-elle une erreur ? Nous sommes, bien sûr, en droit de nous interroger : amour et passion sont-ils réellement compatibles ?

 

Le mot amour est un de ces mots trompeurs qui recouvre plus d’une réalité. Qu’existe-t-il de commun entre le je t’aime d’un couple totalisant soixante ans d’union, celui d’un alcoolique violent avec sa compagne ou encore celui de Roméo et Juliette ? On dit je t’aime à sa femme et on peut utiliser le même vocabulaire pour sa maîtresse. Mais est-ce le même sens, le même contenu, le même comportement ? À quoi sait-on que l’on aime ? Décide-t-on d’être amoureux ? Bref, qu’est-ce qu’aimer ?

 

Possession et aliénation

 

On dit tomber amoureux. On fait rarement exprès de tomber. Aussi, nous pouvons supposer que l’amour est un sentiment spontané. L’amour ne se décide pas. D’ailleurs, on ne choisit pas toujours qui on aime, ni le bon moment pour aimer. Le sentiment d’amour nous attrape par surprise. L’être aimé s’impose à nous, presque comme une révélation. L’expression coup de foudre traduit aussi cette notion d’imprévu, de soudaineté. Nous ne sommes pas libres de choisir non plus l’endroit où tomber amoureux. On le ressent, on le découvre. C’est une sensation là encore qui s’impose à nous. De l’ordre de la possession : l’image de l’être aimé emplit nos pensées, nos rêves, nos actes. On perd parfois même objectivité et saine capacité de jugement. Il devient difficile de se contrôler et de se concentrer. L’amour est une forme d’aliénation qui pose la question de la liberté. En effet, les débuts amoureux constituent un changement important. Ce changement assaille, bouscule, voire hypnotise… La fascination amoureuse semble ôter une part de libre arbitre. Antoine de Saint Éxupéry ne disait-il pas : Aimer ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction…

 

Le risque de finir en esclavage

 

La liberté est de l’ordre de l’idéalisation. Et pour Paul Valéry, un de ces détestables mots qui ont plus de valeur que de sens, qui chantent plus qu’ils ne parlent… Cependant, si on dit de l’amour qu’il permet de franchir des montagnes, alors peut-être libère-t-il aussi de certains obstacles ? Lamartine a mis en garde : Un seul être vous manque et tout est dépeuplé…

 

L’amour serait donc un maître pour qui nous risquons de finir en esclavage. Il est aussi comme une drogue qui apporte les sensations du bonheur ou du plaisir, avec toutefois souvent en contrepartie, une dépendance. En outre, ceux qui font de la séduction un calcul, une stratégie, brise le couple amour-liberté. Combien, dans ce cas, se sentent paralysés, n’osent plus être eux-mêmes par peur du ridicule ou de déplaire à l’aimé ? Beaucoup d’entre nous ont du mal à rester naturels en présence de l’être convoité. Rester soi-même est d’ailleurs une des conditions pour une relation affective capable de s’épanouir. L’amoureux est rarement objectif et la subjectivité nous saute parfois aux yeux, lorsque – par exemple – on se demande ce qu’il peut bien trouver à sa partenaire ! Les psychanalystes nous rappellent qu’on aime pour des raisons profondément inconscientes. Amour et liberté constituent donc, dans leur fondement, un couple assez improbable.

 

Un retour sur investissement

 

Nombre d’entre nous n’aiment rien tant que les premiers émois. Ces sujets ont alors tendance à souvent recommencer ! Ils vivent cette période comme une sorte de fascination hypnotique. Nous vivons mieux à deux que seul. La solitude est un choix par défaut pour la plupart. Être deux, c’est forcément devoir faire des concessions mais il s’agit d’une forme d’investissement ! Et le retour sur investissement est sans commune mesure. L’amour partagé à l’épreuve du temps est certainement le seul amour digne de ce nom. Cet amour-là, tout apaisé qu’il soit, repousse les limites du coeur. Kierkegaard au 19ème siècle et Jean Paul Sartre au 20ème siècle ont, de leur côté, insisté sur le fait que l’existence humaine est avant tout liberté. Exister, c’est donc renoncer à choisir pour l’autre. Mais, comme l’écrit pertinemment Christophe Jacob dans son ouvrage “ Choisir sa liberté ”, publié aux Éditions Dangles, le couple conscience/amour ne peut fonctionner que si l’acte de conscience et la volonté de laisser tomber les masques sont réels. Les rôles qui ont été modelés par notre vécu, nos douleurs, nos peurs, nos joies, nos peines, doivent tomber sans concession :  c’est une condition absolue. Ainsi, seule l’authenticité permet manifestement d’aimer et de rester libre.

 

Olivier Perrot

SOURCE : les passeurs.com

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires