Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 18:06

Suite à un échange de mails privés avec N, celui-ci a écrit un article-réponse  sur son blog pour argumenter en faveur de la suprématie de la voie supramentale au détriment des autres voies, notamment celle que « je suis » depuis 1 an, celle du Cours en miracles. Je reporte son article ici en intégralité et je répond point par point (en bleu) pour essayer de dissiper certains malentendus  au sujet des concepts du Cours, tout en respectant la voie de N, car aussi respectable que toutes les autres. Il s'agit ici d'un débat d'idée, pas d'une querelle de personnes, ni d'un règlement de compte. Un simple droit de réponse. Et aussi une occasion de partager quelques idées phares du Cours.

 

Cher C,

tu fais partie des quelques personnes avec qui j'ai pu entretenir des liens intellectuels grâce au site depuis quelques années, et aujourd'hui j'ai la surprise de voir que tu m'opposes une vision qui te permet somme toute de passer à côté de ce que représente le supramental. Je ne remets pas en question les progrès et les prises de conscience qui se sont produites pour toi depuis un an grâce à un enseignement, mais il se trouve que les présupposés qui rendent valide cet enseignement discréditent complètement l'aventure supramentale, et rabaissent le travail extraordinaire de Mère et Sri Aurobindo au XXe siècle.


Cher N, Pourquoi ne pas citer mon pseudo ? ce n'est qu'un pseudo je n'ai rien à cacher de mes convictions. Pourquoi parler en allusions plutôt de que dire clairement quels sont les pré-supposés en question ? (En l'occurrence ceux du Cours en miracles - UCEM), et en quoi ceux-ci rabaissent le travail de Mère et Sri Aurobindo ?  UCEM ne prétend être la seule voie et elle respecte toutes les autres, il le dit clairement. Mais je n'ai toujours pas eu de réponse à cette question : As-tu vraiment lu complètement ce livre ?  (réponse plus loin...) 

Quand tu t'appuies sur le prédicat que «La matière est une illusion» pour te vanter de je ne sais quel positionnement qui devrait te mener au Saint-Esprit, tu ne fais que répéter un vieil adage qui a servi pendant des milliers d'années à des âmes nobles à vivre leur incarnation pour Dieu, et rien que pour Lui. Quelques-uns ont été sauvés par cette conviction, ils sont peu nombreux, et beaucoup d'entre eux ont créé des enseignements qui ont permis à une petite partie de l'humanité de se soulever contre la manipulation des circonstances et des forces de la nature. Mais tous les espoirs que l'humanité a nourris pour se libérer de la matière en se forçant à la considérer comme une illusion ont été déçus. Aujourd'hui, la matière s'est vengée, elle a montré qu'elle était souveraine dans l'univers et qu'elle permettait l'émergence de la vie. Elle n'a jamais voulu œuvrer contre Dieu, elle voulait au contraire servir de socle à l'élaboration de la conscience dans des fragments dispersés, qui deviendraient des âmes, et ce projet n'est pas terminé, bien qu'on puisse penser qu'il a échoué.

 

 

Aucune vantardise de ma part, c'est ta projection. Je ne fais qu'affirmer mes convictions, même si elles sont exposées (trop) directement à ton goût, car apparemment paradoxales (matière illusoire).   Mais devrais-je te trouver à mon tour vantard quand tu poses comme postulat la suprématie de la voie supramentale ? non, je n'exprime rien de tel...je prend acte simplement.

Parler de matière comme illusion est bien sûr un raccourci pour résumer tout un processus de déconstruction de la pensée projective, un processus qui n'a rien à voir avec les vieux adages dont tu parles. Ensuite, tu qualifies la matière comme divine, puis déclare « qu'elle s'est vengée », excuses-moi d'y voir une flagrante contradiction ; à moins que le Dieu auquel tu crois soit « vengeur », ce qui est pour le moins très « anciene religion officielle ». La suite montre  que tu n'as pas lu UCEM, qui n'a jamais exprimé ce que tu exprimes sur la matière, ce n'est pas grave, je n'ai pas lu les "agendas de Mère" non plus... 


D'un point de vue supramental, le Christ n'est pas l'aboutissement ni le sommet de la hiérarchie spirituelle. Je comprends le travail qu'il accomplit pour l'humanité, mais la Terre est un lieu d'évolution, et Sri Aurobindo et Mère et quelques autres veulent entreprendre un nouveau chemin. Sur ce chemin, la matière n'est pas une illusion, elle n'est plus une illusion, il ne suffit pas de passer de l'autre côté de la matière, dans le Soi, dans le Saint-Esprit, ou dans quelque autre état supérieur, pour changer les conditions terrestres.

Avons-nous la même conception du Christ ? probablement pas. Dans UCEM, notamment, le christ est le seul fils de Dieu, ou la totalité de la filialité, l'être que Dieu a crée par extension de son pur esprit. Par ailleurs, UCEM ne cherche à changer les conditions terrestres (sous le soleil, rien de nouveau), mais à  libérer tous les obstacles à l'amour et au ciel, jusqu'à que l'univers matériel disparaisse, n'ayant plus de raison d'être, n'étant plus soutenu par la croyance profonde qui en est la trame: celle de la séparation. 

Quand bien même ce serait déjà un excellent voyage pour l'âme de gagner l'énergie christique, il n'en demeure pas moins que c'est sur Terre que le combat pour une matière nouvelle se joue, et ce n'est pas en restant accroché à cette « illusion mentale » que la matière elle-même est une illusion que nous nous en sortirons. Sri Aurobindo a vu, comme moi-même je l'expérimente, qu'il n'y a strictement aucune opposition entre l'Esprit et la matière. D'un point de vue physique, il est probable que seules les fréquences changent, et si rien ne peut exister sans la lumière, cela ne veut pas dire que seule la lumière est légitime. C'est même parce qu'elle nous manque que les meilleurs d'entre nous ont toujours supposé que la lumière était supérieure à la matière, et que l'Esprit devait supplanter, en tant qu'autorité, la loi de la nature. Mais par un tour de passe-passe, en décrétant que la matière est illusion, il n'y a qu'un pas vite franchi pour faire « comme si elle n'existait pas », et se réfugier, car il n'y a pas d'autre mot, dans un soi-disant monde spirituel supérieur au monde matériel. Or, c'est une expérience pour moi et pour d'autres, c'est exactement le même monde. Quand on en évoque les caractères subtils, on s'amourache de l'étendue, de ce qui est au-dessus, on traque les principes ou bien on les appâte, mais, oui, on s'élève... Mais quand on en revient au monde concret, il y a tout à transformer, par le levier du temps, puisque, le monde spirituel, lui, non contingent, quasi immuable, ne réclame aucune intervention. Plus on fait du spirituel de chez spirituel, plus on lève les yeux vers le ciel, moins on s'occupe de changer le monde, c'est difficile, et tout résiste, et Dieu sait si je connais bien la question, qu'après d'autres, je traite de différents points de vue.  

 

Tout se joue sur terre, nous sommes ici bien d'accord. Mais UCEM ne postule pas d'opposition entre Esprit et matière ; il stipule plutot que la matière EST la conséquence du rêve de l'esprit. C'est donc bien dans l'esprit que tout se joue... certes, sur terre. Il n'y a donc aucune fuite, bien au contraire. En tout état de cause, on ne peut changer le monde (et la matière)  en agissant directement sur lui, ou alors très provisoirement, l'histoire cyclique le montre clairement. 

En dérivant ce présupposé que « la matière est une illusion », tu en viens à trouver pratiquement sans intérêt une transformation des cellules, parce que le corps qui subit ce traitement appartient à la matière, c'est-à-dire à l'illusion. Selon toute vraisemblance, le Christ lui-même n'a pas vécu la transformation supramentale, telle que la Mère de Pondichéry a commencé à le faire en 1956. Ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle, nous nous défendons toi et moi de confondre les voies spirituelles, d'en discréditer certaines pour mieux en valoriser d'autres. Je constate simplement que tout ce qui vient du Christ depuis des milliers d'années n'est pas plus convainquant que n'importe quelle autre religion pour transformer l'humain, et c'est justement parce que la matière humaine n'est pas vraiment touchée par le Saint-Esprit, mais demeure dans des zones subtiles, dans le cœur par exemple, que le message de Jésus n'a pas fait boule de neige, n'a pas changé la mentalité occidentale, ou si peu, qu'il faut se demander si ce fameux Saint-Esprit possède un réel pouvoir hors de l'imaginaire. Or, tu t'offusques, convaincu que le Saint-Esprit constitue le fin du fin, alors que nous savons depuis peu qu'il existe bien un pouvoir et une conscience originelles, liés l'un à l'autre d'ailleurs, d'une dimension beaucoup plus fondamentale que l'Esprit-Saint, ou d'autres « énergies-concience » du même type.

Oui, en effet, je ne me préoccupe pas de la transformation de mes cellules, ce n'est pas, selon ma vision,  le travail de mon mental conscient, elles se transforment (ou pas), selon le travail que j'effectue en amont dans mon esprit et sur la perception que j'ai de ce corps (à savoir qu'il a l'importance qu'on lui donne, pour faire court).

Ensuite, tu amalgames le Christ (un état) et Jesus (un homme), et par dessus le marché tu supposes que Jesus n'a pas vécu la transformation supramentale (c'est à dire ?). Moi, et bien d'autres, supposont qu'il a ascensionné, ou est le problème ? Pourquoi l'opposer à tout prix à Mère , il ne s'agit pas d'une compétition. Et personne ne discrédite personne, pourquoi la défendre à tout prix alors que personne ne l'a attaqué ? ni elle, ni le supramental,...

Ensuite,  tu insistes pour parler du St-Esprit  sous sa dénomination religieuse classique, qui n'a rien a voir avec UCEM. Et je n'ai jamais dit que cela constitue le fin du fin, Le St-Esprit version UCEM est le médiateur entre notre conscience et Dieu, le messager, qui aide à l'atteindre. Et quand bien même, le supramental, réservé à une élite,  a t-il fait mieux pour changer le monde ?  (vois-tu comme c'est agaçant quand on généralise et que l'on raccourci grossièrement les concepts ? )

Il n'y a pas de commune mesure entre la shakti supramentale, qui fait tourner les atomes sur eux-mêmes, et la création dans l'éther, par des entités supérieures, d'une fréquence énergétique destinée à ramener les âmes au bercail. Le Christ, comme d'autres entités, est ce qu'on appelle en ésotérisme un créateur de ciel, c'est-à-dire qu'il dispose de son propre royaume immatériel dans un plan hors de l'existence terrestre. Je ne doute pas une seconde que les êtres qui croissent dans la conscience du Christ puissent en quelque sorte forger une âme meilleure. Il y a eu d'autres avatars, qui ont fait le même travail, et qui reçoivent comme le Christ les âmes dans leur empire céleste, quand elles en sont dignes.

La conscience du Christ est-elle le sommet ou pas ? crois-tu que cela m'importe pour l'instant ? je serais déja bien heureux d'y arriver, et s'il existe d'autres marches à gravir, et bien nous verrons le moment venu !  Pour éviter les (re)chutes, je gravis les marches une à une... c'est ma préférence.

Le problème, c'est que l'incarnation demeure ce que nous vivons réellement à chaque instant, indépendamment du ticket que nous prenons avec le Saint-Esprit ou autre chose pour gagner un lieu ultérieur. J'ai l'air méprisant, je sais, mais, les carottes, je les ai vus partout détruire l'âme des peuples, que ce soient les Hindous rivés à leur rituel pour échapper à la réincarnation, les bouddhistes soucieux d'obtenir une meilleure naissance ou de sortir de la roue du temps, et quant à nos trois monothéismes, ils ont toujours navigué entre la menace de l'enfer et la promesse, la récompense du paradis. Bien sûr, si ce n'était pas la même chose dans le domaine spirituel, je devrais me taire, mais ce que je constate, c'est que, surtout dans le New Age, on court derrière le fruit des œuvres, on se donne, oui, on commence à se donner plus profondément à la réalité, mais on attend des bénéfices personnels de cet échange (masqués par de grands mots comme amour, lien cosmique, préparation à la nouvelle dimension, etc). C'est humain, c'est enraciné dans l'homme, mais c'est justement de cela qu'il faut s'extraire : donner pour recevoir, et je suis certain que sur cette question je partage la vision de tes maîtres. Comme tu avoues être un débutant, j'ai sans doute voulu, par indiscrétion ou empathie (va savoir), te pousser à comprendre cette question, car ton enthousiasme pour l'enseignement que tu suis m'a paru suspect, d'autant qu'il me semblait que j'avais mieux à te proposer... Nos enthousiasmes respectifs se sont cognés de front, et nous avons été chacun légèrement stupéfié de ne pouvoir continuer à communiquer.

 

Oui, en effet,  nous sommes à peu près d'accord sur la vision du New-age souvent plein de faux semblants, qui donne fréquement en attente d'un retour personnel, mais ce que tu ne veux pas entendre  au sujet de mon enthousiasme, c'est qu'il est fondé sur des résultats concrets dans ma vie, et sur des idées originales qui ont peu de rapport avec le new age, encore une fois, on met les chercheurs « dans des cases, on les catalogue au lieu de chercher le dialogue ».

Oui, je réitère : je suis bien un débutant, dois-je pour autant renier ma vérité ? je sais à présent mieux ou je vais, et je sais surtout ce qui me convient et ce qui me convient pas en spiritualité , ce qui n'a pas toujours été le cas il y a quelques années. 

Je voulais que tu saches que je n'ai rien contre le Saint-Esprit, et je dois même avouer qu'il ne m'est pas étranger. J'en ai fait l'expérience, après quelques mois dans le Soi, mais j'ai su que ce n'était pas ma voie, et je me suis contenté de continuer à « chercher », aux aguets en quelque sorte. Il se trouve donc que le Divin n'a pas voulu que je m'y arrête, et qu'au moment où j'aurais pu le faire, j'ai saisi, dans une fulgurance imprescriptible qu'il n'était qu'une fractale du divin, assez faible en pouvoir, alors que la Terre s'ouvrait à découvrir le Divin originel, Lui qui n'a plus grand-chose à voir avec l'énergie christique ou toute autre énergie similaire, (car il en existe d'autres). Ce n'est pas par orgueil que j'ai cherché mieux, mais parce que mon « illumination » ne changeait rien à rien, et tandis que j'essayais d'aller plus loin, je tombais sur Sri Aurobindo. Une fois le rejet passé (mais pour qui se prend-il celui-là), j'ai su que la terre pourrait radicalement changer, et que les figures des christs et des Bouddhas seraient dépassées, tandis qu'une terre nouvelle éradiquerait la violence et l'égoïsme. L'hypothèse supramentale m'a fait beaucoup de bien, il n'y avait plus aucune limite de principe à la connaissance du Divin, et je me disais que certains parviendraient aussi haut, aussi loin, sans me douter une seconde que j'allais très bientôt pénétrer cette ineffable dimension.


Lorsque tu vois du St-Esprit, puis du supramental, je vois pour ma part 2 notions qui ne sont pas sur le même plan: encore une fois, le St-Esprit, dans l'esprit d'UCEM, et tel que je le vis, est le lien de communication entre Dieu et ses fils séparés, c'est le pont, le guide, le médiateur, l'interprète... et celui-ci peut conduire aussi bien au supramental qu'à un autre plan de l'esprit... ou tu veux en fait ! non ?


J'ai donc été profondément touché par Sri Aurobindo, à une époque où mon esprit était déjà limpide comme de l'eau de roche, suite à ce que les maîtres appellent pompeusement l'illumination, et qui est juste le moyen, effectivement, de se libérer de l'illusion de la matière. Comme le disait un maître japonais: «Il faut sept ans pour se débarrasser de la puanteur de l'illumination». Et il est vrai que l'illumination montre l'illusion de la matière, et que l'on peut pavoiser ainsi au milieu de ses semblables, qui ressemblent à des animaux pensants, en croyant avoir acquis le fin du fin... Et puis on se rend compte, à la longue, que la matière est bien là, toujours là : parfois une souffrance physique apparaît, ou un désir impétueux proposé par la beauté elle-même, rappelle que l'incarnation n'est pas l'occasion d'une fuite vers ce qui est supérieur, mais la confrontation absolue de la conscience vis-à-vis d'elle-même, dans le mélange de la nature et du temps, puisqu'elle est à la fois subtile et épaisse, passée et future, et même quelquefois présente dans le présent.

Tu exprimes ici TA conception de la matière, que je respecte infiniment . Mais la encore, je ne vois pas la matière comme un ennemi à combattre, mais comme une conséquence à transcender. Et bien entendu, avant le terminus du processus, je m'y « heurterais » encore longtemps, comme toi, mais elle deviendra de moins en moins un problème, à travers les circonstances de la vie (absence de maladie, de pauvreté, d'accidents...) c'est plutôt un bon début non ?

Si les enseignements des multiples Christs avaient libéré l'homme, peut-être n'aurait-il pas été nécessaire de remonter au Divin originel, en amont des énergies soi-disant divines d'où les grands maîtres prétendent aider l'humanité. Il y a sans doute énormément de vérité dans leur action, mais rien ne permet aujourd'hui de penser qu'une entité, dieu ou guide, soit parvenue à la vérité absolue. La voie supramentale veut ouvrir un chemin où l'être humain entre en prise directe avec le Divin, qui descend jusqu'au corps physique lui-même, pour l'animer d'une manière nouvelle, en s'opposant à des millions d'années d'automatismes naturels. Je suis obligé d'essayer cette voie, (je ne connais rien de plus difficile, à part la guerre, of course) mais elle est venue à moi, et je suis en plein dedans. Pour le moment, rien ne dit que cette voie soit plus efficace que les autres pour rendre la terre meilleure, mais quand on mesure l'effet des grandes religions et des philosophies, le projet supramental n'a pas de réel concurrent.

Encore une fois, un fâcheux amalgame entre le christ des religions perverties et le véritable christ accessible directement par la foi personnelle.  En plus, je ne comprend décidément pas ta vision de Dieu : si lui ne parvient pas à la vérité absolue, qui donc ??? (d'ailleurs, il ne s'agit pas d'y parvenir puisqu'il EST la vérité).  Dire que le projet supramental n'a pas de réel concurrent me laisse sans voix, faut-il a tout prix opposer les voies spirituelles, établir des hiérarchies ? Qu'a montré concrètement de plus le projet supramental pour l'instant  ? (c'est une question, pas une attaque).


Il faut donc voir les choses en trompe-l'œil, sans véritable perspective, pour ne pas mesurer la différence entre les voies antérieures, provenant du Surmental, et ce qu'apporte Mère et Sri Aurobindo. Et oui, c'est encore au-dessus du reste, et Sri Aurobindo s'en est expliqué, ce n'est pas un énième christ qui voit et ressent le même divin d'une autre manière. C'est un autre Divin, celui qui est à l'origine, celui dont il est dit qu'on ne pouvait pas le voir en face sans mourir... Or, la loi de l'existence terrestre change, et aujourd'hui, il semble qu'on puisse supporter le supramental, et non seulement dans la conscience, mais dans le corps physique. C'est la seule vraie révolution depuis le déluge, et c'est toi qui me reproches de ne pas avoir compris la portée de l'enseignement que tu suis, aussi faut-il remettre les pendules à l'heure.

 

Aucun reproche une fois plus, juste un constat que tu ne connais pas plus UCEM que je  connais les livres de Sri Aurobindo. Tu nous parles de Ton expérience intime du supramental certes, respect. Mais que sait-tu de l'expérience intime des autres chercheurs ? Ont-elles moins de valeur parce qu'elles ne sont pas estampillées « supramental ». étrange... de même  l'idée de « supporter » le supramental, comme une contrainte terrible en attendant une libération promise qui tarde a aboutir...Ce n'est pas ma vision ni celle d'UCEM, qui est celle d'une vie  demandant des efforts et des choix mais pas d'interminables sacrifices.
 
Le supramental, c'est autre chose que le divin du Christ. Ce n'est pas une forme du Saint-Esprit qui s'occuperait de la vie, c'est cent fois plus intense et plus radical, c'est un éclatement tel qu'on se demande si on va tenir le coup, c'est extravagant, imprévisible à chaque seconde, c'est nouveau sur la Terre, aussi. Alors si tu ne vois pas la différence, à quoi bon entretenir avec moi une correspondance ? Tu voudras me faire dire des choses qui vont dans le sens de l'enseignement reçu, mais désolé, non, ni Jésus ni le Christ ne représentent le Divin supérieur, qui commence juste à se donner à l'humanité. Les avatars représentent un plan intermédiaire, ce qui n'est déjà pas si mal, bien entendu, mais ce n'est pas le supramental.

Je n'ai jamais insisté pour maintenir une correspondance ! c'est toi qui a publié cette réponse alors qu'on avait clos les échanges privés, sur une réconciliation... je suis donc le premier surpris par ton article qui relance l'affaire. ... Personne n'a contesté tes fabuleuses expériences ici...et surtout pas moi. Je n'ai pas tenu les propos que tu me prêtes, ce qui m'oblige a un assez fastidieux « droit de réponse », mais c'est une bonne révision du cours pour moi, alors finallement merci !

Je dois au supramental d'avoir pu non seulement m'identifier aux autres mais d'être les autres, et je me souviens par exemple d'être devenu un juif en écoutant la musique d'un film récemment, et j'ai été soudainement concerné par la Shoah à un point inimaginable. Je suis resté un bon quart d'heure k.o... Une expérience de plus, bien au-delà du mental qui décrète, oppose, juge et condamne... Être l'humain, voilà, c'est mieux qu'obéir au petit Jésus pour moi ... Ce n'est pas n'importe qui non plus, mais contrairement à ce que pense toute l'Europe, la terre ne l'attendait pas tant que ça, et depuis des milliers d'années avant lui, on trouvait des types de sa trempe en orient, alors revenons-en à ce qui se passe réellement... Relativisons les dogmes, les enseignements, les modèles et les grandes figures, et le plus pratique pour cela, c'est de se souvenir qu'ils sont nombreux, et que c'est par pure chauvinisme que chaque peuple décide que son messie est le meilleur. (Aujourd'hui même, certains musulmans s'appuient sur des passages du Coran pour s'imaginer meilleurs que les chrétiens, qui eux sont persuadés, à cause de l'énorme supercherie du « fils unique de Dieu », que ni les musulmans, ni les juifs ne sont à la hauteur...).

Hé bien, si tu pouvais vraiment t'identifier aux autres, ne crois-tu pas qu'il y aurait moins de malentendus entre nous, et moins d'incompréhensions au sujet de ma voie ?  Tu rabaisses « le petit Jesus » mais as-t-on encore besoin de dénigrer les autres voies pour sur-évaluer la sienne ? C'est cela la promesse du supramental  ? le cynisme ?

 

Je ne peux qu'affirmer que la matière, loin d'être une illusion, est aussi ce qui, en nous, ressent l'incarnation et l'apprécie, et même la supporte. On peut noyer le poisson en opposant la matière inerte et l'Esprit, afin d'éluder la question du corps physique. Il appartient à l'Esprit par l'ensemble de ses processus dynamiques qui maintiennent la vie, il est bourré d'intelligences organisées, mais il demeure aussi de la pure matière, nous ne traversons pas les murs, nous avons du poids, nous sommes, en tout cas extérieurement, concrets dans un monde concret. Le mental n'est rien d'autre qu'un sens plus subtil que les autres, et c'est une grave erreur d'en faire un souverain. Comme le reste, dès qu'il nous possède, il utilise un organe, et c'est donc matériel... C'est le cerveau, sur lequel nous ne savons pas grand-chose, si ce n'est qu'il nous impose une palette d'humeurs, qui suivent, si l'on s'y prend bien, la gamme des couleurs, avec le bleu de la paix, le rouge du désir, etc... C'est seulement une manière de toucher, abstraite, le mental, et cette manière dépend du fonctionnement du cerveau. La Pensée touche le non-moi en permanence, le palpe et en ramène des informations, mais elle n'est pas libre, et plus nous avançons, plus la science le confirme. Des dizaines de matières différentes, liquides à la chimie complexe, se mélangent dans la matière du cerveau, et provoquent certains types de pensée... Alors décréter que la matière est une illusion, comme si la pensée ou l'esprit ne dépendait pas d'elle, c'est-à-dire de l'organe du cerveau, cela ferme des portes. On s'en tire avec des constructions en abîme, avec des miroirs face à face, et l'on croit tout résoudre avec des oppositions, dites dialectiques, qui ne font que jouer au ping-pong avec les balles des signifiants, derrière lesquels il n'y a pas grand-chose, comme je le dis dans mon dernier ouvrage, puisqu'ils demeurent des auberges espagnoles.

Qui a dit que le mental était souverain ? sûrement pas moi.. mais je suppose que ta lettre commence enfin  à s'adresser à un public plus large que ma petite personne... !

Alors savoir de quoi nous parlons, quand nous évoquons le mot Dieu... Cela ne peut renvoyer qu'a l'expérience ou l'image de chacun, et c'est donc une source de conflits, puisque nous défendons nos positions, notre « niveau » de réalisation, sans admettre facilement que d'autres positions soient légitimes ou supérieures. Donc, je ne reviens pas là-dessus, l'ensemble des « représentations » de Dieu, et même l'ensemble des expériences qu'un être humain peut contracter avec Dieu, cela, oui, nul n'est obligé de le croire, mais tout cela, sans être révolu, n'empêche pas une nouvelle dimension de se manifester, qui supporte d'ailleurs beaucoup mieux que dans le passé les attributs que nous posons sur l'image de « Dieu ». Encore une fois, tout est là, dans la vie divine, Savitri, l'agenda de Mère. Le réel s'est ouvert sur une interface inconnue, (ou perdue de vue et manquée par les avatars), et c'est mon rôle de le faire savoir, à moins que je continue, à l'abri des attaques, des quolibets et des compliments, la transformation physique, sans m'occuper de mon milieu.

En gros, tu nous dis qu'il y a un nouveau plan que tous les anciens avatars ont loupé, mais que toi a reconnu ?  

Transformer le cerveau avec l'énergie divine va donc beaucoup plus loin, comme projet évolutif, que de simplement recevoir le Saint-Esprit, ou toute autre fréquence spirituelle, car les racines de la matière et de la perception se transforment. Il faut donc le marteler à ceux qui prétendent s'ouvrir au spirituel, mais qui manquent du recul nécessaire pour évaluer et hiérarchiser les choses, et qui s'imaginent que le supramental est une invention de Sri Aurobindo. Le supramental est l'essence de la réalité elle-même, le surmental est autre chose, une zone supérieure, peuplée de créatures qui elles aussi, un jour ou l'autre, devront évoluer, et passer par la matière, où le supramental se déverse aujourd'hui. Les vieux prédicats du surmental servent l'espèce qui ne veut pas changer, qui demeure ce qu'elle est, le bétail des dieux, qui ne s'aventure que si on la tient par la main, qui s'en remet à des intermédiaires, pour ne pas aborder de front la question du Divin (et de sa propre incarnation).

 

C'est la que nos convictions diffèrent radicalement : pour moi, un cerveau physique restera un cerveau physique, et au mieux, un surhomme cérébral sera toujours attaché aux lourdeurs de notre bonne vieille planète. Pourquoi s'acharner a transformer une 2CV en formule 1, plutot que de réaliser que nous avons un avion ?
 
A suivre dans la 2ème partie

 

Christalain

Partager cet article

Repost 0
Published by Christalain - dans MES ARTICLES ECLECTIQUES
commenter cet article

commentaires