Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 20:26

Premier extrait  :

 

« ...Si l'on veut s'engager sur le sentier de la connaissance supérieure, on doit s'exercer à se rendre capable de faire abstraction d'un moment à l'autre de tous ses préjugés, de toute sa personnalité.

 

Dans ces conditions, la nature de l'être ou de l'objet que l'on observe pourra se communiquer à vous. Seul un haut degré d'impersonnalité rend possible la perception des faits spirituels supérieurs qui nous entourent de toutes parts. Il est possible de développer en soi les facultés que cette perception réclame, en ayant conscience du but à atteindre. Qu'on essaie, par exemple, de ne porter aucun jugement sur les personnes de son entourage, de ne point les estimer, comme on a coutume de le faire, d'après la sympathie ou l'antipathie qu'on éprouve pour elles, selon l'intelligence ou la bêtise qu'on leur suppose; qu'on s'efforce de les comprendre simplement telles qu'elles sont. Cet exercice sera surtout utile lorsqu'on aura affaire à des personnes pour lesquelles on éprouve de l'antipathie. Qu'on étouffe ce sentiment, et qu'on se laisse impressionner en toute liberté d'esprit par tout ce que font ces personnes.

 

Ou bien lorsqu'on se trouve dans un milieu qui pourrait provoquer de votre part un jugement, qu'on retienne celui-ci et qu'on s'abandonne à ses impressions sans arrière-pensée (Ceci n'a absolument rien à voir avec la foi aveugle. Il ne s'agit point de croire aveuglément à quoi que ce soit mais de ne pas remplacer l'impression vivante par le « jugement aveugle ».). Qu'on laisse les choses et les événements vous parler, plutôt que d'en parler. Et qu'on étende cette manière de faire à son monde mental. Qu'on comprime tout élément personnel qui ferait naître telles ou telles pensées, qu'on permette aux choses et aux événements de les faire éclore librement. Que ces exercices soient poursuivis avec le plus profond sérieux, avec la plus grande persévérance, c'est à cette condition seulement qu'ils conduiront aux buts supérieurs de la connaissance.

 

Mépriser ces exercices, c'est méconnaître leur valeur. Quiconque a l'expérience de ces choses sait que la dévotion et la liberté d'esprit sont de véritables créatrices de force. Comme la chaleur que l'on fait naître dans la chaudière se transforme en force motrice dans la locomotive, ainsi les exercices d'abandon impersonnel de l'esprit aux choses se transforment en l'homme en force de vision dans les mondes spirituels. Ces exercices favorisent la perception de ce qui nous entoure. Mais à cette perception doit s'ajouter la juste appréciation de ce que l'on perçoit. Tant que nous avons une tendance à nous estimer nous-mêmes plus que le monde environnant, nous nous refusons tout accès à la connaissance supérieure. Quiconque s'abandonne, devant chaque chose, ou devant tout événement de la vie su plaisir ou à la peine qu'il éprouve, est victime de cette présomption. Car son plaisir, et sa peine ne lui apprendront

rien sur les choses, mais seulement sur lui-même. Si j'éprouve de la sympathie, cette  sympathie ne m'instruit que pour sur mon point de vue à l'égard de cette personne.

 

Si je fais dépendre mon jugement et ma conduite de mon sentiment, je donne la prépondérance à mon caractère personnel, je l'impose au monde. Je veux que celui-ci m'accepte tel que je suis, au lieu de l'accueillir en moi et de lui permettre de se manifester selon les forces qui agissent en lui. En d'autres termes, je ne tolère que ce que est conforme à mon caractère personnel. J'exerce contre tout le reste une force de répulsion. Tant que nous sommes pris par le monde des sens, nous repoussons ainsi, en particulier, toutes les influences qui ne sont pas accessibles aux sens. L'étudiant de la science spirituelle devra apprendre à se comporter vis-à vis des choses et des êtres en tenant compte de leur caractère et de leur valeur.

 

La sympathie et l'antipathie, le plaisir et la peine joueront des rôles tout nouveaux. Il ne saurait être question de les déraciner, d'éteindre toute sensibilité à leur égard. Au contraire, plus nous développons en nous le pouvoir de ne pas faire découler immédiatement un jugement ou une action de toute sympathie ou antipathie que nous pouvons éprouver, plus notre faculté de sentir deviendra délicate. Nous verrons sympathie et antipathie revêtir un caractère supérieur, lorsque nous auront mâté celui qui leur est habituel. L'objet même le moins sympathique à première vue à des vertus cachées, il les révèle à l'homme qui ne s'abandonne pas à ses sensations égoïstes. Ceux qui se sont entraînés dans ce sens ont une sensibilité générale plus délicate que les autres, parce qu'ils ne se laissent pas égarer par leur personnalité de façon à se rendre insensibles. Tout penchant auquel on obéit aveuglément, rend aveugle à la véritable nature des choses. Il nous entraîne en quelque sorte à travers ces choses, au lieu que nous devons leur offrir notre sensibilité pour en éprouver la valeur réelle.

 

Rudolph Steiner.

Source : livre « Théosophie » 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christalain - dans ARTICLES DIVERS
commenter cet article

commentaires