Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 16:42

Cet article de Michèle-rose  Wainhouse un peu difficile d'accès mais très intéressant  explique  bien que les textes du Cours en miracles n'agissent pas seulement sur le plan intellectuel en modifiant notre compréhension du monde. Leurs structures  sémantiques elles-même agissent en profondeur (au niveau supraconscient)  pour dissoudre peu à peu l'ego, le «  déstructurer ». D'ou l'importance de la forme  déroutante des textes au premier abord (tournures de phrases, rythmes...) , mais qu'il est nécessaire de respecter à la lecture pour une efficacité optimale. 

 


Celui qui entreprend la lecture des textes de A Course in Miracles pour la première fois se trouve confronté, et certainement pour longtemps encore, à son langage hermétique, tant par son style que par son vocabulaire. Ce qui a pour résultat qu'il ne peut qu'éprouver de la difficulté à adhérer à ce qu'il désire apprendre. Sa participation intellectuelle est pourtant nécessaire au désapprentissage de son système de penser, afin qu'il puisse véritablement appliquer dans son expérience quotidienne ce que cet enseignement a pour objectif de lui apprendre.

A vrai dire cette forme d'enseignement écrit n'a pas d'équivalent dans la littérature occidentale et orientale, qu'elle soit philosophique, spirituelle ou métaphysique. La situation paradoxale que provoquent l'incompréhension de l'élève, d'une part, et son désir de comprendre, d'autre part, est prise en compte, sans même qu'il s'en aperçoive, par les lectures répétées qu'il fait des textes, alors même qu'il a l'impression de ne pas en saisir le sens et qu'il se rend compte qu'il oublie instantanément ce qu'il vient de lire ou entendre. Malgré ces désagréments, la sonorité du verbe va opérer une modification structurale de son esprit qui éventuellement dissoudra la contradiction.

Afin de bien saisir cette fonction particulière du système d'enseignement de ce Cours, comme je l'ai déjà dit, l'intention première qu'il revendique est d'amener l'élève à atteindre la paix de l'esprit (T. 24-Intro). La paix de l'esprit n'est pas une mince affaire pour un esprit qui est si profondément investi dans le produit de la division et de la dualité. Car le système de penser qui en découle ne peut qu'être en conflit avec lui-même, luttant perpétuellement contre des propositions opposées, l'une abolissant l'autre à tour de rôle. Cet état de conflit permanent produit une dissonance au niveau de sa partie supra consciente, ce qui bloque l'intégration du conscient et de l'inconscient, perpétuant ainsi la division de l'esprit. Les trois niveaux d'enseignement du cours, verbal, sémantique et théorique, s'adressent donc à ces trois aspects séparés et, en rectifiant leur dissonance, unifie l'esprit de l'élève.

Le niveau verbal

Tentons de décrire l'inconcevable : L'Amour qui émane de l'Onde, l'Esprit de Dieu, étend son énergie créatrice comme une résonance d'unisson. Sa Création, Principe Spirituel unifié ou Pensée de Dieu, est « l'unique Fils de Dieu » (C-I). Dans la « Clarification of Terms », il est précisé que l'esprit, en tant que principe pensant, est « l'agent actif du principe spirituel ». L'esprit-un, dont il est impossible de former une représentation, est donc principe spirituel dont la résonance unificatrice est Amour. Cet état-un ne semble pas accessible à l'esprit divisé du Fils de Dieu qui, s'étant identifié à la séparation et à la dualité, s'est fragmenté en multiples aspects. Ces fragments d'esprits apparemment séparés les uns des autres ne communiquent plus entre eux car, étant désaccordés et dissonants, ils ne vibrent plus à l'unisson. Non seulement ils sont incapables de communiquer entre eux, mais chacun d'eux est divisé en lui-même. L'état vibratoire est spécifique à l'esprit supra conscient, extension du principe spirituel dont la fonction est intégrative ; or la dissonance le déstructure et le morcelle, rendant l'euphonie impossible, et provoque une apparente séparation de l'Onde. Comme le système de penser conscient et inconscient se construit avec les matériaux de cette déstructuration, il est primordial d'unifier le supra conscient pour que les accomplissements de l'apprentissage conscient et inconscient puissent s'intégrer.

Après plus de vingt ans d'enseignement pendant lesquels j'ai lu à voix haute ces textes - d'abord en anglais lorsque je vivais encore aux Etats-Unis, puis en français dans ma propre traduction - aux participants des groupes d'étude de A Course in Miracles, j'ai constaté que son contenu ne peut être assimilé par l'esprit égotique tel qu'il est programmé en chacun. La construction même du système de penser de l'ego fait barrage à ce que ce Cours enseigne et le rend totalement hermétique à l'apprenant qui cherche à saisir intellectuellement la recette miracle qu'il espère obtenir par sa compréhension consciente. Et pour cause : assimiler ces principes revient à défaire, à annuler le penser égotique dont le mode de fonctionnement lui fait prendre l'illusion pour la réalité. Ce que son ego, qui est investi dans l'illusion à ses dépens, ne lui permet évidemment pas ; or il n'a aucun contrôle sur son ego qui est maître de son système de penser conscient et inconscient, autrement il ne chercherait pas un moyen pour échapper de ses diktats.

 

C'est pourquoi au début de l'apprentissage, l'enseignement, ne pouvant être analysé et compris par des moyens dialectiques, doit être « entendu » comme l'est une œuvre musicale dans sa résonance profonde et affective. Ainsi le système de penser n'est pas attaqué mais son support même (la résonance supra consciente), le terrain sur lequel il s'appuie, est progressivement transformé, affaiblissant puis annulant l'emprise de l'ego. Cette action invisible sur la structure de l'esprit fragmenté modifie son terrain en lui faisant perdre sa rigidité et sa fixité habituelle qui étaient nécessaires à la préservation du système de penser égotique de l'apprenant. Le dépliement qui s'ensuit défroisse les contractures mentales qui le limitaient et lui permet d'ouvrir son entendement à une nouvelle et plus large compréhension. Cette forme d'enseignement acoustique affecte le niveau supra conscient de l'esprit en réorganisant et en réajustant ses parties déstructurées qui s'en trouveront réalignées et purifiées.

C'est par la prosodie du texte théorique et de celui de la plupart des leçons, ainsi que par l'usage répété du pentamètre iambique si particulier aux vers de Shakespeare qu'aimait tant Helen Schucman, que la résonance d'unisson est transmise à l'esprit supra conscient de l'élève. Ils impriment à la prose une rythmique dont l'euphonie a, entre autres effets immédiats et notables, d'apaiser son esprit dissonant. C'est pour cette raison qu'il est bénéfique que ces textes lui soient lus à voix haute. Rappelons qu'Helen Schucman «entendait» ce monologue (qui fut longtemps un dialogue entre elle et Jésus) qui lui était dicté intérieurement par une voix dont elle entendait le rythme et les intonations. N'en faire qu'une lecture visuelle équivaudrait à ne lire que la partition d'un morceau de musique en se privant de son écoute.

 

 Certes, on peut reconstituer mentalement les sons d'un concerto de Mozart ou d'une fugue de Bach par la lecture des notes qui figurent sur le papier, mais se soumettre à l'amplitude vibratoire des instruments et se laisser emporter par leur développement harmonique a des effets insoupçonnables. Comme les auditeurs d'un concert, les élèves de ce Cours, qui entendent et sont soumis aux vibrations des phonèmes de la voix et du rythme particulier du texte lu, font une expérience qui ne se limite pas uniquement à leur intellect, pas plus qu'elle ne les limite à leur compréhension logique et consciente.

Par une écoute attentive répétée et soutenue de ces lectures à voix haute, l'esprit supra conscient va doucement et aisément accueillir une certaine catégorie de sons qui l'ajusteront à l'accord parfait, indispensable pour distinguer l'autre Voix en lui. Ce thème de la Voix, du son, du « chant oublié » revient constamment dans les textes du Cours, tout comme celui du développement de l'écoute intérieure de la « Voix pour Dieu » qui remplacera la lecture à voix haute.

Le niveau sémantique

L'apprentissage parallèle au niveau du système de penser inconscient se fait naturellement par la pratique quotidienne de chacune des 365 leçons. « Connais-toi toi-même » est le leitmotiv du Cours. Ce travail de connaissance déconditionne le système de croyances inconscientes de l'élève en les faisant émerger à son attention consciente, ce qui lui permet de les reconsidérer et donc de les rectifier. Progressivement, l'élève comprend que le sens qu'il avait donné au monde et à lui-même était basé sur de fausses prémisses et qu'en les confiant consciemment au principe spirituel en lui, elles se défont et disparaissent alors qu'il apprend à s'identifier à ce qui est réel en lui. Son apprentissage, par le moyen des leçons - qui prend généralement bien plus qu'une année -, entraîne l'élève à remettre en question ses croyances démentes auxquelles il ne savait pas qu'il croyait, et dégage petit à petit une idée de lui-même qui n'est pas ce « Je suis » auquel il s'identifie d'habitude. Un autre « Je » apparaît, qu'il est coutume d'appeler l'observateur, ce point neutre et provisoire qui est, en quelque sorte, son pouvoir de choisir.

L'apprenant a longtemps ignoré sa capacité à choisir entre la démence de son système de penser égotique et la raison de son esprit saint. Grâce au dévoilement de l'observateur en lui-même, qui se reconnaît à sa neutralité émotionnelle et au détachement de son regard, il pourra de plus en plus facilement faire ce choix salutaire. Il apprendra donc à compter de plus en plus sur cette partie de son esprit que le Cours nomme l'Esprit Saint, qui réside dans la partie supra consciente de son esprit et dont l'unisson de sa Voix en lui témoignera de ses progrès. Au fur et à mesure qu'il intègrera les leçons qui lui sont données journellement et qu'il apprendra à faire le bon choix, il s'apercevra qu'il n'y avait jamais eu de choix entre la vérité et l'illusion ; il découvrira alors que seule l'unisson de la vérité est. Et la dissonance de l'illusion ne sera alors plus pour lui une option.

Le niveau théorique

Il n'en reste pas moins que parallèlement à l'action qui s'effectue au niveau supra conscient, mais qui requiert tout de même son consentement explicite à écouter, et à l'étude assidue des leçons qui lui révèleront son système de penser inconscient, l'élève doit aussi apprendre au niveau conscient ce que la théorie métaphysique, psychologique et spirituelle et les mots qui l'enseignent signifient, car il lui faudra intégrer le sens renversé que leur donne l'auteur du Cours, puisque ce renversement du sens rectifie l'erreur qui justifiait tout le système illusoire. Les mots ne sont pas les choses qu'ils désignent ; ils sont symboliques (L. 184). Certains d'entre eux désignent des représentations imagées dites concrètes, d'autres désignent des concepts ou des idées abstraites. Un mot n'est jamais la chose elle-même. La confusion entre les uns et les autres est pourtant courante et leur signification rarement clarifiée. En désignant les choses séparées, les mots entérinent et rendent réel ce qu'ils représentent ; ils sont donc au service de la séparation et du système de penser qui en découle.

Le processus d'enseignement de ce Cours passe donc par une redéfinition d'un grand nombre de mots qui sont utilisés au profit du système de penser de l'ego. Puisqu'un sens séparatif fut donné à ces mots, et que leur usage inattentif a renforcé la croyance en entérinant le « fait » de la séparation, l'étude et la pratique attentive du langage redirigera le sens de ces symboles vers une compréhension douce et aimante de la vérité.

Et quoi d'autre que la vérité pourrait conduire à la réalisation consciente que la paix est l'état d'unisson en Soi ?

 

Michèle-rose Wainhouse

 

Source : http://www.rienquedessonges.com

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires