Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 21:02

 

Conférence Gary Renard à Paris. ( Conférence de 15h.)

Transcription de la conférence.

Traduction : Platipus.


* passage ou mot non compréhensible dans l'enregistrement.

Bonjour tout le monde, je m'appelle Gary et c'est ma toute première visite en France.
[...]
Pour commencer je voudrais remettre ce qui se passe et se dit aujourd'hui ; tout remettre entre les « mains » du SE (Saint-Esprit). Me mettre au loin pour ainsi dire. Je voudrais faire cela en vous citant un extrait du Cours En Miracles. C'est comme ça que je mets le SE au volant de l'aventure. Moi, je vais fermer les yeux en récitant et si vous voulez bien laisser entrer la présence du SE en vous je pense que ça nous aiderait bien

 

(T2, chap18, ver2à6)
« Je suis ici dans le but uniquement d'être véritablement aidant, utile »
« Je suis ici pour représenter celui qui m'a envoyé »
« Je n'ai pas besoin de me soucier de ce que je vais faire ou dire »
« Car celui qui m'a envoyé, va me diriger »
« Je me contente de me rendre là où il le désire, en sachant qu'il m'y accompagne »
« Je serais guéri en le laissant me guérir et m'apprendre à guérir ».
Et voilà...
Ah, c'est sympa, parce que là je me suis déchargé... c'est bon... ne pas se soucier de quoi choisir ou faire.

Ce que je voudrais faire c'est vous parler un peu de mes livres et vous verrez que beaucoup de choses qui sont dans mes livres, les enseignements, constituent comme une clarification du Cours En Miracles.
Vous verrez que dans ces livres remontent plusieurs thèmes récurrents, et je voudrais passer en revue plusieurs de ces thèmes.

Je pense que l'idée la plus importante est l'idée d'expérience spirituelle. Car il n'y a que l'expérience qui puisse rendre véritablement heureux. Les mots ne peuvent pas vous rendre heureux. La théologie non plus. Et le Cours En Miracles dit que les mots ne sont que des symboles de symboles. Ils sont éloignés de la réalité par 2 niveaux... donc, si on y réfléchit, comment, bon sang !... comment des symboles de symboles pourraient nous rendre heureux. Comment est-ce que cela pourrait apporter un sentiment de complétude, de plénitude, de satisfaction, de paix*... ils ne peuvent car il ne s'agit que de mots...
Hors ce qui vous rendra effectivement heureux, c'est une expérience* de la Réalité.

Mais une simple description de la Réalité ne vous rendra pas heureux. Car là, il ne s'agit que de paroles. Mais, ce qui vous rendra heureux c'est une expérience de la Réalité. Car la Réalité dont je parle, c'est quelque chose qui est plein, complet, dont il ne manque rien; entier. Et la Réalité dont je parle est ce que le Cours appellerait Esprit. Mais le Cours En Miracle, n'utilise pas le mot esprit comme il est couramment utilisé. Le Cours rattache sa propre signification aux termes.

Souvent quand on dit esprit, c'est plus proche du concept de l'âme [qu'il n'y parait]*. Donc, lorsqu'on parle de l'esprit qui sort du corps, c'est l'idée de quelque chose qui continue après la mort. La seule chose qui perdure après un décès, ressemble d'une manière bizarre à cette chose que je viens de citer. Dans cette idée là, il y a la séparation. Car l'âme requiert une réalisation*, une existence individuelle [ndlr : séparée]. Et en faite, c'est ce que le Cours En Miracle appelle l'ego. Ce qui signifie une existence séparée de sa source. L'ego est l'idée de la séparation.

L'Esprit dont je parle est quelque chose qui n'est pas séparé de sa source.
En faite, il est exactement identique à sa source.
Et sa source qui est Dieu, est quelque chose qui constitue l'unité parfaite.
Dans un Cours En miracles, on peut dire que les mots comme le Ciel, Dieu, l'Esprit sont complètement synonymes.
Et le Cours En Miracles décrit le Ciel comme étant une condition de parfaite unité. Dans la connaissance du fait qu'il n'existe rien d'autre en dehors de cette unité et rien d'autre à l'intérieur. Lorsque le Cours utilise le mot esprit c'est d'un concept qu'il parle.

Ce qui est dit c'est que, ce que vous êtes, ce qu'est votre Réalité, n'est rien d'autre que Dieu tout simplement.
Votre Réalité en faite, c'est quelque chose qui serait une parfaite unité avec Dieu, quelque chose de totalement illimité, immortel, invulnérable, quelque chose qui ne peut être affecté, diminué, menacé par absolument rien de ce monde. Il est tout à fait possible de faire l'expérience de cette réalité tout en étant dans ce monde, en étant dans un corps physique. Et c'est bien cette expérience là qui vous rendra effectivement heureux, car il s'agit de plénitude, de complétude... Ce qui fournit également la réponse à toutes nos questions les plus difficiles...

Quelqu'un me pose souvent la question du genre : « comment ça se fait que je suis ici ? », et je lui réponds, d'après le Cours, « vous n'êtes pas ici », « bon, oui d'accord, mais comment j'en suis arrivé là ? »... Il y a dans un chapitre du Cours (faut savoir que l'auteur du Cours, c'est J, Jésus), et J dit, effectivement, l'ego va poser toutes les questions auxquelles le Cours ne répond pas !.

« Comment l'impossible s'est-il produit », et par l'impossible, il veut dire, comme quoi nous pourrions être séparé de notre source. Ensuite il dit quelque chose de très intéressant : « il n'y a pas de réponse, il n'y a que dans l'expérience, recherchez uniquement cela et ne vous laissez pas retarder par la théologie ». Ce qu'il dit là, c'est que la véritable réponse à nos questions les plus épineuses, ne va pas nous venir sous la forme de paroles, ni sous la forme de concepts intellectuels, mais va venir sous la forme d'une expérience, d'une expérience de ce que nous sommes véritablement. Et ça c'est la véritable réponse à toutes nos questions. Car dans cette expérience, tous nos questionnements disparaissent. Et c'est bien cette réponse là qui nous satisfera.

J dit bien que la théologie n'est pas quelque chose qui nous rendra heureux... une théologie universelle est impossible, mais une expérience universelle n'est pas seulement possible mais essentielle.
Ensuite, il précise que c'est vers cette expérience que le Cours vise à nous amener...

Lorsque les gens découvre le Cours En Miracles, ça a l'air de prime abord très intellectuel. Mais on voit bien que si on utilise les mots de la manière dont on vous indique à le faire... ces mots sont conçus pour vous amener à l'expérience qui est au-delà de toutes paroles. Ce qui facilite cette expérience, c'est quelque chose que le Cours appellerait Pardon. Mais encore une fois le mot Pardon, n'est pas utilisé dans le Cours comme l'approche couramment utilisé. La plupart des gens utilisent le mot pardon, s'il l'utilise, plutôt pour évoquer l'idée de séparation. Quelque chose du genre : « bon ! je te pardonne... mais effectivement tu as fait une grosse faute... (il est très hautain), c'est chez toi qu'est le problème, mais... je te pardonne, moi je suis meilleur que toi... et moi... j'ai Jésus avec moi... pas toi... peut être qu'un jour, si tu es d'accord sur tout, et bien sur si tu es chrétien... pas n'importe chrétien... la branche qui est la juste... cad la mienne... peut être qu'un jour aussi, tu pourras aller au ciel.. mais bon j'en doute... »

C'est ce genre de pardon qui préserve intacte dans l'inconscient beaucoup d'idées. Beaucoup de gens présupposent que c'est le conscient qui est le plus important. Effectivement, il est important de savoir de quelle manière on utilise le conscient, mais c'est pas ça qui est votre moteur...

Il existe un niveau plus profond de l'esprit, qui est entièrement sous la surface. La conscience c'est comme la partie visible d'un iceberg. Et la plupart de l'esprit est caché, en dessous de la surface, de même que la majorité de l'iceberg est sous la surface. Chacun de nous a un océan d'inconscience dont il n'a pas conscience. Car s'il en avait conscience, ce ne serait plus de l'inconscience... et c'est ça qui est le carburant qui fait fonctionner le moteur du monde entier... C'est lui (l'inconscient) qui est responsable de toute la folie que nous voyons quotidiennement dans le monde, toutes les guerres, la criminalité, les massacres, les problèmes personnels des gens, les dépendances, tout ça est dirigé par quelque chose que les gens ne voient pas. Pour l'instant nous allons utiliser un terme globale pour décrire tout ce qui est là dans l'inconscience : la culpabilité. Une culpabilité massive qu'on peut remonter très très loin, jusqu'à l'idée originale : que nous serions séparé de notre source.

Et tant que l'inconscient ne sera pas guérit... il y a bien ce fameux dicton : « plus ça change, plus c'est pareil »... plus donc cette culpabilité va continuer à être consommée (recyclée)... Mais il existe une manière de guérir cela.

Il y a une manière d'utiliser le conscient pour modifier ce que l'on a dans son inconscient... mais nous ne pouvons pas le faire seul, si nous essayons de le faire seul, nous ne ferons que renforcer l'idée de séparation.

Donc, le genre de pardon dont nous allons parler aujourd'hui, est une autre forme de pardon, qui n'est pas basé sur l'idée de séparation, mais sur l'Unité, d'être complet, entier...
Par exemple dans cette forme de pardon, le point de départ, c'est se vivre en tant que cause et non pas un effet des choses.

Et c'est pour ça que le Cours se dit être un Cours sur la cause et non pas sur l'effet. La plupart des gens passe sa vie entière à creuser dans l'effet ; bien sur que le monde est réel, alors les problèmes sont aussi réels. Si les problèmes sont dans le monde, là, à l'extérieur, les solutions doivent s'y trouver aussi... Mais le problème n'est pas là, à l'extérieur...

Si vous avez lu mes livres, vous savez que j'adore le cinéma... c'est mon passe-temps préféré. Donc, je suis au cinéma, et mon attention est attirée par l'écran, et je commence à me laisser embarqué par l'histoire... un moment, je dis « non, non, ne rentre pas là... !» mais j'oublie que sur cet écran, il ne se passe rien, et si je voulais changer quelque chose à ce qui se passe sur cet écran, ça ne m'aiderait pas beaucoup d'aller bidouiller quelque chose sur cet écran...j'aurais peut être un impacte temporaire... car la chose qui crée l'image que je vois sur l'écran va continuer à tourner.


Si je voulais avoir un effet permanent sur l'écran, il faudrait que je me souvienne de quelque chose : qu'il y a un projecteur là-bas derrière... il est bien caché au fond... mais si je voulais modifier de manière permanente ce qui est à l'écran, il faudrait que je trouve le projecteur et que je change ce qui est dans le projecteur... à ce moment là, je serais remonté au niveau de la cause. Et ce que nous regardons là, à l'instant même, c'est également une projection... Pour la plupart des gens, non seulement ils ne trouvent pas le projecteur, mais ils ne savent même pas qu'il existe... Et c'est là que le projecteur est caché dans l'inconscient... c'est de là que vient la projection que l'on visionne à travers le conscient. Et l'on oublie complètement que le film que nous regardons, ça nous appartient, c'est nous qui l'avons créer, c'est notre film... et donc on subit le film au lieu de le vivre comme en en étant à l'origine.

Les grands maîtres spirituels comme le Bouddha, ou Jésus partait d'un autre point de départ que le reste du monde. Ils comprenaient quelque chose que la majorité des gens n'ont jamais compris. Ils comprenaient que le monde n'est pas quelque chose qu'on leur faisait (subir)... mais c'est quelque chose qui est fait par eux. Que ce n'est pas quelque chose qui venait vers eux, ce qui a tendance à mettre l'esprit dans un état de réaction. Mais que c'était quelque chose qui venait de chez eux, les plaçant à l'origine de la chose.

Et le résultat de tout cela, c'est une autre forme de pardon. Dans ce genre de pardon, on pardonne aux gens non pas parce que ils ont fait quelque chose, qu'on y peut rien... on leur pardonne parce qu'en faite, ils n'ont rien fait. Car, en premier lieu, c'est nous qui avons tout inventé et placé ces gens là... pour une raison qui nous paraissait bonne au départ... mais qui s'est avérée être une erreur. Donc si vous êtes cause et non pas effet, le pardon s'utilise... mais si vous subissez l'événement, le pardon ne peut être justifié... pas vraiment... car votre attitude c'est qu'on vous a fait quelque chose vraiment, ce qui veut dire que vous être une victime. Mais comme dit le Cours, je ne suis pas victime du monde que je vois, car c'est moi qui en suis à l'origine... donc, le pardon est justifié... ainsi, de la même façon, la colère n'est jamais justifiée.

Ça ne veut pas dire que vous ne vous mettrez plus en colère, il est dit que ce n'est pas justifié... il suffit qu'on se souvienne de cela, et plus vite on pardonnera et moins on souffrira... donc ce genre de pardon a une origine tout à fait autre... la plupart des gens vivent leur vie comme victime, en la subissant... et ils supposent que ce monde fut créer par Dieu... Si ce monde là est effectivement créé par Dieu, vous serez alors victime de Dieu... vous serez victime d'une force extérieure qui vous aurez fait ces choses là... Mais si le monde provient de l'intérieur de vous, Dieu est innocent... Ce que fait Jésus dans le Cours, il nous donne l'image d'un Dieu qui est amour parfait. La bible dit aussi que Dieu est amour parfait, mais dans les mêmes pages, il nous dépeint un Dieu assassin, qui veut se venger, qui aime régler des comptes... et moi, je soupçonne cette vision d'être au niveau humain, mais Dieu n'est pas humain, il ne pense pas comme un humain, il est vraiment amour parfait. La seule chose que l'amour parfait sait faire est l'amour parfait... s'il pouvait faire autre chose que l'amour parfait, ce ne serait pas l'amour parfait. Le Cours nous donne un Dieu d'amour parfait... ce qui fait qu'on a notre demeure en Dieu qui est parfaite.

Et nous devrions nous réjouir que Dieu n'ait rien à voir avec ce monde... car sinon Il serait aussi fou que nous... Ce que le Cours En Miracles nous donne, c'est une manière de défaire l'idée de séparation d'avec Dieu. Le Cours nous montre comment rentrer au bercail, dans un monde parfait. Comme dans l'histoire du fils prodigue... Jésus dit écoutez bien cette histoire... rappelez vous cette histoire... ce fils qui se dit, « tiens ça serait une bonne idée de m'en aller, je quitte la maison de mon père », n'oubliez pas qu'il n'a pas été viré, il a décidé de partir, si je faisait mon truc... c'est ce « je », l'idée d'individualité, d'existence personnalisée... il part, et ne rencontre que la pénurie... on ne peut vivre la pénurie dans l'unité parfaite, on ne peut pas la trouver, on a tout... lorsqu'on sort de l'unité, on ne trouve que l'individualité... au lieu d'unité, on la dualité, plusieurs sujets et objets... alors qu'avant, dans l'unité parfait, il n'y avait que Dieu... alors maintenant, il y a vous et Dieu... le résultat de cela, c'est que cela crée des opposés... au Ciel, il n'y a pas d'opposé... le contraire de l'amour, c'est la peur... mais ce qui englobe le tout, ne peut avoir d'opposé. Dans le monde de la dualité, il n'y a pas que de l'abondance, on a également de la pénurie, et elle va se manifester inévitablement à un moment donné. Dans le monde des contraires, on a pas que la vie, on a également la mort, et cette mort est obligée de se manifester inévitablement un jour... Il n'existe pas de mort au ciel, aucune pénurie, car il n'y a pas de division, de séparation... mais dans ce monde-ci, nous avons des contraires, donc on va finir par se heurter à la mort et à la pénurie...

Et c'est la véritable raison pour laquelle dans le livre de la Genèse, on trouve, « vous ne mangerez par du fruit de l'arbre de la Connaissance et du bien et du mal, car le jour où vous en mangerez, vous mourrez »... le bien et le mal, sont des contraires... là où se trouve des opposés, il y a la mort... hors au Ciel, il n'y a que la vie, il n'existe pas de vie en dehors du Ciel. Comme le Cours le dit, là où Dieu a créé la Vie, là doit être la Vie... Nous supposons qu'ici, ce trouve la vie... mais en faite, il s'agit d'une projection de la vie... s'il n'y a pas le pouvoir de Dieu derrière, tout finira par se décomposer et mourir...

Le but principal dans le Cours En Miracle, n'est pas d'améliorer votre vie mais l'ironie quand même, c'est qu'en suivant le Cours, accessoirement votre vie risque de s'en trouver améliorée... mais vous aurez transférer votre focalisation non plus sur l'écran mais sur le projecteur... et le résultat final est de rentrer chez soi, auprès de Dieu...

Vous vous souvenez que le fils prodigue, finit par gagner sa vie en donnant à manger aux porcs... il aurait bien eu envie de manger ce qu'il donnait aux porcs... mais lorsqu'il se réveille, il se rend compte qu'il n'existe qu'un seul problème, le problème fut son départ de chez lui... et donc la solution est de rentrer chez lui... mais il rentre avec des idées bizarres sur lui... il se croit coupable... il pense qu'il a péché contre Dieu, il se croit indigne de son père. Mais peut être que si je rentre chez mon père, il me laissera commencer en bas de l'échelle et regagner son estime... et il ne comprend pas ce fils, que Dieu ne partage aucune de ses idées qu'il a à son sujet, et pourquoi ? Parce que Dieu est toujours amour parfait... Et l'amour parfait ne peut faire que dans l'amour parfait...

Donc, dans l'histoire de Jésus, le fils prodigue rentre, et son père l'aperçoit au loin... et le père court vers lui et le prends dans ses bras... le père dit « mon fils était mort, et maintenant il est à nouveau vivant »... et ils commencent à faire la fête... Dieu aime faire la fête... et Dieu n'a qu'une envie, c'est que nous rentrions au bercail... nous sommes comme le fils prodigue, c'est que nous nous croyons coupable... et dans certain cas, cette croyance n'arrive même pas au niveau conscient... cette croyance est inconsciente...

Ce genre de pardon dont je parle, c'est un pardon qui accomplit certaines choses [je comprends pas la traductrice*]... c'est une idée qu'on peut retrouver dans la kabbale... une idée qu'on inventa dans le mysticisme judaïque... pour ceux qui ne serait pas encore au courant, Jésus n'était pas chrétien... c'était un mystique juif... et l'idée fondamentale dans le mysticisme judaïque, le ciel c'est la proximité avec Dieu, et l'enfer l'éloignement de Dieu... Jésus aimait bien rire quand même... mais il ne faisait aucune compromissions... il allait au fond des choses... Pour Jésus, le Ciel est l'unité parfait avec Dieu, et l'enfer serait tout ce qui est séparé de Dieu... cela réduit tout a un seul choix, soit on a l'unité parfaite avec Dieu, soit on a tout autre chose... tout autre chose c'est l'enfer... beaucoup de gens se soucie d'aller en enfer... mais ils n'ont pas compris, ils y sont déjà... Car dans la pensée de Jésus, le seul paradis possible c'est l'unité avec Dieu, tout autre chose c'est l'enfer... et c'est pour ça que le pardon qu'il enseigne dans le Cours en Miracle, est conçue pour vous ramener à cette unité parfaite... Dans l'évangile selon Thomas qui fut le premier évangile, Jésus a utilisé le mot plénitude, car en anglais dans le mot Holly (saint), il y a le mot all (entier et plein)... cela veut dire la même chose.

Et dans la forme de pardon que pratiquait Jésus, il comprenait l'idée de parfaite unité avec Dieu mais avait également aussi conscience de l'existence de l'inconscience et c'était grâce aux expériences mystiques qu'il avait faites... il comprenait que notre inconscient connaît tout... notre inconscient a conscience de toutes informations qui existent depuis toujours dans le monde spatio-temporel... Jésus comprenait très bien les enseignement du Bouddha et notamment le concept de défaire l'ego... Dans le Cours, le salut c'est le défaire... la bonne nouvelle dans le monde, c'est qu'on a pas besoin de lutter pour être parfait, vous êtes déjà parfait... la seule chose que vous ayez à faire, c'est de défaire le faux vous... si vous défaisiez la fausse image de vous, il ne resterez que le vrai vous... le Cours dit, ce Cours n'a pas pour but d'enseigner la signification de l'Amour, car cela est au-delà de ce qui peut être enseigner... mais il vise à enlever les obstacles qui empêche l'Amour, et c'est notre héritage naturel et rien de moins... et ça c'est le but d'Un Cours En Miracles...

Alors votre inconscient connaît tout... une des choses qu'avait compris le Bouddha et Jésus, c'était le concept de l'ego... comme quoi il n'existe qu'UN seul ego, qui apparaît sous la forme de la multitude... on a donc un seul être qui croit être séparé de sa source et il se présente sous de multiple apparition... c'est ce que les indous appellent le monde de la multiplicité... il n'y a qu'un seul individu qui se croit ici, c'est vous cet individu, il ne s'agit pas de quelqu'un d'autre... il n'existe pas quelqu'un d'autre, il n'y a que la projection des autres... mais il n'existe qu'un seul projecteur... et c'est pour ça que nous percevons tous cette salle, une seule salle, ensuite l'ego se divise et chacun de nous voit cette salle sous un angle différent... et si nous partons d'une perspective différente, nous finirons tous par avoir une interprétation différente, et en ayant tous une interprétation différente, ça finira par poser problème... et l'un de nous devra mourir !... car c'est ça le prolongement logique de l'ego... le système de pensée de l'ego n'est pas basé sur l'unité, la plénitude mais sur la séparation et la division...

Et le système de pensée qu'utilisaient les gens comme Jésus et le Bouddha, était basé sur l'unité. Donc, Jésus avait compris la véritable nature de Dieu... et que les gens croyaient être séparé de Dieu... mais que cela n'était jamais vraiment possible sauf dans les illusions des gens.

Le Cours dit vous êtes chez vous en Dieu et vous rêvez d'exil mais vous êtes parfaitement capable de vous éveiller à la Réalité... Et c'est pour ça que le Bouddha disait « Je suis éveillé ». Il s'éveilla à la réalité, son ego s'était complètement défait... Et Jésus a réalisé le même parcours... Et par son amour de Dieu... il a rajouté un petit morceau supplémentaire... Ce qui est sur c'est que Bouddha avait compris Dieu, mais il décrivait ça comme le Tao... le Tao c'était une tranquillité immobile absolue... et cette tranquillité totale existe parce qu'elle est parfaite... si elle bougeait ou changeait, elle ne serait pas parfaite, elle serait en évolution... et quelque chose qui continue à évoluer n'est pas parfait... Et c'est pour cela que Platon disait « le bien est Un et que cela ne peut pas changer »... le Cours dit ce qui est parfait est éternel et ne peut ni changer ni être changer... Donc l'expérience du Ciel, n'est pas une expérience qui s'enchaîne avec autre chose, elle est simplement... il n'y a qu'une expérience d'unité parfaite qui ressemble à un orgasme éternel... et en faite nos relations intimes dans ce monde sont une pâle imitation inventée de la relation parfaite d'avec Dieu...

Donc Jésus disait tout comme dans l'histoire du fils prodigue, que les gens s'imaginent coupables... mais lui Jésus, au lieu de penser comme le veut les gens, s'appliquait à penser comme Dieu... ce que font la plupart des gens c'est qu'ils abaissent Dieu à leur niveau, mais ce que nous avons besoin de faire c'est nous élever jusqu'à son niveau... et puisque Jésus comprenait tout ça, il a décidé qu'il allait vivre en voyant les gens tels qui sont en réalité plutôt que comme ils se croyaient être devenus.

Donc chaque fois que Jésus était en interaction avec quelqu'un, il pensait à la personne non pas comme un corps physique, non pas comme un être humain, et comme étant rien de moins que Dieu... il passait outre le corps en apparence séparé, et il voyait l'autre comme étant totalement innocent et il savait bien qu'il fallait que cela s'applique à tous... même pour Judas... car pour que cela ait une réalité dans notre vécu, il faut que cela soit universel... sinon ce n'est pas total, pas complet... et lorsque Jésus disait qu'il avait dépassé le monde, il voulait dire qu'il avait pardonné complètement le monde... si vous pardonnez de manière partiel, vous serez partiellement pardonné...

Et c'est pour ça que dans le Cours, Jésus dit que l'innocence n'est pas un attribut partiel... mais uniquement lorsque cela devient une perspective avec une implication universelle que ça devient la sagesse, car vous ne pouvez le vivre qu'ainsi et pas autrement... Car Jésus s'était rendu compte que si un seul « dort » ici et si l'inconscient sait cela aussi, et si je traverse ma vie, en jugeant et condamnant les autres, même si c'est dans la subtilité, même si c'est pas exprimé, juste dans les pensées, qu'est-ce que je fait ? en faite je suis en train de me juger et me condamner moi-même... car il n'existe réellement personne en face, à l'extérieur pour projeter tout cela... c'est un piège de l'ego... car il y a un aspect de l'ego que nous ne connaissons pas... l'ego aime bien cette idée de séparation, il a besoin de perpétuer cette idée... (son illusoire existence en dépend)...

 

Alors, si je roule sur l'autoroute, et que quelqu'un me fait une queue de poisson, et que je dit « ah le salaud ! », c'est moi, que je viens de traiter de salaud sans m'en rendre compte... en apparence c'est là-bas que je l'envoie, mais comme il n'y a personne réellement en face... donc mon inconscient qui sait que nous sommes Un seul ici, il va interpréter ce message de moi, à moi-même, sur moi-même et ça va déterminer comment je vois et me perçois...
Les gens demandent pourquoi ils dépriment... hein ?

Ils ne comprennent pas que c'est à cause de toutes ces pensées pourries qui les remplissent depuis toujours... et c'est pour ça que le Cours dit qu'un esprit non formé ne peut rien accomplir... vous êtes bien trop indulgent avec vos errances mentales...
Comment vous vous sentez est déterminé par vous-même... et c'est fonction de comment vous percevez les autres... il y a une loi de l'esprit très importante dans le Cours que nous confie Jésus : « tel que vous le voyez, ainsi vous vous percevrez »...

Et une fois que vous avez compris cela, je pense que vous allez commencer à faire plus attention par rapport à vos pensées sur les autres... car en faite, vous ne faites que vous jugez vous-même par ces pensées... ce qui va déterminer votre perception de vous-même, comment vous vous sentez et même va finir par déterminer l'identité que vous vous fixez... car si c'est vrai que selon cette loi, tel que vous voyez l'autre, ainsi vous allez vous voir... que si vous croyez que l'autre est un corps, alors vous êtes un corps, si vous croyez que l'autre est coupable, alors votre inconscient va traduire que vous êtes coupable... c'est incontournable...

Donc Jésus vivait cela toute sa vie, en restant dans la vision des gens comme ils sont vraiment... ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas eu des relations normales avec des corps physiques... il a été marié avec Marie-Madeleine... ça ne veut pas dire que vous n'allez plus vivre des relations intimes ou amicales... ça veut dire que vous allez percevoir les autres, penser aux autres, comme étant des esprits parfaits, même si le monde est une illusion, ce qui était toujours enseigné par les indous et bouddhiste... et cette vérité sera confirmé de nos jours pas de nombreux physiciens quantiques... et d'ailleurs il y a beaucoup de physiciens qui prouverons* qu'il est impossible que cet univers soit ici... d'ailleurs ça ne veut pas dire qu'on doit continuer à vivre sa vie en disant que tout ça, ça n'a pas d'importance... car s'il est vrai que tel vous voyez l'autre, ainsi vous allez vous voir... et si vous voyez le monde et les autres comme étant juste qu'une illusion, alors vous finirez par vous voir vous-même comme une illusion, vous finirez par vous retrouver dans un sentiment de vide et de solitude et probablement de dépression...

Et donc pour commencer, ce serait d'aller peut être vers ce que beaucoup de gens disent : namasté... traduit comme : « la divinité en moi s'incline devant la divinité qui est en toi »...

Donc c'est une bonne idée déjà, mais c'est encore trop limité... la véritable signification de ce mot là, devait être : « toi, tu es la divinité, mais tu n'es pas limité à un grain de poussière dans le spatio-temporel »...

Jésus percevait chaque personne, pas seulement comme en faisant parti de la chose, mais il voyait la personne comme en voyant le tout. Donc, même si il a eu des relations normales avec les gens, il voyait la personne comme incluant tout, rien de moins que le tout, et c'est ainsi qu'il arrivait à se percevoir lui-même... il voyait l'innocence partout... il voyait l'esprit partout... et quand je parle de voir, je parle pas de la perception des yeux du corps... je parle de voir au niveau spirituel et par la manière de pensée...
Et le Cours dit : « ne cherchez pas à changer le monde, cherchez plutôt à changer votre perception du monde »... l'ironie, c'est que si vous changer le projecteur, la projection va peut être aussi être modifiée, mais c'est pas sur cela que l'on se focalise... on se focalise dorénavant sur la cause et non pas sur l'effet...

Et l'on se rend compte que la manière de changer le film qui tourne dans le projecteur, c'est de transformer sa vision du projecteur... car dorénavant vous avez à faire à l'esprit...
Je ne dis pas qu'il ne faille pas prendre plaisir dans la projection... quand le film finira, je sais qu'il ne s'agit pas de la Réalité... mais ça ne m'empêche pas de m'amuser...
Car lorsqu'on pratique cette sorte de pardon quoi qu'il se passe, c'est que c'est vous qui êtes pardonné... ce n'est peut être pas ce dont ça à l'air... mais en faite à chaque fois que vous pardonnez à quelqu'un, vous êtes pardonné en même temps par le Saint-Esprit... à condition que vous utilisiez la forme de pardon qui est basé sur l'unité... et non pas l'autre modèle souvent utilisé...
Et au fur et à mesure que vous êtes guéri, la culpabilité dont je parlais tout à l'heure est automatiquement enlevée de votre inconscient... donc progressivement on se retrouve à trimbaler de moins en moins de culpabilité... ce qui fait qu'on prend de plus en plus de plaisir à vivre, et pas moins qu'avant...
[...]

Et lorsque les gens commencent cette forme de spiritualité, ils ont l'impression qu'on leur demande de renoncer à quelque chose... mais non... au fur et à mesure qu'on pardonne et que votre ego est défait, à la fin toute l'ancienne culpabilité sera dégagé de votre inconscient, et donc vous n'avez pas besoin de renoncer au monde... il n'existe pas de monde !
Et pourquoi ? Parce qu'il s'agit en faite d'une projection... il n'existe pas d'univers dans l'espace et le temps... il n'existe qu'une projection d'un univers spatio-temporel... les amérindiens disait autrefois « contemplons le grand mystère », le Cours dit « contemplons la grande projection ! »...
Donc vous n'avez pas besoin de renoncer à quoique ce soit dans cette projection... si vous croyez que vous devez renoncer à quelque chose, vous lui donnez autant de réalité qu'avant... si vous donnez réalité à ce monde, c'est que vous avez envie de le garder...

Donc, la bonne nouvelle, c'est que l'on peut avoir le beurre et l'argent du beurre, aussi... on peut vivre sa vie normalement, avoir tout ce que l'on aurait eu de toute façon... mais simplement la perception de ces choses est dorénavant différente...
Et grâce à cette perception différente, on va finir par s'éveiller... quelqu'un me dit, par exemple, Gary : « si je vivais dans cette spiritualité, et si tout ça est illusion, j'imagine que j'aurais à renoncer à faire l'amour, l'art, l'argent et plein de choses que j'adore »... j'ai dit « j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer... d'ici 30 ou 40 ans, il va falloir que de toute façon vous y renonciez ! car le corps, lui, ne va pas tenir à tout jamais... donc pourquoi pas profiter de ces 30 ou 40 ans, pour mettre en place quelque chose qui lui va durer éternellement... »

L'ironie là-dedans, c'est que chemin faisant, non seulement, on se rend compte qu'on peut garder toutes ces choses qu'on aurait eu de toute façon... mais qu'en plus, en prime, on va y trouver plus de plaisir... donc difficile d'être perdant dans ce type de spiritualité... En faite il ne s'agit que de cela, d'une spiritualité...
Le Cours En Miracle n'est pas une religion, c'est un Cours d'auto-etude, que l'on fait en autonomie, entre soi-même et le Saint-Esprit, ou Jésus si vous préférez... ce n'est pas quelque chose auquel il faille croire... ce n'est pas quelque chose qu'il faille partager avec d'autres, pas forcement, sauf si par choix personnel, on a envie d'en parler... mais ça relève d'une décision que vous prendrez avec le SE...
Ce n'est pas quelque chose où l'on trouve beaucoup de règles... c'est une manière de défaire l'ego qui vous permet de vous réapproprier votre puissance...

Pour Jésus, l'essentiel était toujours de permettre à l'autre de révéler et rétablir sa propre puissance... il ne fut jamais son intention de fonder une religion...
Mais ce que font les gens, après la vie d'un grand maître spirituel, ils supposent qu'ils avaient compris ces enseignements, bien que ce ne soit pas le cas, et ensuite, ils concoctent une religion basée sur leur propre interprétation à eux... et plutôt que de suivre l'exemple de Jésus, ils ont inventé quelque chose qui empêche les gens de suivre son exemple... c'est pour ça que Nietche à dit « il n'y eu qu'un seul chrétien, et il est mort sur la croix »...
Je ne suis pas là pour dire que le type de pardon que pratiquait Jésus est facile à faire... mais c'est faisable... Et une chose que fait le manuel pour enseignant du Cours, il entraîne et forme l'esprit pour y arriver...

Donc, tout à l'heure, en partant d'ici, je vous suggère de vous rappeler les choses suivantes : « tel que vous voyez l'autre, vous vous verrez »
Et vous avez le pouvoir de changer votre perception de vous-même et vous finirez par vous réveiller en Dieu...

Je vais vous donner un exemple de mon 2eme livre... comment je perçois les gens... lorsque vous allez rencontrer quelqu'un, je vous propose d'essayer cette vision de la personne, ça se fait en silence et intérieurement... quoique vous fassiez, je vous en supplie, ne dites pas à quelqu'un que vous êtes en train de lui pardonner... ça va vraiment le faire suer... c'est un pardon qui se fait toujours au niveau de l'esprit et jamais au niveau du monde... Tout l'enseignement du Cours En Miracles devrait être appliqué au niveau de l'esprit et non au niveau du mental... c'est pour cela que le Cours dit ne cherchez pas à changer le monde... mais votre perception du monde... En ce qui concerne les choix personnels que vous faites au cours de votre vie, ça devrait se négocier entre vous et le Saint-Esprit, ça ne regarde que les 2... au fur et à mesure de votre pratique, votre mental revient au niveau de votre esprit, et vous avez davantage accès à des idées élevées, inspirées...
Donc, tranquillement, quand vous aurez le temps d'y réfléchir, voyez une manière que vous pouvez envisager pour percevoir quelqu'un d'autre... je vous propose les 3 phrases suivantes :

« vous êtes pur esprit »
« entier et innocent »
« tout est pardonné et libéré »

Et à un moment donné, vous pouvez vous rappeler, que c'est vous-même qui bénéficiez de ce pardon...
Car s'il est vrai que tel vous voyez l'autre tel ainsi vous vous voyez, alors si l'autre est pur-esprit, votre inconscient finit par traduire ça comme quoi vous, vous êtes pur-esprit...
Si l'autre est entier et innocent, alors vous, vous êtes innocent...
Si l'autre est pardonné et libéré, alors vous, vous êtes pardonné et libéré...

Donc, c'est vraiment un cadeau que l'on se fait à soi-même... vous n'êtes pas obligé de ressentir le moment même où vous le faites... parfois, vous en ferez l'expérience à retardement...
Pardonnez lorsque vous portez un jugement sur quelqu'un... lorsqu'on porte un jugement, on peut se sentir bien parfois... le seul problème c'est que 3 ou 4 jours plus tard, vous aurez peut être mal au ventre ou un accident de voiture... parce que vous n'aviez pas compris qu'à ce moment là vous condamnez vous-même... ce qui dans votre inconscient vous donne l'impression d'être coupable et indigne...

Parfois, lorsqu'on pardonne à quelqu'un, vous ne vous sentirez pas forcement très bien... et vous pourrez vous dire des fois, mais pourquoi j'ai pardonné à ce salaud là... mais si vous pardonnez, peut être que 4 ou 5 jours plus tard... vous allez vous retrouver tranquillement chez vous... et sans aucune raison, tout à coup, vous vous sentez archi bien... sans savoir d'où ça vient... on se sent en paix... et vous vous rendrez compte que vous vous sentez tellement bien parce que vous avez fait ce pardon là...
Et si vous le pratiquez de plus en plus, à un moment donné quelque chose va se produire... qui autrefois vous contrariait toujours... ça va se produire... face à cette situation, vous serez étonné de voir que vous n'êtes pas contrarié...

Je me mettais toujours très en colère sur l'autoroute, lorsque quelqu'un se collait juste derrière... je détestais, je faisais ce geste dans le rétro [le majeur dressé]... et un jour, sur l'autoroute, ça n'a pas loupé, quelqu'un s'est collé juste derrière... j'ai regardé dans le retro... j'étais sur le point de réagir... et j'ai pas fait... et j'ai pris conscience que ça ne m'a pas dérangé...
[...]

Dans ce genre pardon, il y a énormément de liberté... de libération... autrefois, j'avais une peur bleue de me lever et de prendre la parole en public... maintenant ça ne me dérange pas plus que de prendre ma brosse à dent... et ça devrait être ainsi... il est possible d'arriver au stade, où un jour on vit sa vie entière, sans aucune peur... et ça c'est quelque chose qui est inestimable...
Si vous étiez et viviez plus en paix, qu'est-ce que ça ferait au niveau de votre pensée*, de votre cœur, tension artérielle, est-ce que ça changerait votre capacité à réfléchir, à résoudre des problèmes...

L'ironie là-dedans, c'est lorsqu'on voit plus clair, on résout mieux les problèmes... on va finir par être plus efficace dans le monde...
Donc c'est un système qui est efficace et qui marche sur tous les tableaux... à tous les niveaux... et l'on garde le bénéfice de rentrer chez soi, auprès de Dieu...

[Gary montre les livres... la conférence touche à sa fin...]

Encore un grand merci à Platipus pour son travail de Titan...

 

SOURCE : le blog MONDE RELLE de RAKSHA : http://mondereel.over-blog.net

Partager cet article

Repost 0

commentaires