Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES - accueil: cliquez ci-dessous
  • AXIALMEDIA - UN COURS EN MIRACLES -  accueil: cliquez ci-dessous
  • : l'éveil spirituel sous l'angle non-duel d'un Cours en miracles. DATE DE CREATION: 01/01/07 ________________________ contact: christalain.1000@wanadoo.fr ________________________ Ecrivez-moi pour tout commentaire, suggestion, encouragement. merci.
  • Contact

Un cours en miracles


Vous pouvez rejoindre la  famille  du "COURS EN MIRACLES" (et de la non-dualité authentique) en me contactant directement pour des rencontres "réelles dans l'illusion" , notamment dans la région "Ain, jura, Rhône, Haute-savoie". Consultez l'annuaire
A bientot !  
Christalain

 

 

 Cliquez sur la photo :


"La connaisance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montre aussi clairement que tu es libre" . UCEM

 

Bienvenue sur Axialmedia, blog dédié à l'exploration de la conscience, à la connaissance de "Soi". Une approche holistique à travers des articles, des partages à la fois personnels et collectifs. Un peu d'analyse, un peu de poésie, un peu de littérature, un peu de philosophie, un peu de psychologie, beaucoup de métaphysique...  un peu de tout ce qui peut favoriser le rappel de notre véritable nature. Présentation générale du blog ici. Mais Axialmédia, c'est surtout une approche de l'éveil  dans l'esprit non-duel d'Un Cours en miracle: radicale et sans concessions.  A ce propos, avant la lecture de tout article en rapport direct avec le Cours en miracles, il est vivement conseillé de consulter cet article. Pour tout commentaire général, toute question particulière, ou toute suggestion, toute critique ou tout encouragement, n'hésitez pas à m'écrire.   christalain.1000@orange.fr
     
       ***             
               
" Le secret du réveil à ton immortalité, c'est la maitrise non des choses de ce monde, mais du regard que tu poses sur lui ".   Gary Renard
 

 

Archives

Mise a jour le :


1er novembre 2016   

 

* "En passant..."

 

* "Nomade in love"

 

*  "Un Cours en miracles vu par S.Sobottka"

   

 

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 09:37

Le texte suivant est extrait d'un livre (non traduit  en français) intitulé " A Cours in consciousness" écrit par un scientifique américain, Stanley SOBOTTKA. Je ne suis pas d'accord avec sa version trahissant une méconnaissance du Cours en miracle (qui est tout sauf un enseignement "new age dualiste"). Mais je trouve intéressant de le publier car on peut y déceler en filigrane, la fameuse peur de Dieu dont parlait souvent Ken Wapnick au sujet des militants athées. Plus que jamais s'applique le fameux "On ne voit que ce qu'on veut bien voir".  Christalain

 

 

Dans certains enseignements New Age dualistes, en particulier dans Un Cours en Miracles (ACIM, voir http://www.facim.org/) et dans les livres "Seth" de Jane Roberts (voir http://en.wikipedia.org / wiki / Jane_Roberts), la double contrainte est évitée en affirmant simplement que tous les choix sont totalement libres (gratuits) ! Ainsi, le concept traditionnel de la responsabilité a été élargie pour indiquer que, à tout moment, tout ce qui arrive un individu est le résultat de choix librement effectués, et que l'on doit accepter la responsabilité de toute sa vie. Cela implique que son hérédité et l'environnement sont également le résultat d'un choix. L'avantage superficiel de l'adoption de ce point de vue est qu'il n'y a pas de place pour toute ambiguïté à accepter la responsabilité, et il n'y a jamais aucune justification à blâmer quelqu'un ou quelque chose d'autre pour sa propre vie.

 

Dans cette philosophie, puisque tout ce qui nous arrive est de notre propre responsabilité, l'existence d'individus autonomes et distincts qui font des choix individuels ne sont pas autorisés. Par conséquent, nous devons comprendre qu'il n'existe qu'une seule entité collective transcendante (dans UCM, ceci est le «Fils de Dieu», qui fait le choix pour la séparation à la suite d'une «petite idée folle» (http://www.facim.org /excerpts/rfd9701.htm)). Ceci est apparemment un concept d'autonomisation, car il faut que nous acceptions la responsabilité d'être la seule cause de notre destin. Cependant, un danger est que cela peut conduire à une énorme culpabilité, au regret et la condamnation de soi lorsque les malheurs et les catastrophes inévitables se produisent. Nous sommes alors obligés d'accepter que nos propres choix les ont amenés. Le seul moyen de sortir de cette culpabilité est de réaliser que nous avons aussi le choix ou non de nous sentir coupable, et de considérer l'événement comme une bénédiction plutôt qu'une catastrophe. Un problème majeur avec cet enseignement est la nature complexe et invérifiable de sa métaphysique. Il doit être accepté sur la foi comme une vérité théologique.

 

Dans l'enseignement d'UCM, comme dans la métaphore du rêve que nous avons utilisé dans la section 13.1, le monde est un rêve et tous les «individus» sont simplement des figures rêvées sans volonté ou libre arbitre. Dans les deux cas, nous sommes en réalité transcendants à ces figures. Cependant, contrairement à la non-dualité dans laquelle nous sommes la conscience pure, dans UCM nous sommes le rêveur transcendant (le «Fils de Dieu»), qui est un être avec une forme, une intention et de la volonté. Ainsi, UCM est dualiste parce qu'en lui il y a une séparation entre le rêveur et Dieu. Cette séparation est plus qu'une séparation simplement rêvée, parce que dans UCM, Dieu est notre créateur et ne sait rien sur le rêve. Cependant, s'il n'y avait pas vraiment eu de séparation, Dieu ne pouvait pas être notre créateur, car nous serions alors Dieu. Dans ce cours (NT: "Un cours en conscience"), nous n'utilisons pas le concept de Dieu en tant que créateur parce que, non seulement il n'est pas un pointeur utile à la réalité, mais il est, en fait, carrément trompeur. Parce que la peur arrive inévitablement chaque fois qu'il y a une croyance dans la séparation, si nous pensons à Dieu comme notre créateur, nous allons craindre Dieu.

 

En contraste avec la non dualité, qui dit que le rêve est un événement tout à fait spontanée au sein de la conscience, le rêveur de UCM a la responsabilité totale de tout ce qui se passe dans le rêve, ainsi que pour l'existence du rêve (du monde) en premier lieu. Cette responsabilité existe même si le rêveur est endormi et rêve, mais, bien sûr, le rêveur a choisi de s'endormir et de rêver. En plus de nous donner ce fardeau insondable de la responsabilité, UCM est beaucoup plus compliqué que la non dualité. Des parties importantes de celui-ci, tels que l'existence du rêveur et des choix qu'il a fait avant cette vie, sont intrinsèquement invérifiables, et sont donc simplement des affirmations théologiques. De telles affirmations produisent une métaphysique in-croyable pour les incrédules. Parce qu'elles sont faites seulement pour préserver la notion de libre arbitre qui elle-même ne peut pas être vérifiée, il n'y a pas lieu de les faire.

 

Les façons de penser à la fois traditionnelles et "new age" sont basées sur l'hypothèse qu'il existe une entité qui fait des choix et qui doit assumer la responsabilité des résultats de ces choix. Traditionnellement, cette entité est l'individu, alors que dans ACIM, l'entité est le rêveur. (NT: Non, le décideur !) En revanche, nous avons déjà vu par l'observation empirique, non pas par une déclaration "ex cathedra", qu'il n'y a pas de libre arbitre (voir les sections 5.9, 5.10, 5.11, 5.12 et 10.2) de sorte qu'il ne peut y avoir aucune responsabilité. En outre, les sages de la non dualité ne parlent jamais d'une entité transcendante qui choisit. Le rêve se produit complètement spontanément.”

 

Extrait de “Un cours en conscience” de Stanley Sobottka

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christalain
commenter cet article

commentaires